samedi 30 juin 2018

Accord bidon sur la crise des ‘migrants’


rescue

Publié le

Selon le sondage ODOXA 60% des français trouvent qu’il y a trop de « migrants ».

Autrement dit trop de parasites qui vivent à leur crochet, et 73% d’entre eux pensent que ni le gouvernement, ni l’Europe de Bruxelles ne règleront ce problème.
Et la grosse mégère Merkel, cause du désastre, qui n’a d’égal en sottise et vulgarité d’apparence que le pape François, commence à perdre du terrain, mais le mal est fait.
Ils auraient pu faire un couple idéal, unis dans un même esprit destructeur de l’Europe.
Pour ce qui est de Macron, autre immigrationniste sans scrupules, l’arrivée de ces clandos est une fatalité pour laquelle il faudra se résoudre et vivre avec.
Beaucoup d’affirmations qui se veulent énergiques, mais rien à l’horizon qui nous permettrait de poser une limite à ces intrusions permanentes.
A savoir un référendum.
La forme pourtant la plus démocratique qui soit.
Ce qui prouve que le mot démocratie n’est qu’un cache sexe pour nos gouvernants.
Ces grands républicains « démocrates » savent très bien que si le peuple était consulté à travers les urnes, sur le problème de l’immigration d’outre Méditerranée, celui ci serait très vite jugulé.
Parce que les 3/4 des gens en ont assez de supporter, financièrement et par la promiscuité le comportement souvent sans gène ou agressif de ces chances pour la France.

Rubrique : les belles âmes dressées sur leurs ergots.

 
L’Irak est un pays martyr.

Il y eut la dictature de Saddam Hussein, l’atroce guerre Iran/Irak, la première guerre du Golfe, le blocus alimentaire qui, à la grande joie de Madeleine Albright et du socialiste Tony Blair, tua des enfants par milliers, l’agression américaine, et pour finir (pour l’instant) l’abomination islamiste de Daesh.
Ce qui tient lieu d’État récupère difficilement la maîtrise de son territoire et fait passer en jugement les criminels avérés.
L’Irak étant toujours en guerre, un certain nombre d’entre eux ont été condamnés à mort.
Aussitôt glapissements des officines américaines et des belles âmes de chez nous.
Daesh qui a encore le pouvoir de nuire a enlevé huit citoyens innocents pris au hasard et réclamé en échange de leur vie la libération des condamnés.
Devant le refus du gouvernement irakien, Daesh a exécuté les 8 innocents et publié la vidéo de leur martyr.
Pour mettre fin à ces chantages, les Irakiens ont procédé aux exécutions des criminels condamnés. Dont la libération ne pouvait alors plus être revendiquée.
Alors, toutes les belles âmes de chez nous de protester au nom des principes, non pas contre l’exécution des otages mais contre celle des condamnés.
Toutes plumes dehors, on donne des leçons de morale à un peuple martyrisé.
En évitant soigneusement de dire comment il faudrait faire pour protéger les irakiens.
Et quel arbitrage rendre entre la vie d’abominables massacreurs et celle de citoyens innocents.
Ou plutôt en prenant indirectement le parti du sacrifice de ces derniers au nom du respect des principes à eux qu’ils ont.
Et qui sont supérieurs à tous les autres puisque ce sont les leurs !
Alors on va leur rappeler que l’Irak est en GUERRE.
Et qu’il existe même un Droit qui organise la façon de la faire.
Et on va leur raconter une petite histoire.

On est mal

 



 
Dans le cadre de la marche des fiertés .

 

 
 
 

« LA RACAILLE »


LA RACAILLE
 
Chanson inspirée de LA MONTAGNE de Jean Tenenbaum dit « Jean Ferrat »



Ils quittent par milliers leur pays
Dans l’espoir de refaire leur vie
Loin de la terre où ils sont nés…
Depuis longtemps ils en rêvaient
De l’Europe et de ses attraits,
Ce paradis pour assistés…
 
Les femmes, elles sont restées, travaillent
Et s’occupent de leur nombreuse marmaille…
Elles espèrent, quoi de plus normal,
Que quelque officine complice
Leur propose ses bons offices…
Le regroupement familial.
 
Pourtant que la France était belle…
Mais qui pouvait alors prédire
Que ces migrants en ribambelle
Débarquaient là pour la détruire ?
 
Ils nous arrivent bien habillés,
En pleine forme et le teint frais,
En racontant qu’ils fuient la guerre…
Faisons confiance à la télé
Pour dramatiser le sujet,
Et faire pleurer dans les chaumières…
 
Et le pape d’nous inviter
À faire preuve d’humanité
À l’égard de tous ces migrants…
Mais est-il bien dans sa fonction
Ce pontif’ donneur de leçons ?
Qu’il les loge donc au Vatican !
 
Pourtant, comme on aimait la France…
Qui donc pouvait imaginer
Qu’elle deviendrait, et sans défense,
Une terre de Mahomet ?
 
Ils nous arrivent de contrées
Jadis par nous colonisées
Et nous traitent d’esclavagistes…
Ils détestent nos traditions,
Quelle est alors l’explication
De leur démarche masochiste ?
 
Et cette racaille allogène
Ne peut attirer que la haine
Des Souchiens qui en ont assez
Qu’on leur impose la Charia
En échange d’un RSA
Qu’ils sont les seuls à financer…
 
Pourtant comme on est nostalgique
De cette France d’un passé,
Souvent glorieux, parfois épique,
Et non encore islamisé.
 
On invoque la charité,
On veut nous culpabiliser,
Nous donner parfois des remords…
On impose le métissage,
Le vivre-ensemble et le brassage :
 
Français de souche, on veut ta mort !
Or nous n’avons aucun devoir,
Aucune dette envers ces noirs,
Fussent-ils d’anciens colonisés.
Ils ont voulu l’indépendance.
Puisqu’ils détestent la France,
Qu’ils assument leur liberté…
 
Pourtant, je souffre pour la France,
Ce pays que j’ai tant aimé.
Je rêve de sa délivrance :
Qu’elle ne soit plus bougnoulisée…
 

Cédric de Valfrancisque 29/06/2018
 

Centre d'accueil de migrants : Conte retoque Macron, "fatigué" selon lui

 

Centre d'accueil de migrants : Conte retoque Macron, "fatigué" selon lui
Vendredi, Emmanuel Macron avait indiqué que les centres d'accueil pour migrants devaient être créés dans les pays de première entrée.@ OLIVIER HOSLET / POOL / AFP

 

Le chef du gouvernement italien a démenti vendredi les affirmations d'Emmanuel Macron selon qui les centres d'accueil pour migrants doivent être créés dans les pays de première entrée.
 
"Je démens. Macron était fatigué": le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a démenti vendredi les affirmations du président français Emmanuel Macron selon qui les centres d'accueil pour migrants doivent être créés dans les pays de première entrée.
"Il est nulle part écrit dans l'article 6 (de l'accord) que les centres d'accueil en Europe doivent être dans des pays déterminés.
Je vous invite à le relire", a souligné Giuseppe Conte à l'issue d'un sommet européen de deux jours dominé par les tensions sur les défis migratoires.

Emmanuel Macron remplace l'ambassadeur de France en Hongrie qui avait encensé Viktor Orban

 
 
Emmanuel Macron remplace l'ambassadeur de France en Hongrie qui avait encensé Viktor Orban

© Regis Duvignau Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron à l'Elysée le 30 juin 2018. (image d'illustration)
Emmanuel Macron a limogé Eric Fournier, ambassadeur de France en Hongrie, qui avait présenté la Hongrie comme un «modèle» et loué les victoires électorales de Viktor Orban, dans une note confidentielle révélée par Mediapart.
                                   
Deux semaines après la rédaction d'une note diplomatique confidentielle à la direction de l’Union européenne du ministère de l’Europe et des affaires étrangères ainsi qu’à la présidence de la République, révélée le 29 juin par Mediapart, et laudatrice envers le Premier ministre hongrois Viktor Orban, Emmanuel Macron a décidé de démettre son auteur de ses fonctions.
Eric Fournier n'est donc plus ambassadeur de France à Budapest.
           
Dans un décret publié ce 30 juin et daté du 28 juin 2018, le diplomate est ainsi «appelé à d'autres fonctions».
Est nommée en remplacement Pascale Andréani, qui était depuis 2015 chef de la délégation française Commission intergouvernementale Tunnel sous la Manche (CIG).
Entre-temps, Emmanuel Macron avait répondu aux questions d'une journaliste de Mediapart sur la note confidentielle, à l'occasion d'une conférence de presse clôturant le Conseil européen qui s'est tenu à Bruxelles ces 28 et 29 juin.
Dans sa réponse, le locataire de l'Elysée expliquait qu'il «ne partage[ait] en rien» les propos de l'ambassadeur Eric Fournier, qui expliquait dans sa note diplomatique du 18 juin que c'était «par jalousie» que les commentateurs, français notamment, avaient, selon lui, développé une «magyarophobie» [le mot «magyar» signifie «hongrois» dans la langue du pays et est utilisé pour désigner le peuple hongrois].
Pour le diplomate, la Hongrie est «un modèle ayant su anticiper les problèmes posés par les mouvements migratoires illégaux».

Le drapeau arc-en-ciel flotte sur la marmite du palais Bourbon

 
 




Que va faire Gérard Larcher du fond de son palais du Luxembourg ?

La question reste pendante
Autrefois, Paris était la ville Lumière.
L’orage a dû passer par là et, comme après la pluie c’est le beau temps – c’est bien connu -, Paris est devenue la ville arc-en-ciel.
Du sol au plafond, de la cave au grenier.
La semaine dernière, à l’occasion de la Fête de la musique, Emmanuel Macron avec son épouse, a donné le la dans la cour de l’Élysée. 
Anne Hidalgo, jamais en reste sur le sujet, fait peinturlurer les passages piétons en arc-en-ciel, histoire que ça rentre bien par les pieds, si ça ne veut pas rentrer par la tête : nous sommes résolument entrés dans une société inclusive.
Et si ça ne suffit pas, c’est les rues dans leur longueur, carrément, qu’on fera barioler.
À la Légion étrangère, tout ce qui bouge, on le salue, tout ce qui ne bouge pas, on le peint en blanc pour faire joli, propre, carré.
Paris, aujourd’hui, c’est un peu pareil, sauf que c’est en bariolé, pardon, en arc-en-ciel, que l’on peint tout ce qui ne bouge pas.
On craint une pénurie de peinture.
François de Rugy fait plus fort.
A l’occasion de la « Marche des fiertés », le président de l’Assemblée nationale a fait pavoiser le palais Bourbon avec le drapeau arc-en-ciel.
Il l’a annoncé, tout fier de lui.
Là au moins, les chiens ne viendront pas maculer la bannière multicolore.

vendredi 29 juin 2018

L’affaire téléguidée de l’« Action des Forces Opérationnelles » : vers une mise au pas de nos forces de sécurité ?

 
 


29/06/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :

 
La spectaculaire – et hyper médiatisée – arrestation des membres de l’« Action des Forces Opérationnelles » cache-t-elle une volonté du régime de contrer une possible dérive « islamosceptique » de nos forces de sécurité ?

Rappelons brièvement les faits : Au petit matin du dimanche 24 juin dernier, dix personnes – dix, pas une de plus – venues des rangs de « l’ultra-droite » (sic) étaient placées en garde à vue après un coup de filet mené sur l’ensemble du territoire national.
Avec une coordination qui fait plaisir à voir, différents services du renseignement intérieur ont opéré en région parisienne, Charente-Maritime, Corse du sud, et dans la Vienne.
Ces dix personnes, qui appartiennent toutes à un groupuscule nommé « Action des Forces Opérationnelles » (AFO), sont suspectées d’avoir voulu s’en prendre à des cibles musulmanes.
Dès dimanche soir, dans un gazouillis élogieux, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb félicitait les services de la DGSI pour cette opération, qui prouve que ladite DGSI est capable d’être efficace, pour autant qu’elle en reçoit l’ordre.
Rappelons que lors du défilé du 1er mai dernier à Paris, quelque 1200 « Black Bloc » avaient pendant plusieurs heures tout saccagé sur leur passage. Curieusement, ladite DGSI n’avait rien vu venir.

A la manœuvre également, l’ensemble de la presse du régime, Mediapart en tête

Seine-Maritime: un maire interdit les radars privés embarqués

 
 


Publié le | AFP

La commune de Caule-Sainte-Beuve (Seine-Maritime) a pris un arrêté interdisant sur son territoire la circulation de voitures dotées de radars de contrôle embarqués confiés à des prestataires privés, a-t-on appris ce vendredi auprès de la municipalité.
 
"Je suis hostile au fait que les contrôles de vitesse soient effectués par des entreprises privées.
Selon moi, cette responsabilité incombe aux forces de l'ordre", a justifié auprès de l'AFP Chantal Benoit, maire sans étiquette de cette commune de 500 habitants.
L'arrêté a été pris le 25 juin.
"Il faut arrêter de se cacher derrière l'argument de la sécurité routière. Ces voitures-radars n'ont qu'un seul objectif, celui de remplir les caisses de l'État et je n'ai pas envie que mes administrés subissent cela", a poursuivi l'élue, rappelant néanmoins que l'interdiction "ne vise pas les véhicules conduits par les forces de gendarmerie".
Les premières voitures privées dotées de radars ont commencé fin avril, dans l'Eure, à flasher les excès de vitesse.
Ce dispositif controversé doit être étendu à toute la France d'ici à 2020.

Suède: après le viol d’une femme de 92 ans le soir de Noël, un migrant ne sera pas expulsé car il a été naturalisé

 
 
     
Le délinquant sexuel récidiviste, âgé de 28 ans, ne sera pas expulsé après avoir commis une vague de crimes sexuels en Suède.

Etant donné que l'homme a reçu un passeport suédois, selon la loi actuelle, il ne peut pas être renvoyé, révèle le site d'information Fria Tider.
Max Rödén, né Eliud Njugina, a émigré du Kenya en Suède en 1998 et a rapidement commencé sa carrière en tant que délinquant sexuel.
Déjà à l'âge de 15 ans, il a été condamné pour sa première tentative de viol.
En juin 2014, il a été condamné à six ans de prison par la cour d'appel pour deux viols.
L'une des victimes était une femme de 92 ans habitant la commune de Töreboda, dans le comté de Västra Götaland.
La femme âgée a été violée de manière vaginale et anale par le migrant la veille de Noël.
 


Simultanément à cette condamnation, il a également été condamné pour avoir agressé et violé une autre femme à l'extérieur dans le district de Bomhus à Gävle.
Après sa libération conditionnelle cette année, il a commis des crimes sexuels trois jours seulement après sa libération.
Il a agressé sexuellement une femme handicapée et a montré ses parties génitales à deux filles de 13 ans.
A présent, l'homme a été condamné à seulement trois mois de prison et selon la législation suédoise, il ne peut pas être expulsé parce qu'il possède un passeport suédois.
 
Source
 
Traduction libre Schwarze Rose pour lesobservateurs.ch

Immigration : accord européen, l’Italie dicte sa loi – JT TVL 29 juin 2018

 
 



1) Europe / Immigration : accord européen, l’Italie dicte sa loi
A  la surprise générale, les 28 Etats membres de l’Union européenne ont trouvé un compromis pour gérer la crise migratoire.
En faisant plier la chancelière allemande, Angela Merkel, le premier ministre italien, Giuseppe Conte, sort grand gagnant des discussions.

2) Société / Salles de shoot : entre échec et insécurité
Elle devait être une solution de santé publique, la salle de shoot installée dans le 10ème arrondissement de Paris provoque finalement le désordre dans ce quartier de la Capitale.
Trafic, incivilités et violences sont le quotidien des riverains.

3) Economie / Automobile : Petits arrangements entre concurrents
Alors que le marché de l’automobile français se porte exceptionnellement bien, des suspicions d’entente entre PSA et Renault viennent obscurcir l’avenir proche du secteur.

4) International / Mexique, des élections générales sanglantes

5) L’actualité en bref

Énorme ! Pour le président du Sénat, les ONG sont les complices des passeurs !



Énorme ! Pour le président du Sénat, les ONG sont les complices des passeurs !

Même le Sénat s’y met ! C’est dire ! Voilà, il faut toujours plus de temps que ce l’on peut penser pour commencer à voir nos élites penser…
 
Dire que les ONG qui vont chercher les migrants presque sur les plages libyennes pour les amener à « bon port  » en Europe (par idéologie et pas par humanité) étaient complices des passeurs avec lesquels elles sont en contact téléphonique pour savoir où et quand aller chercher les migrants suffisait à faire de vous un horrible fasciste.
Il semblerait que le président du Sénat soit devenu un nazi Waffen SS mangeur d’enfants et de migrants à son tour !!
Évidemment non.
Gérard Larcher ne fait qu’officialiser une réalité que tout le monde connaît depuis trois ans, mais que l’on n’a pas le droit de décrire.
C’est déjà un bon début !
Mais ce n’est pas tout.
 


Pour le président du Sénat, l’Europe est aussi en train de déconstruire !
Ça, c’est une excellente nouvelle.
 
Charles SANNAT
 

Emmanuel Macron plus grand assis que debout : une communication inspirée de Louis de Funès

 
 




Emmanuel Macron dépasse le porte-parole d’une dizaine de centimètres. La visite au pape François a porté ses fruits, le miracle est là, incontestable, tangible…

L’instant est solennel.
Le porte-parole Benjamin Griveaux fait son entrée dans le bureau de l’Élysée, suivi d’Emmanuel Macron, puis arrive enfin le ministre des Transports Élisabeth Borne.
De toute évidence, Benjamin Griveaux est plus grand que le Président.
Environ une demi-tête.
Selon le cérémonial copié sur la communication de la « Maison-Blanche », le trio va promulguer un texte de loi important devant les caméras, en l’occurrence la réforme de la SNCF.
Les trois personnes s’assoient derrière le bureau et, contre toute attente, Emmanuel Macron dépasse le porte-parole d’une dizaine de centimètres.
La visite au pape François a porté ses fruits, le miracle est là, incontestable, tangible…
Emmanuel Macron s’est allongé instantanément.
Il est plus grand que l’autre malpoli qui se permettait de dominer le maître par la taille.
Les cadreurs de BFM TV tombent à genoux et se signent.
Il est Emmanuel Soubirous.
Face à une telle prouesse, la réforme n’est plus qu’un vague souvenir.
Un détail sans importance.
« À moins que ce soit Benjamin Griveaux qui ait rétréci ? » ose un journaliste.
Ne chipotons pas, le résultat est là.
Il est plus grand assis que debout.

jeudi 28 juin 2018

Bécassine au Vatican ?

 
 
Macron Vatican


28 juin 2018
Jean Ansar 
Journaliste.

Un président ne devrait pas dire ça. Suite sans fin !

Les bretons n’apprécient pas, parfois, l’image d’eux que leur renvoi Bécassine, même dans un dernier film très politiquement correct.
On les comparait à des “bouseux”, les voilà criminalisés au Vatican.
Ils seront sans doute ulcérés par le petit mot du président au Saint siège.
Aux petites blagues, il n’est décidément pas au niveau de Hollande.
On a l ‘impression qu’il ne se rend pas compte ou qu’il reste des petits coins pas finis au niveau de la subtilité de la pensée.
Cela dit, l’homme qui touche le pape et l’embrasse se croit certainement au-dessus de tous les protocoles.
Mais tout de même quelle drôle d’idée il a eu en présentant son ministre Le Drian au St père. Emmanuel Macron, qui rencontrait le pape François pour la première fois au Vatican, ce mardi, a présenté son ministre des Affaires étrangères, ancien maire de Lorient, à l’aide d’une étrange métaphore.
«C’est un Breton. Les Bretons sont un peu comme la mafia en France», a lancé le président au pape.
«Morale, morale…», a vite rectifié le chef de la diplomatie française, pour ne pas assimiler ses congénères à la mafia italienne, contre laquelle le pape François s’est plusieurs fois insurgé.

Gestation pour autrui : «En Inde, les mères porteuses sont réduites à l'état d'esclaves»

 
 
Gestation pour autrui : «En Inde, les mères porteuses sont réduites à l'état d'esclaves»                                                        


Article rédigé par Le Figaro, le 28 juin 2018
Source [Le Figaro]


Après une longue enquête, Sheela Saravanan révèle les conditions dans lesquelles se déroule la gestation pour autrui en Inde : très pauvres, les mères porteuses sont retenues en quasi captivité, sans aucun soutien psychologique.

Un récit bouleversant.

Sheela Saravanan est une chercheuse indienne, titulaire d'un doctorat en santé publique , et a travaillé dans plusieurs universités allemandes. Elle appartient notamment à l'Institut d'Éthique et d'Histoire de la médecine, à l'Université de Göttingen. Féministe, elle s'intéresse aux violences faites aux femmes en Inde et dans les pays du Sud, ainsi qu'aux technologies de reproduction, en particulier la PMA.
Elle a mené une longue enquête auprès des mères porteuses en Inde, et a publié à la suite de ses recherches A Transnational Feminist View of Surrogacy Biomarkets in India(Springer, 2018), un document réalisé à partir de nombreux entretiens. Elle y révèle les conditions terribles dans lesquelles les mères porteuses sont étroitement surveillées tout au long de leur grossesse. Entretien exclusif.

FIGAROVOX.- Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous intéresser aux mères porteuses en Inde?

Sheela SARAVANAN.-
En 2007, L'Inde était la deuxième destination au monde en matière de tourisme médical, grâce à la qualité de son système de santé, de ses équipements et de l'accessibilité des soins.
Je pensais donc que les parents d'intention (les personnes qui ont recours à une mère porteuse pour obtenir un enfant) étaient attirés par la modernité des équipements médicaux et le haut degré de qualification des médecins, ainsi que par la permissivité de la législation indienne, la faiblesse des coûts et la disponibilité des mères porteuses.
Mais lorsque je suis venue en Inde et que j'ai discuté avec des parents d'intention, j'ai compris en réalité qu'ils viennent surtout parce qu'en Inde, les mères porteuses n'ont absolument aucun droit sur l'enfant qu'elles portent, ni même sur leur propre corps tout au long de leur grossesse.
Elles ne bénéficient d'aucun soutien légal ni psychologique.
On leur demande d'allaiter l'enfant qu'elles ont porté, puis on le leur arrache sans leur apporter la moindre assistance psychologique.
C'est tout le contraire de ce que l'on nous montre à la télévision: dans les talk-shows comme celui d'Oprah Winfrey aux États-Unis, on nous vend une image romantique de la gestation pour autrui en Inde, comme si c'était un service rendu, entre sœurs, en quelque sorte.

Royaume-Uni : selon un rapport officiel, les Blancs seront minoritaires à Birmingham (2ème plus grande ville du pays) d’ici à 2021

 
 
Par le 28/06/2018  
 
Les Britanniques « de souche » seront une minorité à Birmingham, la deuxième plus grande ville du Royaume-Uni, lors du prochain recensement de 2021, a constaté un rapport du conseil municipal de Birmingham.

Les chiffres ont été révélés durant un projet de politique de cohésion présenté hier, qui prévoit que d’ici 2021, moins de la moitié des 1,2 million d’habitants de la ville seront des «Britanniques blancs».
La recherche a révélé que des personnes de plus de 200 pays vivent à Birmingham, et que parmi les moins de 18 ans, 60% des habitants sont déjà des « non-Blancs ».
La prévision est basée sur le taux de croissance, entre les recensements de 2001 et de 2011, du pourcentage de personnes d’origine «non-britannique», qui a augmenté de 12%.
Si cela continue, les gens se définissant comme «Blancs» seront en minorité d’ici 2021.
Le rapport a également souligné que près de 50 000 habitants de Birmingham ne savaient pas parler anglais.

Metro.co.uk

L’Europe coule en un mois

     
La crise des migrants précipite l'effondrement de l'Union Européenne, et celui-ci va s'accélérant.

Las! Ceux qui pensaient que l'UE s'écroulerait sous le poids de la dette publique, du tiraillement économique autour de l'Euro entre les pays du Nord et du Sud, ou des suites du divorce mal fagoté du Brexit, se trompaient tous - et moi le premier.
Le caillou qui aura fait trébucher l'éléphant est la crise des migrants.
 
Rappelons-le, la "crise des migrants" est une pure invention des pouvoirs politiques de l'Union Européenne et de leurs mentors universalistes de l'ONU.
La guerre en Syrie en 2015 est devenue le prétexte d'une invasion du continent à une échelle inégalée dans l'Histoire - des gens qui n'ont pour la plupart jamais vu la Syrie, jamais fui une guerre, et qui ne souffrent même pas de la pauvreté.
La "crise des migrants" est le nom donné à l'abandon de toute politique migratoire organisée. Tous les traités internationaux, toutes les directives, toutes les organisations, contrôles, droits et devoirs liés à la protection des frontières disparaissent, et ce, à l'échelle continentale.
Suivant l'appel de la Chancelière allemande Angela Merkel, des hordes se sont mises en marche en direction de l'Allemagne - et parfois au-delà, envahissant l'Europe par le Sud.
Elles furent bien aidées, et le sont encore, par des ONG dont personne ne questionne l'origine des fonds, et la bureaucratie mondiale qui associe l'idéologie universaliste la plus aveugle à la haine la plus crasse de l'Occident, de ses richesses et de sa paix.
La pièce est jouée désormais, et nombre de peuples européens - notamment les Allemands, les Suédois, les Italiens ou les Grecs - devront lutter pendant des décennies dans leur propre pays pour en reprendre le contrôle, et simplement survivre aux métastases migratoires qui transforment des enclaves entières de leur territoire en zones de non-droit qui ne dépareilleraient pas dans les banlieues de Mogadiscio.

Les conneries permanentes d'Anne Hidalgo...

 

 


jeudi 28 juin 2018

Encore une nouvelle lubie de la mairesse parisienne...

On hésite entre consternation et lassitude devant tant de débilité démagogique, idéologique et clientéliste:" En plus des « nombreuses actions que nous conduisons avec les associations, je prends aujourd’hui une décision symbolique : nous allons rendre permanents les passages piétons arc-en-ciel que nous avons installés dans le Marais », a ajouté la maire pointant un « signal résolument positif et bienveillant » et un « message de bienvenue » pour les visiteurs du quartier.
Plusieurs carrefours du quartier du Marais, où sont concentrés la majorité des bars et boîtes de nuit gays de Paris, avaient été ornés de ces passages piétons temporaires avant la « Gay Pride ».
L’un d’entre eux avait été dégradé et recouvert d’insultes homophobes en début de semaine.

Macron met en échec les syndicats – JT TVL 28 juin 2018

 
 


Le

1) Social / Macron met en échec les syndicats
Après trois mois de blocages la grève unitaire et saute-mouton à la SNCF prend fin aujourd’hui. Une fin sans gloire pour les syndicats et le mouvement social qui n’ont pas su se renouveler… les objets de mécontentements étaient pourtant nombreux. Chronique d’un échec.
2) International / La guerre commerciale aura bien lieu
La guerre commerciale promise par Donald Trump pourrait bien s’intensifier entre les Etats-Unis et leurs concurrents et partenaires notamment l’Europe et la Chine. Une guerre aux conséquences incertaines.
3) Ecologie / L’huile de palme, indispensable ?
L’huile de palme est mauvaise pour la planète, mauvaise pour l’homme mais peut-on s’en débarrasser ? Une récente étude tend à affirmer le contraire… en cause la surconsommation mondiale…
4) Société / Avec l’été, les feux de forêt
5) L’actualité en bref


Le dessin du jour d’Ignace

L’arrestation de membres de l’ultra-droite : un simple coup de com’ ?

 
 




Vous avouerez que le timing est parfait.

Jupiter dénonce, lors d’un discours enflammé, le 21 juin à Quimper, la « lèpre qui monte » en Europe, en s’en prenant aux populistes.
Trois jours plus tard, une dizaine de membres de « l’ultra-droite » sont arrêtés.
Vous avouerez que le timing est parfait : on masque l’arrivée des migrants tout en orientant les grands médias (il y a peu de chemin à faire pour les orienter) vers la « bête immonde ».
Mais voyons de plus près, grâce au Figaro, cette bête immonde ou, comme la nomme la DGSI, cette Action des forces opérationnelles, qui représente un si grand danger.
D’abord, dès le 9 avril 2018, Mediapart nous expliquait que les services de renseignement s’inquiétaient de la proportion grandissante de membres des forces de sécurité ayant rejoint des groupuscules d’autodéfense : « Parmi les objectifs de la DGSI suivis pour leurs liens avec l’extrême droite violente, on recense une cinquantaine de policiers, gendarmes et militaires. »
Cette ultra-droite constituée d’anciens policiers et gendarmes était donc au courant qu’elle était dans le viseur de la DGSI, et pourtant, elle ne tient pas compte de l’information et décide de passer à l’acte plus ou moins rapidement.
Voilà des individus qui se savent découverts mais qui n’en continuent pas moins leurs agissements : bizarre, non ?
De plus, cette équipe musclée compte, pour une partie d’entre eux (vous remarquerez que l’on ne nous donne pas le nombre), des retraités !
Avouez que, pour entreprendre des attaques, des personnes hors activité, ce n’est pas le top.
Mais continuons et évaluons leurs armements : « Ils avaient une vingtaine de carabines, de revolvers et de fusils détenus légalement. » 

Gwendoline Chaudoir : « Ils auraient très bien pu semer la terreur dans la station. C’est ce qu’ils ont fait l’année dernière »

 
 



                 
Maire de Portiragnes (Hérault)

Lundi soir, près de 150 caravanes conduites par des gens du voyage sont arrivées par surprise à Portiragnes, commune de 3.000 habitants de l’Hérault, pour s’installer illégalement sur un terrain privé. Gwendoline Chaudoir, maire de la commune, a voulu s’opposer à cette intrusion. Elle raconte au micro de Boulevard Voltaire comment a eu lieu la confrontation.

Vous êtes le maire de Portiragnes dans l’Hérault.
Lundi soir, 150 caravanes des gens du voyage se sont installées illégalement sur votre commune. Comment s’est passée la rencontre ?

Elle s’est plutôt mal passée.
J’étais dans le convoi sur la départementale qui longeait la commune.
J’étais inquiète de revivre l’intrusion de l’année dernière lorsqu’ils étaient venus en force sur la station de Portiragnes Plage.
J’ai donc rapidement appelé à la vigilance les services de police municipale de la commune. Malheureusement, au bout de cinq minutes, mes craintes se sont confirmées.
Le convoi tournait à gauche et prenait l’intersection en direction de la plage.
Arrivée au niveau de l’intersection, j’ai décidé d’arrêter mon véhicule pour stopper cette intrusion.
Je savais qu’une fois installés, nous ne pourrions plus rien faire.

Nos collègues de France Bleu rapportent qu’il y a eu usage de violence.
Vous avez été vous-même agressée par des gens du voyage.
Ce n’est pas la première fois qu’une telle action se présente chez vous.
Avez-vous des moyens de résister à cela ?

Nous sommes très impuissants.
Au début, j’étais toute seule dans mon véhicule, mais rapidement, ma police municipale est arrivée. Ils sont quatre agents en temps normal, et une dizaine l’été.
Une partie des gens du voyage était déjà installée sur un terrain privé, il a donc fallu qu’on partage les forces, le temps que la gendarmerie arrive.
Nous étions donc six à l’intersection.
Il est évident que, lorsque les choses se sont envenimées, nous n’étions plus en mesure de tenir le carrefour.
Pour éviter qu’il y ait des blessés et que les choses s’enveniment, il a fallu libérer la circulation pour, malheureusement, céder et leur laisser l’accès à Portiragnes Plage pour qu’ils s’installent.

Ils se sont installés lundi soir et nous sommes mardi soir.
Qu’en est-il, aujourd’hui ?

mercredi 27 juin 2018

Au secours Manu, moi aussi j’ai la lèpre…





Emmanuel Macron lors de son discours anti-eurosceptiques de Quimper, 21 juin 2018. SIPA.
 


 
Emmanuel Macron a dénoncé la « lèpre qui monte un peu partout en Europe ». Le populisme eurosceptique est à nos portes et, moi aussi, je suis touché. J’en ressens déjà les premiers symptômes, notre président est le seul à pouvoir me guérir…
 


Emmanuel Macron, ne me laisse plus entrer en tentation

La lèpre est tellement contagieuse que je suis infiniment reconnaissant à Emmanuel Macron  de nous avoir mis en garde.
Si nous ne le soutenons pas avec toute notre  énergie, celle du désespoir, nous aussi serons contaminés.




D’autant qu’après les pays de l’Est, l’Italie est, elle aussi, touchée.
Si j’en crois les gazettes, même l’Allemagne serait menacée.
La Bavière préférerait un freluquet viennois à la vaillante Angela Merkel.
Nous avons déjà vu cela dans le passé et si tous alors n’avaient pas été touchés, le prix à payer fut tel que plus jamais nous ne voulons que cela se reproduise.

Malgré Macron…

Certes, Emmanuel Macron et son boys band nous protègent encore, mais chacun sent que le danger est imminent.
Moi-même qui viens d’un pays, la Suisse, qui est comme chacun sait une léproserie géante, je mesure la menace : si l’Union européenne s’effondre, tout s’effondrera.
Je salue d’autant plus volontiers l’initiative d’Emmanuel Macron d’avoir fait hospitaliser, manu militari, une dizaine d’anciens gendarmes déjà contaminés en prétextant qu’ils appartenaient à l’ultra droite.
Je l’admire de pouvoir avec telle habileté transformer ses échecs en victoires.
Non, le fascisme ne passera pas !
Et, comme on nous le répète chaque soir sur toutes les antennes, Jupiter y veillera.

…je sens que ça vient

Il paraît que nous sommes la vieille France homophobe et raciste…, par Philippe Bilger




 
Nicola Sirkis nous a dit ce que nous étions.

Questionné par Laurent Delahousse (France 2) sur la Fête de la musique célébrée à l’Elysée, le chanteur d’Indochine est revenu sur les polémiques : “Il a reçu des artistes noirs, immigrés et homosexuels” commence-t-il avant de poursuivre sur les Français qui critiquent ce choix : “C’est une vieille France qui parle comme ça (…) c’est à la fois homophobe, raciste et c’est pas ce que nous avons envie d’entendre” (Morandiniblog).
La cause est entendue.
Le couple présidentiel est moderne, branché, progressiste et la majorité des citoyens qui, au-delà de la politique, ont été choqués par cet histrionisme au plus haut niveau, est forcément raciste, homophobe, décalée.
On n’a plus envie de laisser la parole à cette France-là.
Décidément elle ne parvient pas à être au goût du jour !
A-t-on le droit, pourtant, de s’élever contre ce procès expéditif qui fait s’allier la marginalité et le snobisme ?
D’abord il est clair que le couple présidentiel surjoue l’allégresse.
Je ne peux pas imaginer qu’il n’ait pas mesuré même fugitivement, malgré le jeunisme qui est son obsession au propre et au figuré, l’anomalie d’une telle représentation en un tel lieu.
Manu, je l’ai déjà écrit (billet “Emmanuel Macron se laisse aller…”), n’est rien comparé à cette pantalonnade moins décontractée que ridicule.
Et offensante pour les Français.
Les danseurs queer du DJ Kiddie Smile, comme chez eux, laissant un peu de place à Emmanuel et Brigitte Macron !

La réduction des dépenses est mal partie

 
 
Résultat de recherche d'images pour "fête de la musique élysée"

Se préoccupe-t-on sérieusement à l'Elysée de réduire la dépense publique?

jeudi 28 juin 2018
 
Nous nous rapprochons du premier anniversaire de l'audit des finances publiques réalisé par la Cour des comptes, au début du mandat présidentiel.

Officiellement demandé par le nouveau Premier ministre Édouard Philippe, ce rapport lui avait été remis le 29 juin 2017.
Les conclusions semblent aujourd'hui bien oubliées.
Elles se présentaient pourtant de manière accablante.

Laissons la parole aux magistrats financiers : "Les constats effectués par la Cour font apparaître l’importance des éléments d’insincérité contenus tant dans le projet de loi de finances soumis à la représentation nationale à l’automne 2016 que dans le Programme de stabilité transmis à la Commission européenne en avril 2017".

Éléments d’insincérité ? Bigre…

La présidence Hollande, le gouvernement Cazeneuve et l'administration de Michel Sapin avaient en fait creusé, et tenté de camoufler, un trou d’une dizaine de milliards d’euros.
L'ensemble du déficit des comptes publics largement supérieur aux fameux 3 % du PIB convenus solennellement, 25 ans plus tôt, au moment du traité de Maastricht.

Les conclusions de cet audit administraient, à vrai dire, un camouflet politique majeur pour l’ancien gouvernement.
Il était tout simplement accusé d'avoir produit un faux bilan.
Dans le secteur privé cela tombe sous le coup de l'article L-242-6 du Code de commerce : "Est puni d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 375 000 euros le fait pour (…) le président, les administrateurs ou les directeurs généraux d'une société anonyme de publier ou présenter aux actionnaires, même en l'absence de toute distribution de dividendes, des comptes annuels ne donnant pas, pour chaque exercice, une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice, de la situation financière et du patrimoine, à l'expiration de cette période, en vue de dissimuler la véritable situation de la société."

Une telle rigueur ne se conçoit pas s'agissant de la classe politique.

En marche vers le totalitarisme macronien



censure


 
La censure continue de plus belle et le 14 Juin 2018, TV Liberté était  touché sans préavis par  You tube et toutes ses archives étaient arbitrairement fermées.

You tube ne s’en tenant pas à cette première mesure a récidivé, malgré la bonne volonté émise par TV Liberté.
Riposte Laïque se trouve aussi dans le même cas et a du se rabattre sur une chaine russe, comme TVL l’avait fait auparavant.
Mais ce n’était pas suffisant pour ces pourfendeurs de la liberté de parole, et sous l’ordre du Gouvernement, la police toute dévouée à celui ci a demandé aux responsables de la Chaine russe, l’identité et les références de tous les animateurs de RL, qui postent des vidéos sur cette  Chaine. Sans le moindre résultat d’ailleurs.
On s’en félicite!
Ce qui n’a pas empêché la LICRA de truander 3000 € à ce site, qui décidément dérange un système qu’ils voudraient éternel.
Pendant ce temps, on apprend par la presse italienne, que Soros, toujours lui, aurait financé à hauteur de 2 millions, la campagne électorale de Macron, suivi de Rothschild pour environ 1 million et Goldman Sacht, le moins généreux, avec quand même, prés de 800000 €.
Pour le Crédit Agricole, on ne sait pas…
Et puis toujours, dans la droite ligne de la loi sur les fake news, la presse, celle justement qui est spécialiste des fausses nouvelles, nous apprend avec une certaine jubilation, qu’une dizaine de dangereuses personnes « d’extrême droite » se préparaient à attaquer des musulmans et que de nombreuses armes ont été confisquées.
Plus c’est gros, plus ça passe.

« Esclaves africains. Pas hier. Aujourd’hui » L’édito de Charles SANNAT

 

« Esclaves africains. Pas hier. Aujourd’hui » L’édito de Charles SANNAT
 
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Passant un temps certain à écouter ce qu’il se dit et les hurlements proférés à longueur de journée par les dictateurs de l’émotion, la dernière émission ONPC de Ruquier qui recevait Dupont-Aignan n’est pas passée inaperçue.
 
Il faut dire que devant le tribunal des bien-pensants, Dupont était le méchant.
À un moment de l’émission est évoqué le sujet des gentils migrants esclaves en Libye et que donc, on ne peut pas nier qu’ils souffrent beaucoup-beaucoup, ce que semble faire le Dupont crucifié par le tribunal médiatique en place cathodique.
Laissons-les braire.
Mon rôle n’est pas de vous assener des vérités ni de faire de la démagogie ou encore de faire en sorte que vous soyez d’accord ou pas.
Mon humble volonté est de réfléchir, de garder allumées les lumières de nos esprits, d’alimenter les débats, de nourrir les réflexions de chacun, pour que chaque citoyen puisse exercer son rôle de citoyen éclairé (ou le moins éteint possible).
Lorsque je les ai entendus hurler à l’esclavagisme sur ce plateau – et quand on parle d’Afrique, l’esclavage c’est le « point Godwin » africain –, j’ai pensé à cet anthropologue Tidiane N’Diaye, auteur de l’ouvrage Génocide voilé, et loin des imbéciles sans culture qui soumettent les masses à leur propagande idéologique.
Que nous apprend Tidiane N’Diaye?
Le rôle du monde arabo-musulman qui a été bien pire depuis des siècles que la traite transatlantique pour les Africains.
Cette interview réalisée sur Cnews par Jean-Pierre Elkabbach date d’y il a un an.
Déjà, nous savions que les pratiques d’esclavagisme avaient lieu en Libye, mais pas uniquement.
Au moment où nous sommes priés en France et en Occident de battre notre coulpe pour les crimes commis par nos ancêtres, l’esclavagisme, lui, se poursuit.
Je ne peux plus rien pour les esclaves d’hier et ceux d’avant l’abolition de l’esclavage.
Je peux demander pardon au nom de l’histoire, mais guère plus.
Nous pouvons faire un ou deux musées.
Parfait.
Cela ne changera rien aux souffrances, mais la symbolique est là.
Mais le pire c’est que la repentance pour l’esclavage d’hier fait oublier l’esclavagisme d’aujourd’hui, qui n’est pas le fait de l’Occident qui se contente d’exploiter, ce qui n’est pas bien, mais reste un degré en dessous de réduire à l’état d’esclaves des hommes et des femmes.
 
L’esclavage d’hier et celui d’aujourd’hui

Massif.
Il y a la Libye avec ses marchés aux esclaves à ciel ouvert.

Crise des « migrants » : qui sont les fossoyeurs de l’Europe ? – JT TVL 27 juin 2018

 
 



1)  Immigration / Crise des « migrants » : qui sont les fossoyeurs de l’Europe ?
Alors que la France accueillera une partie des clandestins du bateau lifeline, Emmanuel Macron critique les méthodes des ONG. En quelques années, ces officines sont devenues les flics de la pensée au service du multiculturalisme.
2) Société/ Service national : un nouveau gouffre financier inutile ?
Ce devait être imparable pour acquérir le sentiment national, le service universel ressemble de plus en plus à une colonie de vacances aux frais  de l’état…
3) Sécurité / coup de transparence sur la police
Pour la première fois de l’histoire, la police des polices rend public le nombre de tués par ses services. Le recours aux armes à feu a, de son côté, explosé… une transparence qui risque de renforcer le sentiment anti flic !
4) International / Birmanie : crise des rohingyas, la manipulation continue
5) L’actualité en bref

Vaccins : la radiation du Pr Joyeux annulée en appel

Résultat de recherche d'images pour "professeur henri joyeux"
 
Victoire pour la liberté d'expression concernant les vaccins : le professeur Henri Joyeux a remporté une victoire emblématique mardi avec l'annulation en appel de sa radiation pour des pétitions anti-vaccins.
 
La chambre disciplinaire nationale de l'Ordre des médecins, indépendante du Conseil national de l'Ordre, a estimé que la radiation prononcée en première instance n'était "pas suffisamment motivée".
Les propos du Pr Joyeux "n'excédaient pas le principe de la liberté d'expression" et ne constituent pas un manquement à la déontologie médicale.
De ce fait, la plainte du Conseil national de l'Ordre des médecins à son encontre a été rejetée.
Le Pr Joyeux a aussitôt réagi :
"Je ne suis pas du tout radié, je n'ai pas de blâme. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que j'ai raison !". "J'ai pitié de ceux qui m'ont accusé. Ils ont été lamentables". "Les laboratoires pharmaceutiques ont essayé de me détruire. Ils n'y sont pas arrivés". "Il faut continuer plus que jamais".
Dans deux pétitions publiées sur internet en septembre 2014 et mai 2015, ce chirurgien s'élevait contre une recommandation du Haut conseil de la santé publique, jamais suivie par le gouvernement, préconisant d'abaisser de 11 à 9 ans l'âge de la vaccination contre le papillomavirus pour les filles, et contre le remplacement du vaccin DTPolio trivalent (c'est-à-dire protégeant contre trois maladies, la diphtérie, le tétanos et la polio) par un vaccin hexavalent (protégeant contre six affections).

Xavier Raufer : « On sent une conspiration de branquignols »




 
 

Vaste coup de filet du gouvernement puisqu’une dizaine d’individus appartenant à un corpuscule appelé « Action des forces opérationnelles » ont été arrêtés.


Ils auraient projeté des attentats contre des imams, des anciens détenus islamistes et des cibles liées à l’islamisme radical.
Que sait-on de cette affaire ?


On en sait peu de choses.
Bien entendu, un certain nombre de médias ont tout de suite crié à la menace terroriste venue de cette ‘’ultra-droite’’.
À la fin et depuis lors, la chose s’est sensiblement dégonflée.
D’après ce qu’on lit dans le journal, ce sont des gens d’un certain âge.
Or, on ne passe pas au terrorisme au moment de la ménopause ou au moment de la retraite.
C’est un art et un sport de jeunes.
Les maisons terroristes sérieuses jadis qu’étaient l’ETA au Pays basque ou l’IRA en Irlande, pour rester en Europe, commençaient à envoyer des jeunes hommes affronter la police dans des bagarres de rue à l’âge de 13 ou 14 ans.
Comme toutes les méthodes et les pratiques dangereuses, le terrorisme nécessite beaucoup plus que des connaissances.
Elle nécessite des réflexes.
Les réflexes sont dans le cerveau reptilien.
Ils se trouvent donc dans le cerveau d’un être humain quand il a 12, 13 ou 14 ans, mais pas à 50 ans.