jeudi 17 mai 2018

Policiers et professeurs en CDD : le gouvernement prépare-t-il un big bang de la fonction publique ?

Le Comité action publique 2022 doit proposer à l'exécutif des pistes afin de réformer la fonction publique.

Une des préconisations risque de provoquer l'ire des syndicats : le recours aux contrats à durée déterminée pour policiers et professeurs.
C'est un rapport qui prévoit un big bang dans le recrutement des policiers et des professeurs. Le Comité action publique 2022, constitué de 34 personnalités, doit présenter au gouvernement ses premières préconisations sur la réforme de l'Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale.
        
Selon les informations obtenues par le journal Libération, le texte prévoit notamment la généralisation du recours aux contractuels ainsi qu'une rationalisation des prestations sociales.
Parmi les propositions chocs : le recours aux contrats à durée déterminée dans la police et l'éducation nationale.
Autrement dit, un gardien de la paix pourrait désormais être embauché pour dix ans, un professeur pour cinq ans, les agents territoriaux pour deux ou trois ans renouvelables.
Exit par conséquent les embauches sous le statut de fonctionnaire ?
L'exécutif aurait en outre fixé trois objectifs principaux au groupe de travail : passer d'une culture de contrôle à une culture de confiance dans les services publics, offrir un environnement de travail modernisé aux fonctionnaires et accompagner la baisse des dépenses publiques.
Le rapport définitif devrait être remis à Matignon fin mai ou début juin.
Des préconisations qui augurent des discussions houleuses avec les syndicats de fonctionnaires alors que la réforme du ferroviaire public n'est pas encore bouclée et que les coups de rabot dans les hôpitaux inquiètent les personnels hospitaliers.
 
Selon l'hebdomadaire Marianne, fin 2016, 16,5% des agents de la fonction publique étaient contractuels, soit 940 200 personnes, principalement employées dans le secteur de l'école et de la santé.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.