lundi 14 mai 2018

Le mauvais combat d’Emmanuel Macron

 
 


Floris de Bonneville

Les incantations, jérémiades et autres appels au sang-froid des Macron, Philippe et Collomb ont finalement les mêmes accents que ceux des Hollande, Valls et Cazeneuve.

Une rengaine lassante qui ne passe plus.
Car nous savons qu’il y aura encore et encore de tels assassinats perpétrés sur notre terre par des barbares.

Parfois, comme hier sur France Info, on traite ces assassins de malades mentaux.
Mais non, ce sont des soldats qui font partie d’une armée innombrable venue d’ailleurs.
Nos propres soldats sont-ils des malades mentaux ?
Bien évidemment que non.
Ils respectent les ordres de leurs supérieurs pour la défense de notre pays, dans le respect de la loi. Ces barbares, eux, obéissent aussi à des ordres.
Des ordres conformes à une loi, à une idéologie mortifère.
Une loi que certains imams diffusent à longueur de prêches en toute impunité, in situ ou sur Internet. Alors, comment peut-on oser les traiter de malades mentaux ou les envoyer dans des cliniques psychiatriques ?

Samedi, sur un vol Istanbul-Zurich, un passager de 29 ans s’est brutalement levé de son siège en criant « Alluah Akbar ».
Vous vous imaginez l’effroi des passagers qui se voyaient déjà exploser en plein vol au-dessus des Alpes…
L’équipage et de courageux passagers l’ont immédiatement maîtrisé pour le confier, à l’atterrissage, à la police, laquelle l’a aussitôt dirigé vers un hôpital…


Comment pouvons-nous espérer gagner la guerre contre ce terrorisme à répétition alors que nos gouvernants se contentent de tweeter en laissant des milliers de fichés S en totale liberté ?
Le tueur de l’Opéra était fiché S comme la plupart de ceux qui ont déjà assassiné nos compatriotes.
Il était né en Tchétchénie.
Avec sa famille, il avait trouvé refuge en France.
On l’avait naturalisé français.
Et son acte terroriste de samedi ?
Sa façon de remercier la France, peut-être.

Bis repetita.
À chaque attentat, on constate les mêmes causes et les mêmes effets.

Alors, oui, arrêtons de plaisanter et exigeons de Macron non pas des paroles mielleuses, mais une vraie politique guerrière : ouvrons des centres d’internement pour tous ces fichés S avant qu’ils n’agissent, et interdisons le retour de tous ceux qui sont allés aider l’État islamique.
À la guerre comme à la guerre.
« Paroles, paroles, paroles », chantait Dalida.
Eh bien, disons que nous avons assez entendu de ces paroles condamnant des actes insupportables. Nous voulons des actes.
« Unis face à la barbarie », a tweeté François Hollande.
Mais que n’a-t-il pas réagi en son temps !

« La France ne cède pas un pouce aux ennemis de la liberté. »
Mais notre Président se doute-t-il du vide des mots macroniens ?
Si l’on s’en réfère à ces très très nombreux tweets émis quotidiennement par sa pensée unique, il semble préférer combattre les nationalistes et autres souverainistes plutôt que de s’attaquer aux racines du mal.
C’est nettement plus facile.

Comme quoi les Présidents se succèdent dans la médiocrité pendant que la barbarie islamiste s’installe tranquillement dans nos rues, notre quotidien, notre vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.