jeudi 17 mai 2018

Cinq policiers hospitalisés après avoir été violemment agressés dans le quartier du Mirail

 
 
Le véhicule de police a été très endommagé dans le choc. / Photo DR
Le véhicule de police a été très endommagé dans le choc. / Photo DR

Publié le 17/05/2018


Mercredi soir vers 19 heures 45 une patrouille de police qui effectuait une opération de surveillance de trafic de stupéfiants dans le quartier du Mirail, a été victime d'une violente agression.

Les forces de l'ordre ont décidé de contrôler un véhicule suspect avec à son bord deux hommes.
Mais le conducteur a refusé d'obtempérer au contrôle d'identité et a renversé un policier qui se trouvait à pied rue de Kiev.
Aussitôt les équipages de police ont pris en charge ce véhicule en fuite qui a percuté de nombreuses voitures dans sa course.
En remontant la rue Lalanne en sens interdit, le fuyard a alors volontairement percuté frontalement une voiture  de police arrivée en renfort pour le stopper, à bord de laquelle se trouvaient quatre agents.
Le policier renversé et ses quatre collègues qui se trouvaient à l'intérieur du véhicule percuté, souffrant de contusions, ont tous été transportés à l’hôpital Purpan par les pompiers.
Quatre d'entre eux sont en arrêt de travail ce jeudi en raison de leurs blessures.
Le véhicule de police a été très endommagé dans le choc.
Le passager du véhicule en fuite, âgé de 36 ans, a été immédiatement interpellé et le conducteur, âgé, lui, de 25 ans, qui s'est échappé en courant a finalement été intercepté quelques instants plus tard.
L'individu portait sur lui 30 grammes de produits stupéfiants, une bombe lacrymogène gros modèle, une matraque télescopique, n'était pas titulaire du permis de conduire et ne possédait pas d'assurance pour sa voiture.
Dépisté positif aux stupéfiants, il a refusé de se soumettre au prélèvement  sanguin.
Déjà connu des services de police, il faisait l'objet de fiches de recherche pour une peine de prison de huit mois qu'il n'avait pas purgée.






Le syndicat Alliance Police Nationale, par la voix de Sébastien Pelissier, son secrétaire départemental, qui regrette et condamne ces faits, appelle à la plus grande fermeté contre les auteurs de violence policière.
 
Le syndicat Unité SGP demande également la plus grande fermeté à l’encontre des individus interpellés, lesquels ont délibérément mis en danger la vie de plusieurs fonctionnaires ainsi que des autres usagers.
"La lutte acharnée menée par la police toulousaine contre les trafics de stupéfiants devient une mission délicate et dangereuse tant les enjeux financiers sont conséquents pour les trafiquants", déclare Unité SGP dans un communiqué publié ce jeudi matin.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.