jeudi 24 mai 2018

Yvelines : Des policiers et pompiers pris d’assaut par une soixantaine d’agresseurs dans un guet-apens.

 
 
 
Illustration Actu17 ©
 
24 mai 2018   par C. Laudercq et R. Lefras.

Jets de boules de pétanque, incendies volontaires, barricades…
Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit et demi, les policiers ont été requis pour sécuriser l’intervention de sapeurs-pompiers venus éteindre des feux de poubelles dans la cité de la Noé à Chanteloup-lès-Vignes.
Mais à leur arrivée, tous sont tombés dans un guet-apens.
 
Une soixantaine d’assaillants
 
Des violences urbaines d’ampleur ont éclaté.
Plusieurs dizaines d’agresseurs ont jeté divers projectiles sur les forces de l’ordre, obligeant ces derniers à répliquer avec des moyens de défense intermédiaires.
Les assaillants ont également dégradé des véhicules de riverains.
Les policiers, surpris par la violence de l’attaque ont dû se replier en l’attente de renforts.

TVL, journal du jeudi 24 mai 2018: Macron chez les soviets

 


 
Ajoutée le 24 mai 2018
 
01:27 - International / Macron chez les soviets
05:30 - International / Automobile, le nationalisme économique à fond la caisse
09:48 - Société / Le télétravail à la cote !
13:35 - Culture / Les voitures de collection à l’honneur
16:24 - L’actualité en bref
23:30 - La France de Campagnol


Le dessin du jour d’Ignace

Tous pourris ???

 
 

 
Merci à Fabie

Pays-Bas : 1 400 filles mineures sont chaque année victimes d’esclavage sexuel, abusées et forcées à se prostituer par de jeunes proxénètes immigrés

 
 

 
Chaque année, plus d’un millier de mineures néerlandaises sont victimes d’abus sexuels et d’exploitation, cet esclavage sexuel est organisé par de jeunes proxénètes issus de l’immigration, révèle une enquête.

Le journal a contacté des travailleurs sociaux, la police et des experts en la matière.

A l’aide de cadeaux, de boissons et de drogues, des soi-disant «loverboys» parviennent à avoir des relations sexuelles avec des filles vulnérables avant de prendre des photos ou filmer des vidéos compromettantes qui serviront de levier pour extorquer les jeunes filles et les forcer à se prostituer.
« Ces hommes sont principalement marocains, turcs, caribéens et roms. La majorité d’entre eux sont issus de l’immigration », a déclaré Gideon van Aartsen de Watch Nederland, une initiative qui coordonne avec la police nationale les efforts de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants (CSE).

« Eurocalypse! Les Allemands veulent une procédure ordonnée de sortie de l’euro ! » L’édito de Charles SANNAT

« Eurocalypse! Les Allemands veulent une procédure ordonnée de sortie de l’euro ! » L’édito de Charles SANNAT
 
par | 24 Mai 2018 |
 
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Eurocalypse saison 2 épisode 1!! Le Frankfurter Allgemeine Zeitung est un grand, très grand quotidien allemand.
 
Et quand dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung il y a 154 des plus grands économistes allemands qui piquent une gueulante, cela s’entend – enfin, façon de parler, vu que les gueulantes écrites ne sont pas bruyantes en soi, mais vous voyez l’idée, cela fait désordre…
On y arrive enfin…
Enfin pas tout à fait encore, mais on s’en rapproche. Explications.
 
Le projet de Macron ? C’est nein !

Bon, tout d’abord, ils commencent par mettre parfaitement à l’aise notre président jupitérien, Macron, en expliquant vertement que ses propositions, il peut se les garder et se les mettre là où ils le pensent aussi délicatement.
 
 
« Nous – 154 professeurs d’économie – mettons en garde contre la poursuite du développement de l’union monétaire et bancaire européenne en une union de responsabilité.
Les propositions du président français Macron et du président de la Commission européenne Juncker mentionnées dans l’accord de coalition de Berlin comportent des risques élevés pour les citoyens européens. »
 
Les machins européens du type MES et Union bancaire, c’est… nein aussi !

Emmanuel Macron, la bête noire de Michel Onfray

 
 
    
Pour lui, Macron est un « gamin »…

Il est un site que vous devriez plus souvent regarder et écouter, celui de Michel Onfray, philosophe, auteur prolifique et observateur sans concession de la vie politique française qu’il dissèque avec le talent oratoire que tous s’accordent à lui attribuer.
Sauf notre Président : il a pris en grippe ces philosophes qui se permettent de le critiquer à longueur d’écrits et d’antenne.
Il est nécessaire de rappeler ce que, du haut de son trône, Jupiter avait déclaré à propos de Michel Onfray et autres philosophes : « Ils ne m’intéressent pas tellement. Ils sont dans les vieux schémas. Ils regardent avec les yeux d’hier, le monde d’hier. Ils font du bruit avec de vieux instruments. Pour une large part d’entre eux, ça fait longtemps qu’ils n’ont pas produit quelque chose de renversant. Du reste, ils proposent quoi ? Ils sont sur leur Aventin. Ils n’aiment pas l’action politique mais vivent de son commentaire. Ils sont devenus des éditorialistes. Des esprits tristes englués dans l’invective permanente. Ce qu’ils détestent, c’est l’idée même d’une réconciliation. »
Alors, Michel Onfray, qui se déclare de gauche mais dont les droites n’auraient souvent pas honte de sa pensée, se lance dans l’anti-macronisme le plus absolu.
Le traitant, ce 11 mai, au micro d’Europe 1, de petit garçon, et sur sa propre antenne, étudiant ses faits et gestes à travers le microscope de ses célèbres lunettes.

Le mal-être d’une autre catégorie de fonctionnaires : les policiers

 
 


Le 24/05/2018


Les faits les plus graves se sont déroulés lundi à Marseille. Plusieurs individus ont fait une descente dans un quartier de la cité phocéenne, n’hésitant pas à ouvrir le feu et à braquer des policiers.

Tandis que, ce mardi 22 mai, Macron faisait son show à l’Élysée devant 600 personnes et diverses associations – pour ne rien annoncer sur les banlieues -, les fonctionnaires défilaient dans les rues de Paris et de plusieurs villes de France.
Les forces de l’ordre étaient, une nouvelle fois, agressées par l’ultra-gauche.
Et, la veille, Marseille était le théâtre d’une opération commando de la part de narco-trafiquants. Rien ne pouvait mieux résumer l’état de délabrement moral et institutionnel dans lequel se trouve notre pays, et la distance qui sépare désormais Jupiter du reste du monde réel.
Ce mardi, des milliers de fonctionnaires ont manifesté en France pour défendre leur avenir.
Depuis plusieurs années, ils subissent le poids des restrictions budgétaires, des diminutions d’effectifs, du gel des traitements et des réformes qui, d’année en année, repoussent l’âge légal de la retraite.
Cette fois-ci, et même s’ils étaient apparemment moins nombreux à Paris, des policiers se sont joints à eux pour défendre le statut spécial qui, jusque-là, leur permettait de trouver quelques compensations statutaires à un métier qui devient de plus en plus difficile.

La Marion Maréchal Académie est lancée !, par Caroline Parmentier

 
 
  Résultat de recherche d'images pour "marion marechal le pen"

Pendant que la Sorbonne se voile, Marion Maréchal ouvre son école supérieure : Ce sera l’Institut des sciences sociales économiques et politiques : l’ISSEP.

Les premiers étudiants seront accueillis dès le mois de septembre.
Le site de l’Institut de sciences sociales, économiques et politiques a été mis en ligne mardi.
En quelques heures il était pris d’assaut et saturé, victime de son succès.
On y découvre le contenu pédagogique de l’académie politique imaginée par l’ancienne députée Front national et inaugurée le 22 juin prochain.
« Excellence, éthique, enracinement et engagement » sont les quatre valeurs fondatrices revendiquées sans ambiguïté dès le mot d’accueil de la direction, signé de Marion Maréchal, « directrice et ancien député » et de Patrick Libbrecht « président honoraire, ancien DG de sociétés alimentaires françaises » :
« L’exigence de performance est centrale dans les attentes des citoyens envers les élus. C’est la singularité et la richesse de notre projet que de faire émerger des décideurs économiques qui placeront leurs ambitions au service de projets utiles à la société et ne s’enfermeront pas dans une simple logique comptable ou financière, ainsi que des décideurs publics qui insuffleront une nouvelle vitalité à la vie politique de notre pays. »
Situé à Lyon dans le quartier de la Confluence, l’ISSEP propose deux types de formations : un magistère sur deux ans, où l’on entre à Bac+3 pour 5 500 euros par an.
Et une formation continue le week-end pour les actifs et les étudiants.

mercredi 23 mai 2018

Belgique : Premier Etat islamique d'Europe ?




Le 18 mars 2016, la police anti-émeute bloque une rue de Molenbeek à Bruxelles, après que des perquisitions aient permis l'arrestation de plusieurs personnes, dont Salah Abdeslam, l'un des auteurs des attentats de novembre 2015 à Paris. (Photo Carl Court / Getty Images)

  • Les dirigeants du parti belge ISLAM ont apparemment pour projet de faire de la Belgique un Etat islamique. Ils le nomment « démocratie islamiste » et espèrent atteindre leur objectif en 2030.

  • « Le programme est simple : remplacer les codes civil et pénal par la charia. » - Magazine Causeur.

  • « La capitale de l'Union européenne [Bruxelles] sera musulmane dans vingt ans ». - Le Figaro .

Le développé de l'acronyme du parti ISLAM signifie « Intégrité, Solidarité, Liberté, Authenticité, Moralité ».
Les dirigeants du parti ISLAM veulent apparemment faire de la Belgique un Etat islamique.
Ce projet de « démocratie islamiste » ils entendent le réaliser d'ici 2030.
Selon le magazine Causeur, « le programme est d'une simplicité déconcertante : remplacer les codes civil et pénal par la charia ».
Créé à la veille du scrutin municipal de 2012, le parti ISLAM a immédiatement obtenu des résultats impressionnants.
Pour ne pas dire alarmants.
Michaël Privot, expert de l'islam, et Sébastien Boussois, politologue, estiment que ce nouveau parti est à même de provoquer une « implosion du corps social ».
Certains politiciens belges, tels que Richard Miller, préconisent d'ores et déjà l'interdiction du parti ISLAM.
L'hebdomadaire Le Point détaille les projets du parti ISLAM: « Prévenir le vice en interdisant les établissements de jeux (casinos, machines à sous et agences de paris) et la loterie ».
Outre le port du voile à l'école et un accord sur les fêtes religieuses islamiques, le parti ISLAM réclame que toutes les écoles de Belgique mettent la viande halal aux menus des cantines scolaires.

« Préparez-vous ». Le message d’alerte d’un membre du GIGN à la population française

 
 
 




« Préparez-vous ». Tel est le message adressé par un membre actif de l’unité d’assaut du GIGN (Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) à la population française.


C’est l’écrivain Laurent Obertone – qui promet un livre à paraitre fin septembre qui aura un impact certain – qui a révélé ces propos, sur sa page facebook, des propos qui font froid dans le dos.
 


Message reçu à l’instant, destiné à mes lecteurs et plus généralement à la population civile. Partagez en masse cet avertissement.
 
« Pendant que les mass médias nous inondent de mariage en Angleterre et de festival de Cannes, bon nombre d’événements classés « faits divers », violences inédites sur le territoire national, se mettent en place :
Marseille « busserine » avec des groupes armés et des techniques para-militaires parfaitement rodées, un procureur satisfait du dispositif policier et qu’il n’y ait pas eu de blessés, de nombreuses attaques de policiers en civils par des groupes de jeunes (Grenoble, Courcouronne…), violences par 200 personnes à Lyon la Duchère, un homme a Pau battu à mort par des ados, appel au djihad en France par des imams dans des mosquées françaises mais aussi les suicides à répétition des policiers et gendarmes abandonnés par la Justice et rabaissés par la hiérarchie, avec un projet de CDD à venir pour les forces de l’ordre alors que la formation est déjà un réel problème.

Bon nombres d’autres « signaux faibles », comme aiment les appeler les politiques, passent inaperçus.
Dans les rangs de mes camarades de l’unité d’assaut du GIGN, actifs et connectés aux unités de renseignement, tous ces signaux confirment qu’un scénario de guerilla se met en place dans un mutisme ahurissant.
Notre message est simple : préparez-vous. »

Le vrai plan banlieue : quand chez toi devient chez eux

 
 
                                      
Communément, l’expression « plan banlieue » évoque un énième plan d’aides aux quartiers immigrés, synonyme de milliards dépensés en pure perte pour acheter une hypothétique paix sociale.

 L’objectif affiché : « intégrer » ces quartiers au reste de la société française.
Pourtant, le vrai « plan banlieue », celui palpable, concret, tangible, désigne un mécanisme inverse, un phénomène d’ampleur qui ravage nombre de nos villes et de nos villages.
Le véritable « plan banlieue », qui s’étend actuellement partout en France, ce n’est pas la politique de la ville qui s’applique à la banlieue, mais la « politique » de la banlieue qui s’applique dans nos villes.
Pour tâcher d’être plus clair, voici comment se déroule un vrai « plan banlieue », dans la vraie vie. Prenons un exemple très concret, celle d’une petite ville de la « France périphérique » de 7000 habitants, appartenant pour la plupart à la petite classe moyenne blanche rurale ou semi-urbaine.
Un centre-ville jusque-là agréable avec quelques commerces.
Mais aussi un « quartier sensible » dont les habitants sont très majoritairement issus de l’immigration maghrébine et africaine.

Première étape du vrai « plan banlieue » : des habitants de la cité commencent doucement à fréquenter le centre-ville.
Ils investissent notamment les bistrots, et surtout leurs terrasses.
Une fois installés (face à la rue, si possible), ils commandent un café.
Le fameux « café en terrasse » : combien de patrons n’en servent plus ou appliquent des tarifs prohibitifs afin de prévenir ce type de phénomène dans leur établissement ?
Car une fois leur terrasse investie par cette nouvelle clientèle, les passants ne s’arrêtent plus, les habitués viennent de moins en moins : pour le bistrot, c’est fini.

Plan banlieues: Rétablir l'ordre ! Point barre. Quelqu'un pour le dire à Macron ?

  
Résultat de recherche d'images pour "macron plan banlieue"


mercredi 23 mai 2018

Une nouvelle fois, j'ai écouté le Macron, on n'est jamais déçu: c'est tous les jours le printemps avec lui.

"La France, une chance pour chacun".

Il avait promis de faire un discours très court sur son plan banlieues, nous n'avons pas été déçu, pendant plus d'une heure trente, il nous a dit comment il voyait le truc: S'attaquer aux problèmes des banlieues et des quartiers sensibles, il fallait d'abord changer de méthode.
A nouveau monde, nouvelle méthode; autrement dit tout ce qui a été fait avant, c'était de la merde (là, il n'a pas tout à fait tort) et que deux mâles blancs (lui et Borloo) n'étaient pas les mieux placés pour s'échanger encore un plan sur les técis.

Il commence fort le Maître des horloges !
Deux mâles blancs... parce que seuls les racailles et les associatifs sont à même d'évoquer et de résoudre le problème ?
Sont-ce les drogués qui seuls seraient habilités à nous dire ce qu'il faut faire pour lutter contre la drogue ?
Du grand Macron, capable de nous proposer tout un ensemble de mesurettes non chiffrées en habillant le machin de philosophie et d'un appel à la mobilisation générale !

Mobilisation qu'il a dit ! Mobilisation des 120 plus grosses entreprises françaises qui seront punies si on les surprenaient à faire de la discrimination à l'embauche, mobilisation des associations, des populations, des familles, de la République, blablabla...

TVL, journal du jeudi 23 mai 2018: Hidalgo, la reine de la jungle parisienne

 
 



Ajoutée le 23 mai 2018
 
01:28 - Immigration / Hidalgo, la reine de la jungle parisienne
07:54 - Société / Un énième plan banlieue qui ne dit pas son nom
11:34 - Union européenne / Zuckerberg surfe sur le gril bruxellois
14:52 - International / Rwanda : l’armée française en quête de soutien
19:02 - L’actualité en bref
24:04 - La France de Campagnol


Le dessin du jour d’Ignace

Migrants à Paris : à quoi joue le gouvernement face à Hidalgo ?

Migrants à Paris : à quoi joue le gouvernement face à Hidalgo ?
 
© Philippe Wojazer Source: Reuters
    Le long du Canal Saint-Martin à Paris, les tentes s'accumulent, 15 mai, illustration
23 mai 2018   
 
Avec les élections municipales de 2020 en perspective, les intrigues politiciennes s'intensifient, mais tous les coups sont-ils permis ?
 
A en croire RTL.fr, la crise migratoire à Paris est à présent utilisée dans cette bataille entre Hidalgo et LREM.
Selon les informations de RTL.fr publiées le 23 mai, Gérard Collomb entendrait traîner des pieds sur le dossier des migrants à Paris : «Gérard Collomb le confie en privé à ses proches. Il va faire un peu durer la situation autour des tentes de migrants sur les quais parisiens. Inutile de se presser, à l'écouter. Si ça peut embarrasser Anne Hidalgo, ce n'est pas grave. Au contraire, même.»
           
Etonnamment, le ministre de l'Intérieur claironne pourtant l'inverse dans un communiqué et annonce l'organisation «à bref délai» d'une évacuation des plus de 2 300 migrants vivant sur des campements à Paris.
Gérard Collomb «prend note du refus de la ville de demander l'évacuation de son domaine public, ce qu'il regrette», et demande par conséquent au Préfet de police «de pallier cette carence en vue de procéder à l'opération».
La raison de ce double discours est simple, à en croire le diagnostic de RTL : «A deux ans des municipales que prépare La République en Marche [le parti présidentiel], tout ce qui peut embêter le maire de Paris est le bienvenu.»

Violences à Marseille : La vidéo choc de Samia Ghali. Des policiers "escortés" par des jeunes en scooter


Au sujet des 4 CRS de Chalon-sur-Saône attaqués par des racailles à Grenoble

 
 

Traquer et ruiner les Iraniens et les Européens aussi !

Traquer et ruiner les Iraniens et les Européens aussi !

par | 23 Mai 2018 |

« Traquer et ruiner ». Vaste programme américain. Sur le sujet de l’Iran, l’agressivité américaine est à son comble et la dialectique est terriblement guerrière.
 
Les États-Unis ont indiqué à l’Iran qu’ils allaient imposer les mesures de sanctions économiques les plus fortes possibles, qu’ils allaient ruiner l’Iran, ruiner son économie, rendre la vie impossible à son peuple jusqu’à la reddition sans condition de Téhéran.
Au passage, les USA menacent les entreprises européennes et tous ceux qui commerceront avec l’Iran.
En fait non, les États-Unis ne menacent pas parce qu’ils vont être, sur le dossier iranien, impitoyables, ce ne sont pas des menaces car ce sera leur politique.
Réellement. Totalement.
Les États-Unis vont utiliser toute la violence dont ils sont capables
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo n’y est d’ailleurs pas allé par 4 chemins !
Il a promis de traquer les agents iraniens et leurs supplétifs du Hezbollah à travers le monde pour les écraser.
Qu’il allait instaurer des sanctions financières au régime et « écraser » les agents iraniens partout dans le monde.

Les ultimes combats de Daech dans la banlieue de Damas


 




Damas et sa banlieue sont donc entièrement libérées du fléau islamiste et ne craindront plus de régulières et meurtrières salves d’obus. C’est un tournant depuis 2012.

Les médias européens en parlent peu, et pourtant…
Après les combats de la Ghouta contre Al-Nosra et Jaych al-Islam, ponctués par la provocation de l’attaque chimique qui a valu à la Syrie le grotesque bombardement du trio Trump-Macron-May, l’armée syrienne a achevé son dernier combat pour libérer Damas et sa banlieue.
Car au sud de la capitale, à dix kilomètres à peine, Daech tenait son dernier bastion urbain : le camp palestinien de Yarmouk et ses quartiers alentour, notamment la ville d’Hajar Asswad.
Au moins 2.000 combattants et leurs familles, qui avaient progressivement reconquis cette zone au détriment des autres groupes islamistes, impitoyablement éliminés, administraient cette zone.
Les Palestiniens, présents dans ce camp depuis 1948 et leur expulsion de Palestine par les Israéliens, se sont divisés sur cette affaire : une partie a rejoint les islamistes, l’autre a combattu aux côtés de l’armée syrienne.
Celle-ci a lancé l’offensive il y a un mois, aidée de l’aviation russe.
Le Hezbollah libanais et les Iraniens ont semblé absents des combats qui, au sol, se sont donc passés essentiellement entre Syriens.
En effet, pour une fois, les combattants de Daech comptaient peu de volontaires étrangers.

Économie : ciel bleu médiatique et nuages noirs à l’horizon

 
 


Le 23/05/2018


Les acteurs financiers font fi des tensions géopolitiques et concentrent leur attention sur les bonnes nouvelles du verre à moitié plein.

Les oscillations violentes en Bourse à la baisse de début d’année ne sont déjà plus qu’un lointain souvenir.
Les acteurs financiers font fi des tensions géopolitiques et concentrent leur attention sur les bonnes nouvelles du verre à moitié plein.
Aux États-Unis, le chômage officiel tronqué est à 3,9 %, soit son plus bas niveau en vingt ans, tandis que l’industrie crée quelques emplois et que la confiance des ménages est plus élevée avec Trump.
Ce dernier devrait pourtant léguer à son successeur un déficit budgétaire de plus de 5 % du PIB, une dette alourdie et une balance commerciale déficitaire abyssale, au-delà de quelques victoires ponctuelles remportées par le spécialiste immobilier de la négociation, du « deal ».
Dans le Times, David Stockman, un ancien banquier et adjoint de Reagan, prédit « une catastrophe monétaire et fiscale de proportions bibliques », tandis que le gestionnaire américain de fonds spéculatifs Paul Tudor Jones vient de déclarer : « Nous sommes en train de développer le bon vieux scénario des bulles financières, qui nous est tant familier. »
Paul Tudor Jones prédit un effondrement boursier dès 2019, après avoir prédit le krach de 1987. Quant aux gérants de fonds, un grand nombre est conscient de la surévaluation des marchés, mais ils continuent à jouer en pariant sur l’excès de liquidités.
En Europe, la BCE mettra probablement un terme à l’assouplissement monétaire quantitatif fin 2018 et commencera à relever ses taux en 2019.
Si la Fed continue d’augmenter aussi les siens, ce pourrait être le début de l’apocalypse dans le monde, même si l’élévation des taux est graduelle.

mardi 22 mai 2018

L'arnaque de la vitesse à 80 km/h résumée en une image

 
 
 

TVL, journal du mardi 22 mai 2018: Nucléaire iranien : Trump toujours plus loin

 
 



Ajoutée le 22 mai 2018
 
01:37 - International / Nucléaire iranien : Trump toujours plus loin
05:29 - Union Européenne / L’Italie en ordre de bataille
08:44 - Société / Abattoirs : L214 met la pression au gouvernement
13:50 - Religion / Le succès du pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté
19:33 - L’actualité en bref
24:43 - La France de Campagnol


Le dessin du jour d’Ignace

Sevran : bien que condamné, le maire a peur de démonter les tentes du ramadan



 
Sevran, ce vendredi 18 mai. Les musulmans de la Cité Basse sont en colère après que la Logirep a obtenu un jugement les obligeant à retirer deux tentes, installées sur le parking pendant le ramadan.  LP /Sébastien Thomas

Publié le Publié le 22 mai 2018 2018 Auteur par admin4
 
 La mairie a été condamnée par la justice mais préfère payer des amendes plutôt que de mettre en colère certaines populations !

Deux tentes ont été dressées sur des parkings dans la ville colonisée de Sevran (Seine-Saint-Denis), dans le quartier de la cité Basse, à l’occasion du ramadan.
L’une d’entre elles est fournie par la ville.
Mais le bailleur du parking, la Logirep, a contesté en justice son occupation car la mairie n’a pas respecté le droit et « oublié de le prévenir » : le tribunal administratif de Montreuil lui a donné raison, condamnant vendredi dernier la commune à démonter les tentes, sous astreinte journalière de 2000 €. Cependant, le maire Stéphane Blanchet refuse d’obéir et « afin de légaliser son action, l’élu a décidé de réquisitionner les parkings pour éviter « un trouble à l’ordre public » » relate le Parisien.
--------------------------------------
 
Le tribunal administratif vient de donner raison au bailleur Logirep.
Association et mairie ont jusqu’à mardi pour démonter les barnums dressés pour le ramadan, cité Basse.
La colère gronde et les élus réclament l’intervention de l’Etat.
« S’ils viennent démonter les barnums mardi, ça va mettre le feu dans le quartier. »
La colère est contenue mais elle est perceptible parmi les fidèles venus prier, ce vendredi midi, sous les tentes installées sur une partie des parkings de la Cité Basse, à Sevran, dans le cadre du ramadan. Le bailleur, la Logirep, a attaqué cette installation en justice estimant qu’elle était illégale et a gagné la manche ce vendredi.

Deux blessés après l’attaque de la braderie de Lille - Fives par une quinzaine de jeunes à motos

La scène s’est déroulée sur le marche de Fives, dimanche après-midi rue Pierre-Legrand à Lille-Fives. Photo archives «
La Voix
»

La scène s’est déroulée sur le marche de Fives, dimanche après-midi rue Pierre-Legrand à Lille-Fives. Photo archives « La Voix » - VDN

Par A. D. Et B. Du. (Avec Y. S.) |
 
Dimanche après-midi, vers 16 h 30, le marché du quartier de Fives se déroule entre les rues de Lannoy et Pierre-Legrand.

Des jeunes en scooters et motos sont là également et s’amusent à rouler au milieu des piétons.
 
Dimanche, le traditionnel marché de la rue Pierre-Legrand à Lille-Fives s’est achevé par une scène de « lynchage » selon une victme.
Des passants se sont heurtés à des jeunes à moto et scooters qui faisaient du rodéo au milieu des familles.
Selon un témoin, les motards ont foncé dans le marché en criant « vous allez crever ».
Au moins deux personnes ont été blessées. La ville réagit.

Lire aussi «La saison des rodéos sauvages est revenue, impossible de dormir!»

Entre cinq et dix motos et scooters

 
Ces intrusions finissent par exaspérer les riverains qui interviennent.

Syrie – Le Drian, débile débonnaire ou parfait salaud




Mondialisation.ca, 19 mai 2018

Il n’y a jamais eu de guerre civile en Syrie, mais une agression extérieure planifiée et sponsorisée par les Occidentaux.


Stephen Sackur (BBC) s’entretenait récemment avec le député syrien Fares Shehabi, membre du Parlement syrien d’Alep : ce dernier dénonçait en direct sur la BBC le rôle du Gouvernement britannique dans le soutien aux terroristes djihadistes en Syrie et la propagande mensongère de la BBC (voir la Vidéo VO, 30/04/2018 ).
Fares Shehabi évoque les terroristes djihadistes britanniques qui étaient présents à Douma et ont été renvoyés dans leur pays où dans le nord de la Syrie : « Il y a 280 Britanniques en route de Douma vers l’Europe, ils retournent à présent en Angleterre… »
Il ne faut pas oublier que ce sont les habitants de la Ghouta qui se sont révoltés contre les terroristes du Front al-Nosra, de Jaych al-Islam et de Faylaq al-Rahmane.
Cela n’est jamais divulgué dans nos médias à la solde d’un Pouvoir occidental qui ne pense que par ses intérêts égocentriques.
Dans la Ghouta orientale et dans d’autres banlieues de Damas, les terroristes djihadistes utilisent les populations civiles comme boucliers humains pour se protéger des bombardements de l’armée syrienne : croyez-vous qu’un seul média traditionnel occidental va en parler?
Aucun.
C’est le silence complet.
Mais les médias vont se déchaîner sur les « horreurs des bombardements » qualifiés du « régime », avec en même temps un silence absolu sur le déluge d’obus tirés par les terroristes sur la ville de Damas : sur la place des Abbassides, sur les quartiers chrétiens, sur le centre ville, faisant des centaines de victimes syriennes, des morts et des blessés dont la presse occidentale ne dira jamais un mot!
C’est quoi cette information ?
C’est quoi cette objectivité Monsieur Le Drian et Cie?
Quels sont les intérêts que vous protégez dans ce camp mafieux d’Etats voyous?
Pour qui travaillez-vous, qui est votre « parrain », dans un tel contexte de mensonge et de trahison ? Pourquoi continuez-vous de faire passer les terroristes de Jabhat al-Nosra, et d’autres groupes armés, soutenus par l’Occident, les pays du Golfe et Israël, pour des «combattants de la liberté»?
Chaque semaine, le Père Daniël, un prêtre Belge du pays Flamand, vivant en Syrie depuis des années, publie un bulletin d’information dans lequel il décrit ses expériences et ses réflexions sur la situation concrète qu’il observe.

Marseille: VIDEO. Fusillade à la Busserine : la scène filmée depuis un balcon de la cité

 
   © France 3 Provence Alpes
Un vidéaste amateur a filmé la scène de la fusillade, ce lundi après-midi, dans la cité de la Busserine, dans le 14e arrondissement de Marseille.
Des individus cagoulés et armés de kalachnikovs ont ouvert le feu dans la rue.
Des cagoulés sortent d'une voiture sombre et tirent en l'air alors qu'un passant reste figé à quelques mètres.. la scène se passe en plein jour ce lundi 21 mai, au coeur de la cité marseillaise de la Busserine, entre le bâtiment A et le centre social.
On se croirait dans Taxi 5 mais ce n'est pas de la fiction.

 

Une personne enlevée

Il est environ 17h00, quand ces individus cagoulés et armés de kalachnikovs ouvre le feu.
Selon un témoignage, une personne aurait été enlevée par une voiture dont les occupants ont tiré en l'air à plusieurs reprises", a précisé le procureur de la République Marseille Xavier Tarabeux. 
Sur une deuxième vidéo amateur, on entend des tirs résonner dans la rue Mahboubi Tir devant le centre commercial du Mail alors que les tireurs prennent la fuite dans leurs voitures.

Quatre CRS chalonnais agressés et blessés à Grenoble

 

 
 
Les CRS chalonnais n’étaient pas en mission au moment des faits. Ils rentraient à la caserne suite à un moment de détente.

Selon Jean-Marie Philips, délégué régional pour les CRS région Est (Syndicat Alliance), des policiers de la CRS 43 de Chalon-sur-Saône ont été victimes d’une agression ce lundi aux alentours de 20 heures.
En mission de sécurisation de l’agglomération grenobloise, ces policiers étaient en repos ce lundi soir et rentraient au cantonnement de la CRS 47, qui les héberge lors de cette mission.
Selon le responsable syndical, ils auraient été « agressés par une bande d’individus cachés, embusqués dans les buissons.
Les policiers, clairement identifiés comme faisant partie des CRS déplacés sur l’agglomération, se sont vus lynchés par une bande d’une quinzaine d’individus à coups de casque dans la tête, puis, une fois mis au sol, les policiers victimes ont reçu coups de pied et poing et coups de casques sur tout le corps. »
Des faits confirmés par le commandant de la CRS43 Sébastien Pelletier, qui évoque quatre blessés chez ses hommes, hospitalisés dans deux hôpitaux de l'agglomération grenobloise.

Communiqué de Gilles Platret, maire de Chalon
 "J’apprends que des éléments de la CRS 43 de Chalon, en mission à Grenoble, ont été pris dans un traquenard et agressés alors qu’ils se trouvaient en civil et que deux d’entre eux ont été blessés. Je leur exprime, au nom de la population de Chalon, toute notre sollicitude et leur adresse nos encouragements les plus fidèles."


« Italie, comme si Le Pen était ministre de l’Intérieur et Mélenchon ministre du Travail ! » L’édito de Charles SANNAT

 
 
« Italie, comme si Le Pen était ministre de l’Intérieur et Mélenchon ministre du Travail ! » L’édito de Charles SANNAT
 
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Ce qui se passe en Italie est totalement ébouriffant.
 
Évidemment, comparaison n’est pas raison, mais pour vous donner une image, c’est un peu avec le nouveau gouvernement qui arrive en Italie comme si nous avions en France un beau lendemain d’élection, l’avocat Dupond-Moretti Premier ministre, puis Marine Le Pen ministre de l’Intérieur et Mélenchon ministre du Travail…
Il y aurait de quoi rire, pleurer, ou paniquer en fonction de vos convictions et de vos craintes, ce qui est certain c’est qu’il y aurait un tantinet d’animation !!
 
Deux hommes, deux partis

Le patron du Mouvement 5 étoiles, le M5S, c’est Luigi Di Maio, et il va se retrouver aux manettes du ministère du Travail. J’en rigole encore à l’idée de la tête que vont faire les marchés obligataires européens demain mardi lorsque tout le monde reviendra au travail.
Le patron du parti « fasciste, raciste et xénophobe » (j’espère que j’ai mis assez de qualificatif politiquement correct pour satisfaire notre Président Macron et ses sbires affectés à la surveillance des blogueurs), c’est Matteo Salvini.
Son parti, la « Ligue », est le grand pourfendeur des migrants qui migrent… et il va s’occuper de l’intérieur.
Son intérieur à lui.
J’en rigole encore à l’idée de la tête que vont faire tous nos aimables mondialistes libre-échangistes qui pensent que mettre un ou deux millions de pauvres bougres, qui n’ont strictement aucun us et coutumes ressemblant de prêts ou de loin à ceux de leur pays d’arrivée, est une bonne idée permettant d’apaiser et de pacifier les relations entre les peuples et les communautés…
 
Les européistes tendance europathes s’étranglent déjà de rage !

Le cannabidiol (CBD) tente de voler au secours du cannabis





Pr. Jean Costentin
Président du Centre National de Prévention d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT).


Outre les intoxiqués par cette drogue, on trouve à la manœuvre des investisseurs, sans autre morale que l’espoir de revenus considérables.

Après des années de déni, la nocivité du tétrahydrocannabinol (THC), principe actif majeur du cannabis, est enfin bien démontrée.
Cela justifie pleinement que, dans une démarche sanitaire, soit maintenue sa prohibition, dont le législateur avait perçu les dangers dès les années 1970.
Les consommateurs ne voulant pas être privés de leur drogue ont usé de stratagèmes variés pour obtenir sa légalisation.
Ils ont mis en exergue quelques activités pharmacologiques pour l’ériger en médicament.
Le libéralisme américain a, sur un temps très court, autorisé le « cannabis médical », dans lequel se sont engouffrés nombre d’utilisateurs physiquement bien portants, qui ont bientôt appuyé la revendication d’une autorisation du « cannabis récréatif » (oubliant que la « récré » peut tourner au drame).
As expected, les premiers constats font apparaître un accroissement du nombre des consommateurs et des accidents sous l’empire de cette drogue.
Outre les intoxiqués par cette drogue, on trouve à la manœuvre des investisseurs, sans autre morale que l’espoir de revenus considérables.
Un de leurs récents subterfuges met en exergue des propriétés pharmacologiques du cannabidiol (CBD) qui coexiste, en des proportions très variables, avec le THC dans le cannabis.
Miracle de la phytothérapie à destination des gens crédules, ce CBD non seulement corrigerait les méfaits redoutés du THC, mais même en accroîtrait les effets bienfaisants.
Aussi-a-t-il été proposé d’associer les deux molécules dans un médicament : le Sativex®.
Les miracles thérapeutiques annoncés par des médias et la pression de lobbies cannabinophiles avaient convaincu un ministre de la Santé (Marisol Touraine) d’autoriser, d’une façon accélérée, sa mise sur le marché.

Pau et Perpignan : deux villes de province révélatrices de la dérive « insécuritaire »

 
 


Le 22/05/2018


 
Deux villes qui, si rien n’est fait, ressembleront sous peu à Marseille, et où les règlements de comptes se feront par les armes.

Dans la rubrique des faits divers, deux villes des Pyrénées occupent actuellement le devant de la scène médiatique.
Pau, ancienne capitale du Béarn, puis du royaume de Navarre.
La ville natale d’Henri IV, aujourd’hui troisième cité du Grand Sud-Ouest après Bordeaux et Toulouse, vient ainsi de défrayer la chronique avec le lynchage, par une bande d’adolescents, d’un jeune Français de 32 ans d’origine burkinabè.
Et puis Perpignan, à l’autre bout de la chaîne pyrénéenne.
Ancienne capitale continentale du royaume de Majorque, et dernière ville méditerranéenne d’importance avant l’Espagne, qui voit les trafiquants de drogue prendre peu à peu le contrôle de certains de ses quartiers.
Pau a longtemps été une ville tranquille.
Jusqu’au milieu des années 1980, la police pouvait y travailler en toute quiétude et aucun de ses quartiers n’était interdit aux forces de l’ordre.
Même celui de « l’Ousse des Bois », théâtre régulier de violences urbaines et aujourd’hui répertorié comme site très sensible du point de vue sécuritaire, voyait les patrouilles de police intervenir sans difficultés particulières.
Et puis, en quelques années seulement, tout a basculé.
Changement de populations, arrivée de nouvelles générations, dégradation généralisée des politiques urbaines et de sécurité.
Et la physionomie de la ville s’est transformée.
Je fus témoin de ces bouleversements.
Aujourd’hui noyautés par le trafic de stupéfiants, plusieurs quartiers sont tenus par les gangs et les dealers.

La facture très salée de l’abandon de Notre-Dame-des-Landes

 
 


L’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes par le gouvernement coûtera plusieurs centaines de millions d’euros. LP/Philippe de Poulpiquet

Emilie Torgemen                20 mai 2018
 
Loin d’être anodine, la décision d’abandonner le déménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique engendre des dépenses en cascade, qui pourraient dépasser le demi-milliard d’euros.
 
Tous les joueurs de poker le savent : se coucher peut coûter cher.
L’abandon de Notre-Dame-des-Landes, annoncé par le Premier ministre Édouard Philippe en janvier, n’était certes pas une décision comptable.
Elle était d’abord motivée par des raisons politiques et écologiques.
Il s’agissait de permettre à un dossier enlisé depuis une quarantaine d’années de sortir de l’ornière : le transfert de l’aéroport actuel de Nantes (Loire-Atlantique) à une vingtaine de kilomètres plus au nord, en plein milieu du bocage.
Mais, alors que la situation est en passe de se normaliser sur le site où devait être réalisé le projet avorté, la facture s’annonce de plus en plus salée pour le contribuable, comme le montre le calcul auquel nous nous sommes livrés.
Selon nos estimations, la note pourrait grimper jusqu’à 699 millions d’euros.

LIRE AUSSI >Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : récit d’une longue journée avec les zadistes
 


Bien que la contestation se soit déplacée vers le Sud, de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) à Saint-Aignan (Loire-Atlantique), où les habitants risquent de subir de nouvelles nuisances en raison de l’augmentation du trafic prévu au-dessus de leurs têtes, les forces de l’ordre continuent, elles, de se déployer massivement au Sud, à grand renfort de moyens matériels : hélicoptères, blindés, bulldozers…
L’objectif : mettre fin à l’occupation illégale des parcelles par une poignée d’irréductibles.

Sans l’aéroport, des besoins supplémentaires

lundi 21 mai 2018

"In memoriam"

 
 
 
 
Quand Arnaud Beltrame nous a quitté, de la façon que l'on sait, j'ai pensé à Dominique Venner.

Deux hommes très différents, autant par les statuts que par les ancrages philosophiques et politiques. mais tous les deux se sont offerts en sacrifice, pour nous indiquer, au prix de leurs vies, le chemin de la résistance à l'extinction programmée de notre Culture.
Doublement "In memoriam", donc, au moment où d'aucuns se réjouissent - au nom du "métissage" - de ce qui n'est rien d'a...utre que le génocide progressif de notre Peuple originel, et qu'ils ont le culot suprême de nommer, "modernité".
Nos rois à nous, nos reines à nous, nos princes et nos princesses s'inscrivaient dans le triple héritage d'une race, d'une Histoire et d'une tradition.

C'est pourquoi ils traversèrent les siècles, quand la "modernité", à chaque époque éphémère, ne traverse que le vide.
Demeurant, comme lui, un "Cœur rebelle",J'en reste à la superbe devise de Dominique Venner:

"La nature comme socle.
L'excellence comme but.
La beauté comme horizon".

Olivier Milza de Cadenet

Mammon ou le triste renoncement de Hulot !


hulot_total_huile_palme


Nicolas Hulot, ministre de l’Environnement et de la Transition écologique. (AFP PHOTO)
 
 
Voici encore une fois la preuve que seul l’argent règne en France et surtout au plus haut sommet de l’État.
 
Monsieur Nicolas Hulot qui a passé toute sa vie à se présenter comme un défenseur de la nature et de l’écologie en faisant peur à tout le monde, vient de céder au lobby de l’huile de palme.
On se souvient de ces interviews télévisées dans lesquelles il expliquait qu’il fallait réagir immédiatement, au risque de détruire la biodiversité de manière irréversible bla-bla-bla !
Maintenant qu’il est au pouvoir, maintenant qu’il est aux manettes, il fait exactement l’inverse de ce qu’il conseillait hier à peine.
La question qui reste à poser est la suivante : pourquoi accepte-t-il de se faire humilier de la sorte ? Est-il complice des lobbys ou est-il tout simplement stupide ?
Dans tous les cas, une chose est certaine, c’est bien l’argent qui commande, qui dicte sa loi, en nous empoisonnant et en détruisant la planète.
 


Tant pis pour la planète : pour faire plaisir à Total, mais aussi à la Malaisie et l’Indonésie, le ministre autorise l’importation de 300.000 tonnes par an de ce produit décrié.     
Il est certes devenu un peu trop facile d’ironiser sur le chapelet de couleuvres qu’avale depuis un an Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique.
Mais celle-ci est trop grosse pour la laisser passer, c’est un boa. 

En finir avec le terrorisme islamiste

 
 
 
« Nous sommes en guerre contre le terrorisme », ne cessent de répéter les porte-paroles de l’oligarchie.
 
Mais au-delà de ces propos incantatoires, rien n’est fait qui soit à la hauteur de cet enjeu guerrier. Pour Ligne droite il convient de commencer par stopper toute nouvelle immigration, de contenir l’islam hors de l’espace public et de retrouver la fierté de ce que nous sommes.
Ce n’est que sous ces trois conditions que toutes les mesures répressives qui sont à amplifier considérablement pourront produire pleinement leurs effets bénéfiques et ramener la paix dans notre pays.

Prendre la mesure de l’enjeu

Les attentats islamistes se multiplient.
Variant les méthodes, les cibles et les lieux, ils reviennent maintenant de façon lancinante dans l’actualité au point d’introduire la peur et l’horreur au cœur de la vie quotidienne des Français.
Face à ce fléau, les dirigeants de notre pays semblent chercher avant tout à éviter les amalgames, à occulter la dimension islamique du problème et à laisser croire qu’ils agissent efficacement.
Nous sommes en guerre contre le terrorisme, répètent-ils à l’envi, comme si cette affirmation pouvait suffire à écarter la menace.
Mais la formule est révélatrice par elle-même de la crainte du système d’affronter la réalité, car c’est à un ennemi qu’on fait la guerre, pas à une méthode de combat.
En 1940, les Britanniques faisaient la guerre aux Allemands, pas aux bombardements.
En refusant ainsi de désigner clairement l’ennemi, la classe politique et médiatique s’interdit de prendre la juste mesure de la menace et de définir les meilleurs moyens de la contrer.

Désigner l’ennemi

L’A75 bientôt payante !



Viduc



Vous avez bien lu, dans quelques mois, l’A75 sera payante ; le gouvernement Macron planche sur l’instauration d’un péage d’autoroute sur la portion gratuite.

  l’A75, construite depuis les années 90, est gratuite sur un parcours de 330 kilomètres, excepté le Viaduc de Millau payant depuis son inauguration en 2004.
578 agents de la direction interdépartementale des routes (DIR) du Massif Central se chargent d’entretenir et de gérer le trafic de 380 km de routes nationales (RN9, N88) deux autoroutes non concédées L’A75 et L’A750.
Au ministère des transports, on planche en catimini, sur une nouvelle loi (loi d’orientation sur les mobilités, LOM).
Cette nouvelle loi doit être présentée en conseil des ministres rapidement, car elle sera surement votée cet été comme d’habitude quand les français seront, pour les plus chanceux, au bord de la mer.
Macron et son gouvernement pensent supprimer la gratuité avant la fin du quinquennat comme prévu.
Les péages autoroutiers seront supprimés et remplacés par un système qui vient des Etats Unis (USA) et du Royaume Uni, ce sont les péages FREE FLOW (comprendre en flux libre) ; rappelez-vous il y a deux ans, quand l’on entendit les bonnets rouges de Bretagne râler contre les fameux portiques.

«Les Italiens d'abord !» : Matteo Salvini recadre Bruno Le Maire, qui avait mis Rome en garde

 
 
«Les Italiens d'abord !» : Matteo Salvini recadre Bruno Le Maire, qui avait mis Rome en garde

© Tiziana FABI, Brendan Smialowski Source: AFP
Image d'illustration : Bruno Le Maire et Matteo Salvini
21:03 à Paris, 21 mai 2018
 
La future coalition gouvernementale italienne a annoncé des mesures anti-austérité qui ont notamment fait réagir le ministre français de l'Economie et des Finances. Après avoir mis en garde Rome, Bruno Le Maire a reçu une réponse de Matteo Salvini.
                                   
Après l'avertissement du ministre français pour qui «la stabilité financière de la zone euro serait menacée [par l'orientation économique d'un gouvernement formé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles en Italie]», Matteo Salvini a réagi sur les réseaux sociaux le 20 mai.
Les Italiens d'abord !
Le secrétaire fédéral du parti anti-immigration et eurosceptique la Ligue a dénoncé «une invasion de terrain inacceptable» de Bruno Le Maire et insisté sur les axes majeurs de la politique qu'il souhaite mettre en œuvre, rappelant dans un premier tweet qu'il ne voulait pas «continuer sur la voie de la pauvreté, de la précarité et de l'immigration : Les Italiens d'abord !»


Dans un deuxième tweet, Matteo Salvini a mis en garde Bruno Le Maire de façon indirecte en conseillant aux «ministres français de s'occuper de la France».