jeudi 19 avril 2018

« Un référendum d’initiative populaire pour que les français aient enfin la parole sur ce sujet dissimulé qu’est l’immigration ! »

Résultat de recherche d'images pour "referendum"


Le 19/04/2018
Nicolas Dupont-Aignan
 
Au micro de Boulevard Voltaire, Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne, détaille son projet de lancement d’un référendum d’initiative populaire comme le prévoit la Constitution.

Avec le sénateur Jean-Louis Masson, il souhaite redonner aux Français le pouvoir de se prononcer sur la question migratoire.
Une grande première en France, qui nécessite l’accord de 185 parlementaires avant d’engranger les signatures de 4,6 millions de Français appelés à se prononcer sur cinq mesures fermes destinées à mettre fin à cette immigration incontrôlée. Sujet de préoccupation commun aux électeurs LR, FN et DLF.
 





J’ai proposé un référendum d’initiative populaire pour que les Français aient la parole sur ce sujet majeur caché et dissimulé.
Il s’agit de mettre enfin en œuvre de vraies mesures permettant de maîtriser l’immigration et d’en finir avec l’invasion que nous subissons.

Le référendum d’initiative partagée est une procédure prévue par la Constitution.
Elle prévoit l’organisation d’un référendum, après l’accord de 185 parlementaires, députés ou sénateurs, et le recueil de 4.600.000 signatures de citoyens.
C’est un vrai parcours du combattant.
Ce serait la première fois qu’il serait mis en œuvre.
Nous lançons, avec le sénateur Masson, ce projet de référendum d’initiative populaire pour partager, selon le terme constitutionnel.

Pensez-vous mobiliser suffisamment de Français sur cette question pour que le projet aboutisse ?

Je ne suis pas inquiet sur les Français.
Ils n’en peuvent plus de l’omerta et de la volonté des juges de bâillonner ceux qui disent la vérité.
Ils veulent des mesures fermes.
Ce sont les cinq mesures que je propose dans ce référendum :

– le contrôle des frontières et la suspension de Schengen ;

– des centres de rétention pour les demandeurs d’asile pour s’assurer du retour dans leur pays lorsqu’ils sont déboutés ;

– des quotas par nationalité et par profession pour éviter l’immigration subie ;

– une limitation du regroupement familial avec la suppression des aides sociales pendant cinq ans, un étranger devant faire la preuve de sa bonne volonté de travail et d’insertion dans la communauté nationale ;

– l’expulsion du pays des délinquants étrangers.

Ces cinq mesures seraient approuvées par référendum.
Et je suis sûr que les Français voteraient ces mesures à 80 %.
En attendant, il faut avoir l’accord de 185 parlementaires pour permettre de récolter les signatures.

Pensez-vous mobiliser des membres de la majorité pour le soutien de ce projet ?

Cela m’étonnerait.
En revanche, je m’adresse aux Républicains.
J’ai repris certaines de leurs mesures.
Toutes les mesures qui sont là étaient dans le programme des Républicains ou de François Fillon. Elles font l’unanimité entre le Front national, Les Républicains et Debout la France.

Si les sénateurs et les députés des Républicains sont cohérents, ils devraient le signer.
Il y a également des non-inscrits, des députés et sénateurs Front national qui vont signer.

S’il y a un peu d’honnêteté politique, de franchise et de transparence, alors je suis convaincu que les députés et les sénateurs auront à cœur de signer cette proposition de loi.

Pensez-vous que cela ira outre la digue qui est installée entre Les Républicains et Debout la France ?

Je pense que les parlementaires, et surtout les électeurs, n’en peuvent plus des incohérences de Laurent Wauquiez.
Ils veulent qu’on travaille tous ensemble, que le Front national et Les Républicains évoluent et que Debout la France, avec les autres, joue son rôle.
Il faut arrêter les divisions et unir, unir et toujours unir.

Vous avez parlé de suspendre momentanément la France de Schengen alors qu’Emmanuel Macron prononçait, ce matin, un discours devant l’Union européenne.
Il a notamment parlé de souveraineté européenne.
Qu’avez-vous pensé de ce discours ?

C’est un discours de folie, de fuite en avant et complètement délirant.
Il est inconcevable de vouloir donner plus de pouvoir à ceux qui sont responsables de l’invasion migratoire et incapables d’organiser une défense européenne, qui achètent des armes américaines et déclarent la guerre indirectement à la Russie.
C’est la fin de la liberté de la France et la fin de la démocratie française.
C’est extrêmement grave.
Cela montre bien tout l’enjeu des élections européennes et la nécessité de se mobiliser.

bvoltaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.