samedi 14 avril 2018

La NOVLANGUE au Service du GAUCHISME



jean-jaures
 

Publié le 13 avril 201813 avril 2018 par Lou Roumegaire

Aujourd’hui, plus que jamais la manipulation sémantique, pour le politiquement correct, est le meilleur moyen de parler de sujets sensibles, en remplaçant un mot par un autre, pour l’édulcorer, ou même par un sophisme, pour le noyer complètement.

Une juste condamnation deviendra une double peine; un terroriste un déséquilibré.
Il n’y a pas si longtemps, un voyou était appelé un voyou et un salaud un salaud.
Maintenant, si c’est un digne représentant de l’espèce protégée de moins de 30ans, on dira un » jeune ».
Un clandestin n’est plus un délinquant, ayant passé la frontière en fraude, mais un « sans papiers ».
Et comme ça ne suffit pas encore, pour justifier sa présence illégale sur notre territoire il devient un « migrant »; lequel, par la magie des mots se transforme en « réfugié » ou « exilé ».

Jean Yves Le Gallou, dans TV Liberté, en a fait un recueil, parmi les plus belles perles de l’année.

Qui peut nier que Mai 68, n’est pas à l’origine de cette pratique qui à présent est à son apogée, grâce à la bien pensance qui impose sa censure dans l’opinion publique.

Mai 68, c’était déjà le début du mondialisme sans complexes et la négation de la société traditionnelle.
Plus de Nation, plus de frontières, plus de peuples, plus d’ethnies, plus de races; la même uniformité que dans un champ de betteraves.
Toute autorité devait disparaître, le cadre social éclatait et le cadre familial ne valait guère mieux.
Le marxisme et le trotskisme, ont fait école dans les mentalités de ces révolutionnaires en peaux de lapin, faux intellos, mais véritables « fils à papa », comme d’ailleurs maintenant ceux qui occupent et dégradent les universités; avec l’aide des « no borders ».
Comme ça doit être grisant de se donner des airs de Che Guevara, dans un remake de Mai 68 et de nostalgie pour le maoïsme disparu.
Finalement, les vrais représentants du peuple, maintenant comme en 68, sont les flics et les CRS. Rien n’a changé…
A partir de cette date mémorable, la notion d’appartenance à son pays, comme à sa culture disparaissait devant celle de citoyen du monde, le patriotisme était ringardisé et considéré telle une survivance du passé.
Cela au moment même, où grâce au progrès de la technique et à la démocratisation des prix dans le transport aérien, les distances se raccourcissaient entre les continents.
Ce qui facilitait avantageusement les échanges, mais aussi les migrations; d’abord d’individus isolés, pour en arriver au déplacement de populations entières parasitaires.

A partir de là, les spéculations du défunt Kalergi, le maitre à penser du grand brassage universel s’affirmaient, avec l’aide financière et idéologique de milliardaires (pour notre malheur) comme Soros, Rothschild et le groupe Bildenberg, dans le cadre des Illuminatis, pour la mise en œuvre du Gouvernement Mondial.
Avec l’immigration massive et musulmane, prévue pour détruire l’homogénéité des peuples et des cultures; en commençant par l’Europe.
Il fallait aussi briser la religion catholique, qui soudait la société française et marquait sa présence millénaire à travers tout le pays et tous nos paysages.
L’Europe perdait ses racines chrétiennes et la Turquie y demandait son admission.

D’autre part, les nouveaux accords sur le pétrole passés avec les pays arabes multipliaient les arrivées, en France surtout, d’une très importante main d’œuvre nord-africaine.

Ce slogan souvent entendu à l’époque » Il est interdit d’interdire », ouvrait la porte à tous les renoncements.
Plus d’autorité des enseignants dans les écoles (on en voit le résultat maintenant), ni dans les familles et c’était le règne de l’enfant roi.
Ces enfants gâtés, qui maintenant forment les bataillons des bobos gauchos et des antifas.
Les forces de l’ordre ne faisaient plus peur aux malfrats, l’armée était vilipendée et les tueurs du FLN vus comme des héros.
Le « Jouissons sans entraves » des 60 huitars, s’ouvrait sur un mouvement libertin forcené, sans complexes.
L’échangisme conseillé et les familles composées succédaient aux familles recomposées puis décomposées; la propagande « gay » marchait à fond et toutes les perversions sexuelles se banalisaient.
Je crois sincèrement que les acteurs de Mai 68 et post 68, ont été les promoteurs de cette société du grand bordel organisé, dans laquelle nous vivons actuellement.
Quant à leurs enfants, ils occupent aujourd’hui presque tous les postes importants dans la haute fonction publique, aidés en cela par les Frères 3 Points, la Justice, l’Education Nationale, la Santé et même les cadres de la police. Sans parler, bien sûr des médias qui eux occupent une large place.

Cette nouvelle gauche d’intellectuels et néo possédants qui s’affiche dans le camp du BIEN et de l’humanisme, n’a que mépris pour les classes populaires qui souvent votent FN.
Ces classes populaires qui ne les ont pas suivis, quand ils voulaient le pouvoir et qui à présent avec un de leur représentant à la tête de l’ Etat reprend de la vigueur dans la lutte contre le racisme, devenu sa nouvelle religion.
Cela au nom des Droits de l ‘Homme et des valeurs de la République; avec repentance obligatoire pour tous les « crimes » fantasmés de la colonisation, de l’esclavage et l’exigence du « Vivre Ensemble », sous peine de sanctions.
Sauf que le vivre ensemble n’est pas pour eux, rassurez vous !

Il fallait et il faut à tout prix convaincre le petit peuple, que l’immigration est un chance pour nous, comme l’affirme l’inquiétant Edwy Plenel, et pour cela l’utilisation de la novlangue devient un très bon moyen, grâce à son outil de propagande la TV et les autres médias de désinformation à la solde du Pouvoir.

Onyx
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.