lundi 30 avril 2018

Méfiance accrue envers les vaccins: le parlement européen veut la censure

                       
       
Il est classique de prétendre que les victimes de vaccins s'imaginent des choses, que c'est dans leur tête etc...
 
 
Voici (plus bas, ci-dessous) des informations sur la toute récente et inquiétante résolution du parlement européen comme prétendue réponse aux réticences de la population à se faire vacciner.
 
Il est classique de prétendre que les victimes de vaccins s'imaginent des choses, que c'est dans leur tête etc...
 
Une fois encore, cela montre que la santé et la qualité d'information n'importent nullement aux officiels, tout ce qui compte est l'application implacable d'une idéologie avec ses dogmes indiscutables, et tant pis si cela est complètement contraire à l'esprit d'observation, de débat et de controverse qui doit animer une science saine et digne de ce nom!
 
Tout sera fait pour maximiser la propagande et faire le + de pressions possibles pour vacciner de + en + de gens, du berceau à la tombe... c'est d'ailleurs bien cela l'esprit de ces semaines européennes de la vaccination, intensifier l'absurde...
Car notez bien: une semaine entière pour la vaccination, mais seulement UNE journée mondiale de la terre ou de l'eau par exemple.
Des milliards de dollars dilapidés chaque année pour inonder les pays pauvres de vaccins mais toujours 2 milliards de gens sans accès à l'eau potable (soit un terrien sur 3!) et 4,5 milliards de personnes sans accès à un système de retraitement des eaux usées alors que les eaux sales sont un vecteur notoire de maladies, mais cela ne fait pas autant figure de priorité que les vaccins, lesquels sont donc une priorité politique mais certainement pas éthique ni scientifique à en juger par les données disponibles.
 
Mais tous ces efforts en propagande vaccinale apporteront-t-ils les bienfaits prétendument escomptés?
On peut réellement en douter quand on voit qu'il y a déjà 700 000 Belges atteints de maladies dites "rares" (pouvant impliquer des altérations du génome) et plus de 100 000 autistes.
Il faut également noter que le nombre de vaccins administrés aux enfants a + que doublé en 20 ans et que le taux de cancers chez les enfants a augmenté de 13% en 20 ans, selon l'OMS.
Alors bien sûr, si une pluralité de facteurs toxiques et toxicologiques/environnementaux peuvent concourir à ce genre de hausse, rien, absolument rien (bien au contraire!) ne permet d'exclure une lourde responsabilité des vaccins dans ce triste tableau.

Installation illégale de gens du voyage : mise au point du maire de Wissous après sa garde à vue

 
 

 
 
Ajoutée le 26 avr. 2018
 
Le Maire de Wissous raconte enfin son altercation avec des gens du voyage largement déformée par de nombreux médias ! Ne vous laissez plus faire !

80% des médicaments ne servent à rien - Pr Philippe Even

 
 

  


 

 
 

Liste 2018 de 90 médicaments plus dangereux qu’utiles selon la revue Prescrire

 

Médicaments - 2



Pour la 6e année consécutive, la revue Prescrire a actualisé, dans son numéro de février, sa liste des « cas flagrants de médicaments plus dangereux qu’utiles » qui sont « à écarter des soins et à remplacer par de meilleures options ».

La liste 2018 recense « 90 médicaments (dont 79 commercialisés en France) dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés en France ou dans l’Union européenne ».

Par rapport au bilan de 2017, 7 médicaments ont été retirés : 3 parce qu’ils ont été retirés du marché et 4 parce que de nouvelles données sont en cours d’analyse par Prescrire (1).
Cinq médicaments ont été ajoutés.

« Même en situation d’impasse thérapeutique dans une maladie grave », souligne la revue :

« Il n’est pas justifié d’exposer les patients à des risques graves, quand l’efficacité clinique n’est pas démontrée. L’utilisation de certains de ces médicaments dans le cadre d’une recherche clinique peut être acceptable, mais à condition d’informer les patients des inconnues sur la balance bénéfices-risques et d’une utilité de l’évaluation. Dans les autres cas, mieux vaut se concentrer sur des soins utiles pour aider le patient à supporter l’absence d’option capable de changer le pronostic ou d’améliorer sa qualité de vie au-delà de l’effet placebo. »

« Le plus souvent, quand un traitement médicamenteux apparaît souhaitable, d’autres options ont une meilleure balance bénéfices-risques que ces médicaments à écarter. »

Dans un document PDFPrescrire précise, pour chacun de ces médicaments, les raisons de l’évaluation négative et les alternatives préférables.
 
Voici la liste de ces 90 « médicaments plus dangereux qu’utiles » :

Cancérologie – Hématologie
  • Le défibrotide (Defitelio)
  • Le mifamurtide (Mepact)
  • Le nintédanib (Vargatef)
  • L’olaparib (Lynparza)
  • Le panobinostat (Farydak)
  • La trabectédine (Yondelis)
  • Le vandétanib (Caprelsa)
  • La vinflunine (Javlor)
Voyez pourquoi : 8 médicaments anticancéreux à éviter selon la revue Prescrire

L’info « Les Macron payent leur taxe d’habitation » relayée par toute la presse est une Fake News

 
 
 
 
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 30 avril 2018
 
La cote de popularité du président français chute constamment. Pour contrer cela, une opération séduction a été fabriquée de toutes pièces pour tromper le chaland, qui est tombé dedans la tête la première. Mais c’était une supercherie, et Dreuz ne va pas s’attirer des sympathies pour l’avoir dénoncée.
 
Les médias reprennent en boucle cette information destinée à montrer la magnifique probité du couple présidentiel français : « ils payent eux-mêmes, avec leur chéquier personnel, la taxe d’habitation » de leur logement à l’Elysée.
 
  • Le Figaro : « À l’Élysée, Macron paie lui-même la taxe d’habitation en attendant de la supprimer »
  • HuffPost : « À l’Élysée, Macron paie lui-même la taxe d’habitation »
  • Yahoo.fr : « A l’Elysée, les Macron payent eux-mêmes leur taxe d’habitation »
  • Le Point : « Taxe d’habitation, courses… le couple Macron règle ses dépenses personnelles »
  • Le Parisien : « Taxe d’habitation, transports… À l’Elysée, les Macron sortent le chéquier »
  • LCi : « le couple Macron acquitte une taxe d’habitation pour son logement de fonction »

Il semble cependant que les perroquets journalistes se sont emballés un peu vite pour redorer le blason du président de second choix qu’ils ont fait élire.

TVL, journal du lundi 30 avr. 2018: 1er mai : la convergence des mécontents

 
 



Ajoutée le 30 avr. 2018
 
02:02 - Social / 1er mai : la convergence des mécontents
04:24 - Justice / Affaire Angélique: la justice face à ses vieux
06:42 - Union Européenne / Theresa May a le blues
09:17 - International / Occident - Arabie Saoudite : terrorisme consanguin
13:24 - L’actualité en bref
18:57 - La France de Campagnol

Laurent Wauquiez, Président de certains « républicains » ,



Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez.
 
par Alexis Arette

Monsieur,
Je reçois un de vos courriers qui me demande « de prendre quelques minutes » pour vous lire.
Je les ai donc prises pour découvrir qu’en vous référant à de Gaulle, Chirac et Sarkozy, vous tentiez comme eux de confisquer la droite française pour vous installer au pouvoir.
Je n’ai rien contre votre ambition, car je me souviens que Mitterrand avait dit : « Après Chirac, n’importe qui peut être président de la République ! »
Mais je ne vous tiens pas pour n’importe qui puisque je vous réponds.
Je vous réponds que pour un citoyen qui se voudrait « de droite », vous errez terriblement en vous recommandant de ces précurseurs.
Charles de Gaulle, après avoir installé à la Libération, aux plus hautes fonctions, ceux qui sabotaient notre armement en 1939, et fait ensuite en Algérie la politique voulue par le Parti communiste, rêva d’être le « Grand Monarque » annoncé par quelques prophéties.
Il ne l’était pas.
Jacques Chirac, après avoir fait tripatouiller par Alain Juppé les finances parisiennes, soviétisa le syndicalisme agricole et découvrit que la France avait des racines musulmanes.
Quant à Nicolas Sarkozy, qui avait des origines multiples, il fit du métissage de nos populations un objectif prioritaire, comme le voulaient ses amis yankees, avant de décorer à Pau des policiers qui avaient eu l’héroïsme de ne point riposter, lorsqu’ils furent attaqués par des « Chances pour la France » qui ont installé une petite enclave maghrébine à la cité de l’Ousse des Bois.
J’avoue que je ne me reconnais pas dans cette droite et que je ne serais pas sur la même barricade que vos amis, s’il fallait en venir à une explication plus musclée, celle prévue par le Pape Pie XII qui n’avait pas de lunettes roses.

Des immigrés organisent en toute impunité un rodéo devant la mairie de Saint-Denis



Résultat de recherche d'images pour "mairie à Saint-Denis"
 

par 30 avril 2018
 
A Saint-Denis, des « chances pour la France » témoignent de leur intégration en organisant un rodéo automobile devant la Mairie à l’occasion d’un mariage.

Cela se passe en pleine journée.
A tout moment, on risque l’accident mortel.
Et pas un policier à l’horizon…
 

M. Borloo veut créer l’ENA des banlieues : euh, on revient sur Terre, là ?


 


Pascal Célérier

En fait, on ne comprend toujours pas pourquoi M. Macron a fait appel à M. Borloo, ce rescapé de l’ancien monde, pour traiter le problème des banlieues en nous racontant des fariboles auxquelles plus personne ne croit.

Éric Zemmour a souligné l’exploit de M. Borloo qui, dans son rapport sur la banlieue, et dans les interviews qu’il a données dans la presse, a réussi à ne jamais prononcer les mots « immigration » et « islam » pour évoquer la situation dans les quartiers difficiles.
Une performance en 2018, quelques semaines après les attentats de Carcassonne et de Trèbes, quelques jours après un nouvel embrasement du Mirail sur fond de burqa et de trafics, et au moment même où Bagnolet vit au rythme des règlements de comptes.
M. Borloo peut concourir pour les Bobards d’or de l’an prochain, catégorie « bobards par omission ».
Puisque M. Borloo ne voulait pas voir cette réalité qui fâche, qui crève les yeux et qui – fait nouveau depuis qu’il fut aux commandes de la politique de la Ville il y a dix ans avec le succès que l’on voit – a fait des centaines de victimes depuis six ans, il lui fallait donc noircir des centaines de pages et trouver dix-neuf propositions (tiens, pourquoi pas vingt et une ?) en tapant ailleurs que dans le mille. Et il y est arrivé !
Recette facile, me direz-vous : prenez une vieille idée américaine – la discrimination positive -, une bonne critique démagogique de l’administration française – ah, les énarques, les concours… -, une louche de sociologie bourdieusienne et un moment d’extase devant « les chances pour la France » (« Nous passons à côté d’extraordinaires talents ou caractéristiques différentes de notre jeunesse et notamment des quartiers populaires ») et vous arriverez, comme M. Borloo, à ce nouveau projet.

Notre littoral atlantique menacé par les éoliennes





Le 30/04/2018
Floris de Bonneville
 
Les éoliennes sont de belles mécaniques qui brassent sans doute plus de fric que de vent…

Les éoliennes sont de belles mécaniques qui brassent sans doute plus de fric que de vent et profitent à de puissants lobbies.
Leur rapport qualité-prix est très discutable.
Le prix exorbitant de chaque éolienne ne sera remboursé qu’après des dizaines d’années ventées. Leurs énormes hélices produisent des infrasons que certains organismes humains ne supportent pas. Et si l’Europe impose une distance de 1.500 mètres entre l’éolienne et la première habitation, ce n’est sans doute pas que pour succomber à sa passion des réglementations tatillonnes.
La France, elle, a réduit cette distance à 500 mètres.
On sait tout cela, et pourtant, ces éoliennes envahissent chaque jour davantage nos magnifiques paysages dont elle gâchent, à jamais, la vue et la tranquillité.
Dernier en date de partir en guerre contre ces ventilateurs géants, Philippe de Villiers, dont le Puy du Fou est menacé de l’implantation voisine d’un parc éolien.
Si le projet du maire de la commune des Landes-Genusson voyait le jour, l’ancien président du conseil général de Vendée menace d’arrêter sa célèbre et magique Cinéscénie®.
Il avait déjà fustigé, en 2016, l’imposture économique du parc éolien projeté entre les îles de Noirmoutier et d’Yeu, qui va défigurer le littoral.
« Faut-il que les élus aient perdu la tête pour imposer de telles inepties ? » avait-il alors écrit aux îliens.
Mais le vent de folie éolienne souffle plus au sud du littoral atlantique : le long de l’estuaire de la Gironde, entre Royan et Blaye.

dimanche 29 avril 2018

Le Père Daniël Maes, prêtre flamand vivant en Syrie, expose la vérité, que la presse occidentale ignore

father daniel maes

Père Daniël Maes.
B. Azizi
Sott.net
mer., 25 avr. 2018
 
Vivant en Syrie dans le monastère Mar Yakub du sixième siècle dans la ville de Qara, à 90 kilomètres au nord de la capitale Damas, le père flamand Daniël Maes a été témoin de l'invasion des terroristes soutenus par l'Occident depuis le tout début.
 
Aujourd'hui encore, lui et ses amis continuent d'aider le peuple syrien non seulement en les secourant directement, mais aussi en diffusant la vérité sur ce qui se passe réellement dans le pays.

Chaque semaine, le Père Daniël publie un bulletin d'information dans lequel il décrit ses expériences et ses réflexions sur la situation en Syrie. Après la libération de Ghouta Est, avec l'aide de dons bien nécessaires et d'ONG comme Hand in Hand voor Syrië qui ont fourni des conteneurs remplis de biens de secours - le Père Daniël et d'autres ont donné un grand coup de main aux personnes libérées de la région.

Dans son bulletin publié le 6 avril, il écrit :
Indépendamment de tout, les festivités de Pâques 2018 ont été grandement célébrées. Les gens dansent et chantent, parce que la partie orientale de Ghouta a finalement été (presque complètement) libéré par l'armée syrienne et ses alliés. La vraie horreur revient maintenant à la surface : Des milliers d'hommes ont dû creuser des tunnels de dizaines de kilomètres de long, comme des esclaves, jusqu'à ce qu'ils soient épuisés, puis tués. Voyez ce que l'armée syrienne a trouvé : Prisons et salles de torture, grandes réserves de nourriture et de fournitures médicales appartenant à l'aide humanitaire internationale, toutes gardées par les terroristes, un hôpital entièrement équipé, une quantité importante d'armes, de munitions et même d'usines, également pour les armes chimiques, des communications sophistiquées.....

Les grands reporters des "rebelles modérés" (les "Casques blancs" et l' "Observatoire syrien des droits de l'homme") ignorent tout cela, et c'est aussi le cas des médias occidentaux. Dans leur aveuglement, ils croient toujours que l' « horrible dictateur syrien » est la cause de toute cette misère et qu'il faut cesser de recourir à la violence militaire. Ils trouvent cela tellement gênant que l'armée syrienne a mis un terme au "travail libérateur" de ces "rebelles modérés". Et ainsi, notre VRT [un radiodiffuseur flamand], comme les autres, continue d'encourager une sale guerre depuis sept ans maintenant, pour rendre la souffrance du peuple syrien encore plus intolérable.
C'est malheureusement la vérité.
Les médias occidentaux n'ont pas publié un mot sur les actions meurtrières de ces soi-disant " rebelles modérés ", ni sur la façon dont le président Assad est aimé - et non détesté - par une grande majorité du peuple syrien, ni sur les actions de l'armée syrienne et de ses alliés qui ont sauvé tant de vies.
Nous n'entendons que des accusations hystériques, sans aucune preuve.

Identifiés et connus des services de police, ils ne sont pas mis hors d'état de nuire, pourquoi ?

Résultat de recherche d'images pour "casseurs montpellier 14 avril" 
 
                             
Ils sont identifiés, connus par les services de police, interpellés et relâchés immédiatement « faute d’identification formelle ». Cherchez l’erreur !

Samedi 14 avril, à Montpellier, entre 1000 et 2000 individus sont rassemblés par l’extrême gauche, dont 200 casseurs, les visages dissimulés, cherchant directement l’affrontement avec les forces de l’ordre, pourtant déployés en grand nombre.
Le boulevard Henri IV est totalement saccagé, vitrines de magasins brisées, distributeurs de billets détruits, poubelles brûlées, murs tagués.
Les casseurs cagoulés s’acharnent sur les vitrines de la Banque Populaire, 27 rue du Jeu de Paume (photo).
Le quartier historique de l’Ecusson est ravagé.
400.000 euros de dégâts uniquement pour le domaine public, confirmé par Christian Fina, directeur général des services ville et métropole, plainte déposée pour détériorations des façades des bâtiments publics et historiques, et près d’un million concernant le domaine privé.
Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a pris la décision de ne pas effacer les tags afin de permettre aux montpelliérains de constater l’action destructrice de la racaille.

Comme nous venons de le lire, 51 « casseurs » d’extrême gauche interpellés et relâchés, alors que l’un des leaders est parfaitement identifié, il s’agit de José-Luis Torrès, secrétaire départemental du syndicat « Solidaires 34 ».
Ses liens sont très étroits avec les membres d’organisations d’extrême gauche, présentent sur les lieux, ainsi qu’avec la députée de La France Insoumise, Muriel Ressiguier (photo).

Lausanne: Avec sa barre de fer, un nigérian brise tout sur son passage

 
 


Lausanne: Un "jeune homme" a cassé samedi à Lausanne les vitres de dix véhicules, deux bus et d’une banque. Il est en détention.

Un homme a brisé les vitres d'une dizaine de voitures samedi vers 12h20 sur le chemin de Maillefer à Lausanne.
Il frappait indistinctement des véhicules garés ou en mouvement.
Il a également visé deux bus des TL et la vitrine d'une banque.
Auparavant, il avait frappé sans raison un homme dans la zone industrielle de Maillefer au Mont-sur-Lausanne.
L'homme, un ressortissant nigérian sans domicile fixe d’une vingtaine d’années, a été interpellé.
La procureure de service a ouvert une procédure pénale et demandé sa mise en détention au Tribunal des mesures de contraintes.
La victime, un Suisse de 48 ans, a été soignée sur place par les ambulanciers puis conduite au CHUV pour un contrôle.

Enquêtes à Douma : des journalistes provoquent des remous dans les médias occidentaux

 
 





Trois semaines après, il est toujours aussi difficile de trouver des preuves tangibles d’une attaque chimique.

Des journalistes ont enquêté et après plusieurs jours passés sur place, ils n’auraient trouvé aucun élément qui accrédite la thèse des gouvernements occidentaux.




Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Le président Macron connaît-il les relations de Syria Charity avec l’Armée Syrienne Libre (ASL) ?



Résultat de recherche d'images pour "Mohammad ALOLAIWY macron"

 
Suite aux déclarations du président Macron et à l’usage que Syria Charity a fait d'un selfie avec lui Lina Murr Nehmé a enquêté :
 



Michel Janva
Posté le 29 avril 2018 à 16h20 | Lien permanent |

LA FRANCE des DROITS de l’HOMME

 

Africains

Monsieur Borloo, le problème majeur des QPV et des banlieues, c’est la religion !

Il n’existe, dans ce rapport, aucune recommandation pour régler l’un des problèmes majeurs que la France rencontre dans ces « quartiers prioritaires de la Ville » et, plus largement, dans les banlieues d’un grand nombre de villes.
 
Après plus de quatorze ans d’insuccès notoire depuis le premier plan et six mois de travail, Jean-Louis Borloo vient de remettre son deuxième plan pour les banlieues et les QPV (quartiers prioritaires de la ville) au Premier ministre Édouard Philippe.
« L’heure n’est plus aux rapports d’experts, l’heure est à l’action, il faut changer la donne », souligne Jean-Louis Borloo en préambule, avec des préconisations d’une grande nouveauté.
Parmi les plus importants, un florilège de mesures dont certaines, semblant éculées, ont tout simplement changé de nom.
Jugez-en plutôt.

– Une académie des leaders ; une nouvelle grande école pour ne pas passer « à côté » de nos jeunes talents dans les quartiers populaires.

– Un milliard pour le RER ; ajouté à la dette de la SNCF ou offert par la RATP.

– Des voyages pour les jeunes des QPV ; pour « rencontrer l’autre ».
Peut-être devrait-on essayer d’abord de ne pas l’effrayer, l’autre…

– Des mamans « Marianne » pour protéger les femmes en bas des immeubles !
Les protéger de qui ?

– Un encouragement à la « coproduction de sécurité » ; déploiement de 500 « correspondants de nuit ».
Sur des trottoirs élargis ?

– Des coach d’insertion ; jouer sur l’image des grands sportifs – les mêmes qui refusent de chanter la Marseillaise ?

– 200 campus numériques pour « intégrer le numérique dans les quartiers », une sorte de happening sur fond de rap ?
Là, on arrive sur du lourd…

Une « armée de la République solidaire » ; l’un des points clés de cette politique de la « Borloopoli ».
On continue…

– Des « Clubs petit-dej ». (Je vous avais prévenus, c’est du lourd !)

Alpes : des habitants profitent de la misère pour se faire de l’argent en passant les clandestins, puis ils donnent des leçons

 

 

 
Extrait du reportage de Louis Lecomte dans L'Incorrect sur l'action de Génération Identitaire dans les Alpes :

"[...] L’ennui se fait rapidement sentir.
Pour nous occuper, nous visitons une bergerie un peu plus loin en direction de la frontière italienne.

Dans cette maisonnette en bois, nous découvrons une quantité impressionnante de nourriture, de vêtements d’hiver et de matériel de randonnée.
Deux indices prouvent indiscutablement qu’il s’agit d’un relais pour clandestins : la présence d’un drapeau des NO TAV (groupe d’extrême gauche ultra violent italien) et d’un plan indiquant les chemins pour arriver en France depuis l’Italie.

Sur le chemin, nous rencontrons un habitant de Briançon.
Il est excédé de voir passer plusieurs dizaines de milliers de migrants clandestins pendant toute la belle saison.
Son opinion est largement partagée par les habitants qui d’ailleurs se montrent très favorables à cette action : outre les encouragements, deux jeunes se sont spontanément joints aux identitaires.
Il nous montre un autre relais comportant également de la nourriture, mais aussi un four à feu.
La plus intéressante des informations qu’il nous donne est que le passage n’est pas assuré par des mafieux hors-sol : ce sont des habitants connus de tous qui passent les clandestins en prenant un billet au passage.
L’homme se met en colère à leur évocation : « c’est révoltant. Ils profitent de la misère pour se faire de l’argent, et ils donnent des leçons. Mais je vais vous dire ; des clandestins il y en a 8000 rien qu’au village olympique de Turin. C’est pas rien ça ; 8000 ! ».

Immigration sauvage : 80 mineurs terrorisent le quartier de la Goutte-d’Or. Il paraît qu’on n’y peut rien !

 
 





Dans ces temps de débat sur la loi Asile et Immigration où l’on a entendu égrener tous les fantasmes sur la rétention des mineurs, on se demande comment il se fait que quelques dizaines de gamins puissent encore terroriser tout un quartier !


Anne Hidalgo est dépassée.
Les maires aussi, surtout celui du XVIIIe.
La police est impuissante, la magistrature itou – preuve, s’il en fallait encore une, que notre législation, en ce domaine de l’immigration sauvage, est totalement inadaptée.
Il est, cette fois, question des hordes de gamins qui vivent de drogue et de rapines dans les rues de la capitale.
Dans le quartier de la Goutte-d’Or, précisément, où ils assaillent les passants et se livrent à tous les trafics sous le nez d’une population effarée.
D’une trentaine, début janvier, ils seraient aujourd’hui autour de 80 mineurs, de 12 à 17 ans.
Comme le relatait Le Parisien le 13 avril, « drogués à la colle qu’ils sniffent sans relâche, de plus en plus violents, ils sont désormais placés sous la coupe de trafiquants de cigarettes de contrebande adultes, pour le compte desquels ils commettent vols à l’arraché et cambriolages ».
Dans ces temps de débat sur la loi Asile et Immigration où l’on a entendu égrener tous les fantasmes sur la rétention des mineurs, on se demande comment il se fait que quelques dizaines de gamins puissent encore terroriser tout un quartier !
Qui sont-ils et d’où viennent-ils ?
« Arrivés seuls du Maroc dans la capitale via l’enclave espagnole de Mellila, sans papiers d’identité, totalement livrés à eux-mêmes comme ils le sont dans leur pays d’origine, et ancrés dans l’errance, [ils] semblent désormais hors de tout contrôle », nous dit Le Parisien.
J’ai du mal à comprendre…
On ne cesse de nous tirer des larmes sur ces gens qui doivent donner des fortunes aux passeurs, leurs familles ruinées pour payer le passage, le chantage sur ceux restés au pays, etc.
Alors, comment ces gosses-là sont-ils arrivés là ?
Gosses des rues au Maroc, qui leur a payé le passage ?
Qui les a transportés ?
Quelles autorités les ont laissés entrer ?

SNCF : ça ne coûte rien, c’est le contribuable qui paiera…



Résultat de recherche d'images pour "voie ferrée"


Le 29/04/2018

 
Vous imaginez les spéculateurs qui se sont rués sur les pots de Nutella en promotion faire de même pour la SNCF ?

C’est, pourtant, cette hantise d’une privatisation qu’affichent les syndicalistes qui pourrissent la vie des Français depuis des semaines, et qui se proposent maintenant de prolonger leurs (in)actions jusqu’aux calendes grecques…
Parce qu’à moins d’être sous hypnose, on voit mal qui achèterait des actions d’une entreprise qui a des dizaines de milliards de dettes, qui vend ses prestations le tiers de leur coût de revient, et cogérée par des « bolcheviks » qui peuvent paralyser le pays du jour au lendemain ?
Ces curieux militants se battent aussi pour un statut dont personne n’envisage de les priver jusqu’à ce qu’ils soient dans la tombe et qui, selon eux, n’a rien de privilégié.
On se demande donc pourquoi ils le défendent avec tant de férocité, si ce n’est pour l’honneur ?
À un corsaire anglais qui, la paix revenue, faisait remarquer à Surcouf que si lui-même se battait pour l’honneur, les Français se battaient pour le butin, le Breton répondit : « Chacun se bat pour ce qui lui manque le plus… »

samedi 28 avril 2018

Lesbos: Seuls 7% des « réfugiés » dans le camp de Moria sont des femmes et des enfants



Résultat de recherche d'images pour "lesbos moria"

28 avril 2018
 
Le camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos est surpeuplé et les conditions ne sont pas bonnes, a rapporté le portail d’information grec Iefimerida au début de l’année.

Alors que les médias et les ONG ont concentré leurs rapports sur la situation des femmes et des enfants, ils ont omis de mentionner pourquoi la Grèce pouvait avoir de bonnes raisons de garder le camp isolé.
Il y a 162 enfants non accompagnés et 216 femmes dans le camp de réfugiés de la Moria ; la population totale du camp est de 5 206. (Statistiques de Iefimerida)
Ces statistiques indiquent que 92,8% des habitants des camps sont des hommes, qui ont probablement laissé leurs femmes et leurs enfants dans des pays violents et déchirés par la guerre, ou qui peuvent être motivés par d’autres raisons à venir en Europe.

Selon Iefimerida, une cinquantaine de nationalités vivent dans le camp, la Grèce a la lourde tâche de vérifier qui doit être renvoyé et qui a le droit de recevoir un permis de séjour.

Alors que les femmes et les enfants ont toujours besoin de bonnes conditions de sécurité, il est important de savoir quels «réfugiés» peuvent représenter un danger pour le peuple grec.

Source : VoE via suavelos.eu

Opération Defend Europe : la rage des journalistes

 
 


 
Ajoutée le 27 avr. 2018
Une émission présentée par Jean-Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp

01:27 Opération Defend Europe : la rage des journalistes
Après la mer Méditerranée, les Alpes ! Samedi 21 les identitaires ont reformé la frontière au col de l’échelle pour lutter contre l’invasion migratoire. De leur côté les journalistes enragent, insultent et manipulent l’information.

16:56 Le zapping d’I-Média
Mercy a été retrouvée : Il y a un an naissait la petite Mercy alors qu’elle accostait l’Europe. La naissance avait inspiré la chanson du groupe Madame Monsieur qui représentera la France lors de l’Eurovision de 2018. Ce type de naissance est bien rarissime, puisque la plupart des migrants arrivant par la mer méditerranée sont des hommes. La séquence se veut lacrymale, l’émotion permettant de tuer la raison.

21:23 Rue Beltrame dans une mairie FN, le sens interdit des médias
Bobard sur la famille Beltrame : la famille Beltrame interdirait aux mairies FN de baptiser des rues en son nom. Le mensonge a été émis par le journal l’Essor de la gendarmerie. L’information a été repérée par BFMTV et reprise par quasiment tous les médias. Seul Le Parisien s’est donné la peine d’interroger la mère du colonel Beltrame, permettant ainsi de rétablir la vérité.

26:57 Les tweets d’I-Média
Manifeste sur le nouvel « antisémitisme », l’AFP sort de sa réserve et qualifie la tribune de « Virulente ». Alors que l’agence ne doit publier que des faits constatés, une fois de plus l’AFP a envoyé à l’ensemble des rédactions françaises un jugement de valeur. Le mot « virulent » est loin d’être un mot neutre, il se rapporte à ce qui est nocif. Un parasite est virulent, un poison est virulent

32: 03 Tolbiac, Le média de Mélenchon en coma dépassé.
Evacuation de la faculté de Tolbiac le média de Mélenchon invente un blessé grave dans le coma. C’est le gros bobard du média d’extrême gauche.

La violente réalité suédoise noyée sous l’immigration détruit son image paisible

 
 
 
Publié par Dreuz Info le 28 avril 2018
Par Paulina Neuding*
 
En Suède, les fusillades sont devenues si fréquentes qu’elles ne font même plus la manchette des journaux.
 
La Suède est connue pour sa musique populaire (le groupe ABBA vient d’annoncer un nouveau album après 35 ans de silence), IKEA, et ses prestations sociales généreuses.
Elle est également de plus en plus associée à un nombre croissant de recrues de l’État islamique, d’attentats à la bombe, d’attaques à la grenade à main, et de viols.
En une période de deux semaines, plus tôt dans l’année, cinq explosions ont eu lieu dans le pays.
Ce n’est pas inhabituel, ces jours-ci – les Suédois se sont habitués aux gros titres de crimes violents, à l’intimidation des témoins et aux exécutions de gangs.
Dans un pays depuis longtemps reconnu pour sa sécurité, les électeurs citent «l’ordre public» comme le problème le plus important avant les élections générales de septembre.
Le sujet de la criminalité est cependant sensible car lié à l’immigration qu’il est mal vu de questionner, et interdit de critiquer, et le débat sur la question dans la société scandinave consensuelle est limité par d’immenses tabous et interdits.
Pour mieux comprendre la criminalité, il est important de noter qu’elle se place dans le contexte du déclin général de la violence meurtrière en Occident, en particulier lorsqu’il s’agit de la violence spontanée et des meurtres liés à la consommation d’alcool.
La diminution globale de la quantité d’homicides a toutefois été beaucoup plus faible en Suède que dans les pays voisins.
  • Les meurtres par arme à feu liés aux gangs, qui concernent aujourd’hui surtout les hommes issus de l’immigration dans les sociétés parallèles du pays, sont passés de 4 par an au début des années 1990 à environ 40 meurtres l’année dernière.
  • La Suède est passée d’un pays à faible taux de criminalité à un taux d’homicides nettement supérieur à la moyenne de l’Europe occidentale.
  • L’agitation sociale, les incendies volontaires de voitures, les attaques contre les premiers intervenants et même les émeutes sont devenus des phénomènes récurrents.
  • Les fusillades sont devenues si fréquentes qu’elles ne font plus la une des journaux que si elles sont spectaculaires ou qu’elles entraînent des décès.
  • Les informations sur les attaques sont rapidement remplacées par de gros titres sur les événements sportifs et les célébrités, et les lecteurs semblent devenus insensibles à la violence.
  • Pour la génération précédente, un attentat à la bombe contre la police, des émeutes, étaient des événements d’une extrême rareté. Aujourd’hui, la lecture des articles sur de tels incidents est considérée comme faisant partie de la vie quotidienne.

Bernard Kouchner : les migrants pour faire revivre nos villages…

 
 




Cela faisait longtemps que le French doctor n’avait pas montré sa bobine à la télé.

C’était face à Apolline de Malherbe, mercredi, sur BFM TV. Et pour dire quoi ?

Que « l’accueil des réfugiés ordonné est une chance pour notre pays et surtout pour l’Europe ».
Que c’est grâce aux migrants que les villages vont se « reconstruire ».
Ah, mais quel manque de flair, pour le couple Kouchner, d’avoir préféré investir dans les beaux quartiers et des îles pour millionnaires plutôt que dans l’un de ces villages à reconstruire !
Une chance, c’en est une, pour le couple Kouchner-Ockrent, que les migrants n’aient pas envahis les 5e et 6e arrondissements de Paris, où ils vivaient en 2009 depuis trente-cinq ans dans 250 mètres carrés – pour un loyer de 5.000 euros par mois, un montant 30 % inférieur à la moyenne du marché (L’Express).

Une chance, encore, que les migrants n’aillent pas dans les stations de ski huppées comme à Morzine-Avoriaz, où ils sont les heureux propriétaires d’un gentil pied-à-terre, ni n’ont encore été expédiés à la résidence très privée de personnalités politiques, du show-biz, de banquiers, de patrons du CAC 40, le golf de Sperone, en Corse.

Un endroit absolument idyllique où de luxueuses villas se disséminent, à peine visibles, dans le maquis.
Du bateau, on aperçoit cependant celle du couple médiatique, construite en bois exotique, dominant la grande bleue avec, en contrebas, sa plage privée où est amarrée un modeste rafiot.
Cela serait pourtant une chance, pour les migrants, de poser le pied à Sperone et d’aller partager leur richesse avec du si beau linge !
 L’occasion unique de prendre des cours de finance, de comédie, de chant.

Las : impossible ! Les Kouchner, les Mimi Mathy, les Bedos, les Bruel, les Bohringer, les Higelin (ils sont 180 défenseurs du multiculturalisme à y avoir posé leurs pénates) ont fait ériger un mur de trois mètres de haut afin que leur intimité soit respectée.

Allez, Madame Angot, votre tour viendra…

 
 
Résultat de recherche d'images pour "Christine Angot haine"


Le 28/04/2018
Lorsque son tour fut venu, madame Angot, pas dépourvue, a concentré sa furie sur les bénévoles qui interviennent au sein des unités de soins palliatifs.
 
Les amateurs de télévision – il y en a – connaissent bien une dénommée Christine Angot, chroniqueuse de l’émission « On n’est pas couché » animée par l’exécrable Laurent Ruquier.

Dans ce temple du politiquement correct et de la dérision ricanante, à l’image du journaliste qui se croit drôle, cette dame pérore, insulte, dézingue à tout va, sans contradiction cela va sans dire.
C’est drôle, très drôle si l’on en croit l’inénarrable Ruquier, toujours satisfait de lui-même, qui s’esclaffe pour un oui ou pour un non.
Pourtant, le regard de madame Angot n’incite pas à rire.
La hargne, ou plutôt la haine, qui en émane n’a rien pour réjouir.
Sauf, peut-être, ses sectateurs.
Samedi 21 avril, Ruquier recevait Jean-Luc Romero, un des grands hommes (si l’on peut dire) de la résistance au mal.
Homosexuel militant, fondateur de GayLib, mouvement un temps associé à l’UMP, ardent militant de l’élimination des vieillards inutiles et coûteux (il appelle ça mourir dans la dignité, une petite piqûre, et hop !), le personnage était en terrain conquis, entouré d’admirateurs zélés.
Au point que Ruquier, jamais en veine de bassesse, a commencé par une exécution en règle de Jean Leonetti, auteur de la loi éponyme sur la fin de vie.
C’est dire…
Lorsque son tour fut venu, madame Angot, pas dépourvue, a concentré sa furie sur les bénévoles qui interviennent au sein des unités de soins palliatifs.
Soit ces personnes qui prennent du temps, beaucoup de temps, pour accompagner tous ceux qui vont mourir.

vendredi 27 avril 2018

Voici la vérité sur l'organisation de l'islam en France

 
 

TVL, journal du vendredi 27 avr. 2018: Nouveau plan banlieue, nouvelle esbroufe !

 
 



Ajoutée le 27 avr. 2018
 
01:08 - Sécurité / Nouveau plan banlieue, nouvelle esbroufe !
04:58 - International / Corée : une rencontre historique
08:55 - International / Ces volontaires qui meurent pour la Syrie
11:48 - Économie / Malgré les critiques, les GAFA tiennent le rythme
15:23 - L’actualité en bref
22:34 - La France de Campagnol


Le dessin du jour d’Ignace

Une ex-compagne de Tariq Ramadan se confie : "On a vraiment affaire à un manipulateur"

  

Europe 1

Majda Bernoussi a entretenu une relation de cinq ans avec l'islamologue, entre 2009 et 2014.
 
Rencontrée par Europe 1, elle ne dénonce aucun viol mais estime s'être faite "avoir" et décrit une emprise psychologique intense.

Elle ne l'accuse pas de viol et ne compte pas porter plainte.
Mais Majda Bernoussi estime avoir vécu une relation avec un "prédateur", et son témoignage intéresse les enquêteurs : entre 2009 et 2014, la Belgo-marocaine a fréquenté le prédicateur musulman Tariq Ramadan.
Pour la première fois depuis la mise en examen de l'intellectuel, soupçonné de viols, elle raconte, auprès d'Europe 1, l'emprise psychologique qu'elle estime avoir subie, l'accord financier qu'elle a accepté pour se taire et les autres victimes dont elle aurait recueilli les confidences.

"Une relation plus poussée". 

Majda Bernoussi se décrit comme une musulmane pratiquante.
En 2009, elle vient de terminer un ouvrage sur son passé difficile et ses questions quant à la religion et souhaite s'adresser à un "intellectuel musulman".
"En pleine quête spirituelle", elle adresse son manuscrit à Tariq Ramadan.
"C'est comme ça que le contact s'est fait. Très vite, il me dit qu'il est tombé amoureux de la fille du livre. Je suis un peu étonnée mais à force, on a une espèce de relation épistolaire".
Pendant quelques semaines, ils échangent par Facebook ou par SMS.
Puis il propose de la rencontrer, "parce que c'est lui qui est en demande d'une relation plus poussée".

Tous deux se rencontrent.

 "Pour moi, c'est le début d'une histoire", souffle Majda Bernoussi. Sur internet, la jeune femme a lu que Tariq Ramadan était marié. Mais il jure qu'il est divorcé "devant Dieu et les hommes".