dimanche 15 juillet 2018

Il y a 23 ans, Mr Poniatowski (ancien ministre) écrivait ces lignes, … lisez bien attentivement !

 

Résultat de recherche d'images pour "michel poniatowski ministre"

 
L’ancien ministre giscardien,   ( 1922- 2002)  déclarait :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Poniatowski

« Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer. Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) Ces pages peuvent apparaître cruelles. Mais elles correspondent à un sentiment très profond.
 
Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane.
Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du «cher et vieux pays» et celui du campement avancé du tiers monde africain.
Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours.
Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées.
Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes.
Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression.
Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux.
 
Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale.
Les libéraux l’ont affaibli, les socialistes l’ont détruit. »
Où sont les grandes tâches dévolues à l’État ?
La Justice, l’Armée, l’Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ?
En miettes. L
a France est à l’abandon, est en décomposition à travers le monde.
 
Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’État. »
 
« Si la vérité vous choque, faites en sorte qu’elle devienne acceptable, mais ne bâillonnez pas celui qui en dénonce l’absurdité, l’injustice ou l’horreur. »
 

La mise en scène est de.....

 
 

Yassine Belattar : « Merci à Giscard D’Estaing d’avoir permis le regroupement familial et permis la naissance des 3/4 des Bleus »

 
 



Par €ric le 15/07/2018 pour fdesouche

Yassine Belattar est humoriste, animateur de radio et de télévision.
En mars 2018, il est nommé membre du Conseil présidentiel des villes créé par Emmanuel Macron.
Réagissant à cette nomination, il est qualifié d’« islamiste » par Gilles-William Goldnadel.
Pour Rodolphe Belmer, « Il cherche à être l’incarnation de la jeunesse française dans une démarche progressiste de vivre ensemble. Il y a chez lui une dose de revendication communautaire, mais cette revendication va dans le sens d’une intégration républicaine. »

Démonstration : il ne sert à rien d’accueillir la misère du monde (vidéo)

 
 


Publié le 14 juillet 2018 - par Victor Hallidée -

Concernant l’immigration et la pauvreté, cette courte vidéo au visuel percutant, apporte des éclairages intéressants, même s’ils ne sont que quantitatifs.
 



Ce qu’il faut en retenir, c’est que rien ne sert d’accueillir la misère du monde, même par dizaines de millions.
Une quantité infime… au regard des milliards de miséreux du monde.
C’est plus constructif d’aider ces populations dans leur pays d’origine.
Il est donc contreproductif d’accueillir les plus éduqués, les plus débrouillards de ces pauvres (les seuls qui arrivent à accéder aux pays occidentaux, les seuls sur lesquels leurs pays pourraient compter pour que leur société s’améliore).
Mieux vaut les aider à rester sur place et à construire une économie digne de ce nom.
Sans oublier cette chose essentielle, sans laquelle il n’y a aucune sortie de la misère possible : l’éducation, préalable incontournable à l’indispensable contrôle des naissances !
Autrement dit, apporter de l’aide oui, mais assortie d’éducatif car sinon c’est pas la peine, c’est le tonneau des Danaïdes !
Cette conférence est une démonstration de l’impossible traitement de la misère du monde par l’accueil de flux migratoires.
C’est aussi, in fine, la preuve, s’il était besoin, de l’hypocrisie des alibis « humanitaires » des politiques pro-immigration.
Elles consistent en fait à remplacer des populations de culture chrétienne égalitariste, qui revendiquent leur dignité sur le plan économique, par des populations de culture musulmane inégalitaire (en phase avec les paradigmes oligarchiques) qui trouvent leur dignité sur un mode moins onéreux, sociétal, notamment par la domination sexuelle masculine.
Des masses plus faciles à exploiter sur le plan économique.

Nantes : 400 migrants campent en plein centre-ville, le maire refuse la demande d'évacuation

Nantes : 400 migrants campent en plein centre-ville, le maire refuse la demande d'évacuation

© Damien Meyer Source: AFP
        Un réfugié se lave dans la ville de Nantes, dans l'ouest de la France, le 11 juillet 2018.
 
 
Les élus de la ville et des associations s'inquiètent de la situation sanitaire de ces populations et interpellent à l'Etat français.   
 
Un campement comprenant des centaines de migrants occupe actuellement le centre-ville de Nantes. Le maire PS de la ville a annoncé le 14 juillet refuser de demander l'évacuation du square, malgré une mise en demeure de la préfecture.
Environ 400 migrants ont monté leurs tentes en plein centre-ville de Nantes, dans le square Jean-Baptiste-Daviais, à deux pas de la place du Commerce.
La préfecture a mis en demeure le mairie de Nantes, Johanna Rolland, le 13 juillet de demander l'évacuation du camp, ce que celle-ci a refusé de faire.
Interviewée par France 3 Pays de la Loire, elle refuse de demander l'évacuation de ce camp, alertant aussi sur une «urgence humanitaire».
Elle en a profité pour saluer le travail sur le terrain «absolument incroyable» des associations, ainsi que pour annoncer qu'à partir du 16 juillet, la ville de Nantes allait financer et co-organiser avec la Croix-Rouge et les associations locales l'organisation structurée d'une aide alimentaire.
Celle-ci devrait coûter 600 000 euros.

Chasser Éric Zemmour de RTL, c’est reconnaître son influence intellectuelle

 

 
 
Eric Zemmour
Nul doute que cette éviction réjouira les partisans de la liberté d’expression à sens unique.
Éric Zemmour n’a pas que des amis au sein de la rédaction de RTL : on lui reproche ses positions sur l’immigration et sur l’islam, ou encore ses propos dans le mensuel Causeur, en octobre 2016 : « Moi, je prends l’islam au sérieux, je ne le méprise pas ! Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. Je respecte des gens qui meurent pour ce en quoi ils croient. »
La Société des journalistes de RTL, dans un communiqué, avait estimé « de son devoir de faire savoir aux auditeurs de la radio et à l’opinion son aversion pour des propos qui, à ses yeux, portent atteinte à la mémoire des victimes du terrorisme et à la douleur des familles. »
 Yves Calvi, qu’on aurait cru plus ouvert, avait lu un message de réprobation au nom de la rédaction et de la direction de la station, tandis que la SDJ du Figaro, où il tient une chronique hebdomadaire, avait « dénoncé sans réserve » cette sortie.
Il faut une certaine dose de mauvaise foi pour feindre de croire que l’auteur du Suicide français aurait quelque estime pour les terroristes et puisse faire leur apologie : « Je ne respecte pas des gens qui tuent des enfants et des femmes », a-t-il assuré sur BFM TV.

Vite, un plan pour sauver la pauvre Agnès Buzyn !

 
 


 
Pauvre Agnès Buzyn ! Il paraît qu’Emmanuel Macron aurait fait fondre en larmes le ministre de la Santé.

C’est ce que révélait Le Canard enchaîné mercredi. Mme Schiappa va-t-elle devoir laisser ses piges à Paris Match pour se pencher sur un dossier de harcèlement au travail au gouvernement ?
Ce serait une première.
De quoi s’agit-il ?
Le 4 juillet dernier, sur LCI, l’ex-belle-fille de Simone Veil est interrogée sur ce fameux plan pauvreté qui doit sortir incessamment sous peu.
« En théorie, la semaine prochaine ? », demande le journaliste.
Réponse du ministre, accompagnée d’un large sourire : « En théorie, la semaine prochaine. »
Et puis, après quelques hésitations : « Ça dépend peut-être aussi des matchs de l’équipe de France… Normalement, ce plan devrait être présenté autour du 10 juillet, mais nous verrons si l’équipe de France est en demi-finale ou pas… »
Re-large sourire du ministre : très important, le sourire.
Mme Buzyn a dû apprendre cela lors des séances de média training.
Il est vrai que les presque neuf millions de pauvres de ce pays (selon les données de l’INSEE) ne sont pas à une semaine près.

samedi 14 juillet 2018

Quand un président de la République vantait la race française

 
 


14 juillet 2018

Ca donnait ça :
"Mon père et ma mère appartenaient profondément à la race française. Durs au travail , économes, croyant au mérite, aux vertus de l’esprit, aux qualités de cœur"
Georges Pompidou.

Lahire
Posté le 14 juillet 2018 à 21h40 | Lien permanent |

Le racisme noir assassine les fermiers blancs d’Afrique du Sud : l’Algérie se répète !

 





Publié le 13 juillet 2018 - par Gérard Brazon -


Le racisme noir en Afrique du Sud s’exprime et curieusement, nous n’entendons pas les Rokhaya Diallo et autres Danielle Obono.
 
 
Pas plus d’ailleurs que le CRAN, la ligue de défense africaine, le MRAP, la LDH ou SOSracisme. Tous aux abonnés absents.

Ils ne sont pas racistes les noirs ?
Pas plus que les arabes envers les noirs d’ailleurs.
Tous sont loin d’être des innocents comme cherchent à nous le faire croire ces associations et personnalités !
D’ailleurs, en ce moment, ils règlent leurs comptes en France sur le dos des blancs.

En Russie, ces derniers jours, jusqu’à 15 000 Boers, ces descendants de colons néerlandais établis en Afrique du Sud, planifient leur départ vers la Russie, suite au niveau de violences de plus en plus croissant de la part du gouvernement noir sud-africain qui prépare leur expropriation.
C’est la présentation d’une délégation de fermiers blancs faite à Vladimir Poutine.

Nous assistons sous nos yeux, à la volonté de départ de personnes qui ont construit un pays.
Je ne peux pas m’empêcher de penser à l’Algérie, à ces territoires où il n’y avait que des tribus berbères éleveuses de chèvres, occupés par des colons turcs, et infestés d’esclavagistes qui semaient la terreur en Méditerranée. Alger, Tunis et Tripoli étaient des centres de stockage d’esclaves, des blancs capturés sur les côtes européennes par les barbaresques.
Qui en parle à BFMTV, Cnew, TF1 et France-Télévision de cette réalité de l’esclavage arabo-musulman !

L’Afrique du Sud était un endroit vide de population.
Il n’y avait aucun noir lorsque les premiers blancs protestants se sont implantés pour y bâtir une communauté loin des guerres de religions en Europe !

La France produit 55 hélicoptères pour la lutte anti-terroriste et la défense des frontières. Elle les vend à... Kiev !

 

Résultat de recherche d'images pour "h225 helicopter"


Et en ce 14 juillet, on nous vend une
défense médiatique de la France...


"Conformément aux termes de l'accord, la partie ukrainienne recevra 21 hélicoptères H225, 10 hélicoptères H145 et 24 hélicoptères H125.
Le montant du contrat s'élève à 555 millions d'euros, ce qui comprend le prix des appareils, de l'entretien technique et de la formation des pilotes.

Une partie des fonds est fournie par des banques françaises, ainsi que par la Trésorerie de France sous forme de prêts.

Les hélicoptères seront utilisés pour des missions de maintien de l'ordre public, la lutte contre le terrorisme, la protection des frontières, ainsi que pour la reconnaissance aérienne, la protection des sites stratégiques, l'évacuation sanitaire, pour les opérations de recherche, de sauvetage et de lutte contre les incendies".

Lahire

Posté le 14 juillet 2018 à 15h41 | Lien permanent |

Allemagne : La NZZ dévoile les coûts de l’immigration et balaie le mensonge « des migrants bien formés ».



     
Christian Hofer : A noter que la NZZ révèle depuis 2016 ces mensonges:
"Avoir au moins 10 années de scolarité est considéré comme un standard en Europe occidentale et 88% de la population allemande franchit cet obstacle.
En revanche, cela ne concerne que 58% des réfugiés.
Cela montre une forte dichotomie de l'expérience éducative. 70% des migrants ne possèdent pas de diplômes professionnels ou d'études (...)"
Ces chiffres n'ont jamais été publiés par la presse romande. Evidemment.
 
**********

L'un des plus grands secrets en Europe est le coût réel de la migration et en particulier le coût d'un migrant.

Notre attention s'est portée sur un article en allemand (émanant du journal suisse Neue Zürcher Zeitung), dans lequel les coûts sont calculés.
Les résultats sont choquants.
Environ 1,7 million de personnes ont demandé l'asile en Allemagne depuis 2014, mais quiconque demande au gouvernement les coûts de cette immigration sera envoyé dans un labyrinthe de statistiques et de chiffres, écrit l'auteur.
 
Sur la base d'une projection du gouvernement, il estime les coûts annuels entre 30 et 40 milliards, mais on ne sait pas si les dépenses complémentaires pour les jardins d'enfants, les écoles, les 2000 juges supplémentaires et les soins de santé sont incluses.
Aucun économiste ou gestionnaire ne prétend que l'immigration de masse est une bénédiction pour l'État allemand.
Au contraire: en raison du faible niveau d'éducation, le spécialiste des finances Bernd Raffelhüschen prévoit "que chaque réfugié coûtera au total 450 000 euros durant sa vie".

Essonne : Un supermarché pillé par une cinquantaine d’individus à Vigneux.

 
 

Le supermarché Franprix situé à Vigneux-sur-Seine a été pillé la nuit dernière. (photo Google)
14 juillet 2018
 
par C. Laudercq et R. Lefras

Longue nuit pour les forces de l’ordre de l’Essonne. Des dizaines d’individus ont pris d’assaut un supermarché Franprix à Vigneux-sur-Seine (Essonne). Dans plusieurs autres communes du département, les policiers ont été violemment pris à partie.
 
Des groupes de malfaiteurs ont en fait profité de la présence policière en sécurisation sur les feux d’artifice du 14 juillet, pour passer à l’acte explique Le Parisien.
Dans la nuit de vendredi à samedi, ils se sont attaqués à un supermarché Franprix situé à Vigneux-sur-Seine, place du 14 juillet.
L’établissement a été pillé par une cinquantaine de personnes.
Des faits confirmés par la procureur de la République Caroline Nisand, qui évoque « des pillages » et « de la casse ».
Deux individus ont été interpellés en flagrant délit.

237 interpellations, 134 véhicules brûlés : une nuit sous tension en région parisienne



237 interpellations, 134 véhicules brûlés : une nuit sous tension en région parisienne
 
© PHILIPPE MERLE Source: AFP
 
136 véhicules ont été incendiés en banlieue parisienne dans la nuit du 13 au 14 juillet (Image d'illustration)

 
La veille de la Fête nationale a été une soirée particulièrement agitée en région parisienne, où 134 véhicules ont été incendiés et 237 personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre. 4 policiers, 4 pompiers et un gendarme ont été blessés.
La région parisienne a été le théâtre de débordements dans la nuit du 13 au 14 juillet, selon des informations recueillies par la chaîne d'information LCI.
Les forces de l'ordre ont interpellé 237 individus, et en ont placé 193 en garde à vue.
Quatre policiers, quatre pompiers ainsi qu'un gendarme ont en outre été blessés dans la soirée, lors de laquelle pas moins de 134 véhicules, dont 16 deux-roues, ont été incendiés.

Nantes : une voiture brûle, 6 juillet, illustration

Un mort et trois nuits d'émeutes : que s'est-il passé à Nantes ?
 
Des incidents qui se sont déroulés dans les département de la petite couronne, comme à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, où des policiers ont surpris trois individus en train de fabriquer des engins incendiaires.

Lyon : des voleurs sans papiers relâchés, faute de moyens

 
 
Photo d'illustration - LyonMag        

Photo d'illustration - LyonMag

 
L’affaire a débuté par un vol à l’arraché.

             
Les faits ont été commis par deux hommes, dans la nuit de lundi à mardi, à la station de métro de Gorge de Loup, dans le 9e arrondissement de Lyon.

Repéré par des policiers, le duo alors rejoint par un troisième individu a été intercepté vers 00h10 rue Pierre Audry, non loin de la bouche de métro.
L’un des trois individus était alors porteur d’un sac contenant du matériel informatique pour lequel il ne pouvait indiquer la provenance.

Pour des raisons de sécurité, il fallait alors que deux voitures de police soient mobilisées pour transporter les interpellés jusqu’au poste.
Mais l’un des deux véhicules avait été détourné sur une intervention plus urgente.

Selon une source proche du dossier qui l’a confirmé à LyonMag, la notification de la garde à vue n’a pas pu être réalisée dans les temps.

Les trois individus, âgés de 14, 17 et 18 ans ont donc été laissés libres.
Les deux mineurs sont sans papiers, l’un d’eux a déjà 9 mentions à son casier judiciaire.
Le majeur possède lui un passeport algérien, et comptabilise 8 antécédents judiciaires.

Une convocation devant les enquêteurs a été rédigée.
Reste à savoir si les trois complices présumés seront assez imprudents pour se jeter dans la gueule du loup.
Ou s’ils resteront aussi loin que possible du commissariat où ils auraient dû être emmenés si les moyens de la police étaient suffisants.

lyonmag

Djamal Beghal : en résidence surveillée sur un îlot du Pacifique ?

 
 
 
 
Lorsqu’un terroriste sort de prison après avoir purgé une peine dont la faible durée ne laisse pas d’étonner, peut-il être relâché dans la nature alors même que, selon toute vraisemblance, il n’a nullement renoncé à ses activités ?
 

C’est la question posée au gouvernement, qui ne sait pas y répondre.
Djamel Beghal, âgé de 31 ans, a été arrêté en 2001 et condamné, le 15 mars 2005, par le tribunal correctionnel de Paris à dix ans d’emprisonnement du chef d’association de malfaiteurs terroristes. Libéré en juin 2009, après avoir rencontré en prison Kouachi et Coulibaly dont il devient le mentor, déchu de sa nationalité française en 2007, il n’a pas été expulsé vers son Algérie natale sur recommandation de la Cour européenne des droits de l’homme.
Chacun appréciera l’ironie de la saisine de cette cour par un terroriste…
De nouveau arrêté en 2010 pour direction d’un groupe terroriste, il a rempilé pour dix ans, et se trouve donc libérable au bout de huit ans, conformément à la loi.
Et l’Algérie, qui se fiche comme d’une guigne des droits de l’homme, refuse de l’accueillir sur son territoire.
Notre djihadiste devrait donc être assigné à résidence à compter de lundi 16 juillet, et il pourra tranquillement recevoir tous les candidats au martyre pour la cause d’Allah et leur dispenser de précieux conseils.
On touche là, par l’absurde, les limites de l’État de droit.

L’autopsie vient de révéler la cause de la mort de Naomi Musenga

 
 


L’autopsie vient de révéler la cause de la mort de Naomi Musenga, dont l’appel au centre 15, traité avec légèreté, avait défrayé la chronique il y a six mois.

Sans exonérer l’opératrice de sa faute, on peut estimer aujourd’hui qu’une prise en charge plus rapide n’aurait donc eu qu’une chance infinitésimale de sauver la jeune femme, puisque son décès est dû à une intoxication par le paracétamol, qu’elle avait consommé en automédication pendant plusieurs jours.

C’est une dure loi de la pharmacologie que toutes les molécules qui ont un effet thérapeutique ont immanquablement un ou plusieurs effets secondaires ; parfois fréquents mais bénins, d’autres fois très rares mais redoutables.
Si l’aspirine était inventée aujourd’hui, à part ses effets sur la fluidité sanguine tardivement découverts, elle n’aurait très probablement aucune chance de franchir les épreuves d’autorisation de mise sur le marché !

L’Efferalgan®, le Dafalgan® et bien d’autres présentations du paracétamol – présents dans tous les tiroirs de pharmacies familiales, où ils remplacent l’aspirine depuis quelques décennies contre les douleurs et les fièvres – ne sont, en effet, pas dénués de dangers chez certaines personnes, ou en cas de surdosage, avec des effets comparables à ceux du plus célèbre champignon vénéneux : l’amanite phalloïde.

vendredi 13 juillet 2018

Comment Macron veut menotter les maires

Le président recentralise les pouvoirs


En matière de politique, Emmanuel Macron n’aime pas la concurrence. Le président « versaillais » est engagé dans un processus de recentralisation des pouvoirs. Au détriment des élus locaux, et notamment des maires, qui voient leur fonction vidée de toute substance…



Acte un : on fait disparaître les maires du Parlement !

La loi sur le non cumul des mandats s’est révélée être (les observateurs avisés l’avaient pressenti) le premier acte d’une logique implacable menée par le gouvernement à savoir la mise sous tutelle des élus locaux et principalement des maires.
Ce non-cumul a amené de nombreux maires, expérimentés en matière de vie locale et politique et attachés à leur commune, à refuser de se porter candidat.
Qu’ils fussent de droite ou de gauche, et en tout cas issus des partis politiques dits classiques, s’ils étaient maires d’une commune de quelques dizaines de milliers d’habitants, ils auront préféré leur hôtel de ville à un siège dans l’opposition au palais Bourbon.
C’est ainsi qu’un grand nombre de candidats peu connus des électeurs ont mené campagne pendant cinq semaines et se sont fait submerger par la vague des godillots aux éléments de langage formatés LREM (à ce titre il est intéressant de comparer les différents tracts de campagne des législatives des candidats LREM dans différentes circonscriptions pour se rendre compte de leur formatage).
Cela aboutit à obtenir une Assemblée nationale déconnectée du terrain (à titre d’exemple, la citation de Bruno Bonnell, député LREM : « Ce qui se dit en circo, je n’en ai rien à foutre ») qui pourra avaliser toutes les mesures du gouvernement tendant à réduire les marges de manœuvre et l’influence des maires dans les territoires.
Il s’agit ici d’une recentralisation des pouvoirs, et la volonté du Gouvernement actuel laisse entrevoir un retour à une situation d’avant 1982 et des lois de décentralisation.

Exclusif : Cédric Herrou organise le passage de migrants clandestins depuis l’Italie sous la protection de l’armée française (photos)

 


[MINDWAR] BREIL 13/07/2018 –

La situation dans la vallée de la Roya, à la frontière franco-italienne, prend un tour de plus en plus surréaliste.
 
Emmanuel Macron a en effet fait déployer des forces de l’armée et de gendarmerie (EUROGENDFOR) pour protéger le camp de migrants clandestins du passeur affilié à l’extrême-gauche, Cédric Herrou.
Il s’agit d’éviter toute interruption de l’infiltration du territoire par des activistes anti-immigration clandestines qui pourrait vouloir démanteler le camp situé sur le terrain de Cédric Herrou.
Voici des photos qui attestent de cette réalité :
 

 
 
Du vendredi 13 juillet au dimanche 15 juillet 2018, la nébuleuse anarcho-communiste active dans la région – et au delà – organise un “festival” dans le but de promouvoir l’immigration clandestine sur le territoire français.
L’euro-député marxiste José Bové sera présent sur place, samedi.
Le même vendredi 13, le groupe de Cédric Herrou organise ostensiblement l’infiltration d’un maximum de migrants clandestins depuis l’Italie, toujours sous la protection de la gendarmerie et l’armée françaises.
 
Cette décision implique, par nécessité, la préfecture des Alpes-Maritimes donc le ministère de l’Intérieur, donc la Présidence de la République Française.

Armée : 2 hélicoptères militaires français sur 3 sont hors service.



 

(Photo André Bour / helicopassion.com)
13 juillet 2018 ● 18h56
par C. Laudercq et R. Lefras

Le constat vient d’un rapport du Sénat, il est sans appel : Deux hélicoptères sur trois sont en incapacité de voler, et les accidents se multiplient.

En 2017, seulement un sur trois était opérationnel.
La commission des Finances du Sénat s’inquiète de l’état des aéronefs dans l’armée française.
Et il y a de quoi.
Le rapport révélé par Le Figaro met en cause les lourdes opérations d’entretiens menées sur les hélicoptères.
Les appareils cloués au sol ont tout simplement trop volé explique le rapport d’information rendu public ce jeudi.
Car ces derniers sont mis à rude épreuve depuis 2013, où des opérations sont menées au Sahel notamment.
Comme le précise Libération, les Alouettes de la Marine ont 45 ans en moyenne tandis que les Gazelles de l’Armée de terre ont 32 ans d’âge moyen.

Mondiaux d’athlétisme junior: polémique sur l’âge d’une médaillée éthiopienne de 16 ans (Vidéo)

 
 

(…)Médaillée de bronze du 5.000 mètres de ces Mondiaux -qui ont cours du 10 au 15 juillet-, l’Éthiopienne Girmawit Gebrzihair se voit pointer du doigt suite à des clichés qui remettent en question son âge.

D’après sa fiche d’identité officielle répertoriée par l’IAAF (Fédération internationale de l’athlétisme), Girmawit Gebrzihair affirme être née le 21 novembre 2001 et n’avoir donc que 16 ans. Mais certaines images de l’adolescente laissent planer le doute et penser qu’elle pourrait avoir déjà soufflé davantage que 16 bougies.
Repéré par nos confrères du Figaro, le tweet d’un coureur espagnol spécialiste du 400 mètres, Oscar Husillos, n’est pas passé inaperçu au sein du petit monde de l’athlé.

« Ses enfants et ses petits-enfants dans les tribunes peuvent la voir courir au Mondial des – 20 ans. » Une remarque cynique qu’il a déposé en légende de l’une des photos polémiques de Girmawit Gebrzihair en course.

 

 

Syrie : un menteur nommé Macron


      
 


jeudi 12 juillet 2018, par Comité Valmy

C’est devenu une habitude : le godelureau de l’Elysée fait le paon au château de Versailles.

Brasseur d’air inusable, le freluquet fait des phrases, il pérore dans le vide.
Comme un télévangéliste, il brandit de grands mots tout en agitant ses petits bras.
Une presse servile l’a tellement encensé qu’il a sans doute fini par croire à son destin planétaire. “Macron sauve le monde”, titrait Challenges en mai 2017 au sujet d’un sommet européen que son insignifiance a condamné à l’oubli.
Mais ce n’était que le hors d’œuvre.
On eut droit, par la suite, à un véritable morceau d’anthologie.
“Macron : naissance d’un chef de guerre”, osait Le Point à propos du bombardement punitif de l’armée syrienne perpétré par les forces aéronavales françaises le 14 avril 2018.
Cet audacieux hebdomadaire oubliait de préciser, au passage, que la moitié des missiles français avaient raté leur envol et que les autres avaient manqué leur cible.
Quant au prétexte de cette agression militaire contre un Etat souverain, on sait désormais ce qu’il vaut.
L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) vient de publier son premier rapport consacré à l’attaque chimique présumée contre la Ghouta orientale du 7 avril 2018.
Résumant le résultat de plusieurs mois d’investigations, ce document constate “l’absence de gaz à effet innervant” et la “présence possible de chlorine” sur les sites concernés.
Pas de gaz sarin, donc, et peut-être un peu de chlorine.
Bref, la montagne a accouché d’une souris.

Donald Trump : « Permettre l’immigration en Europe est une honte ! Vous perdez votre culture. A moins d’agir très vite, l’Europe ne sera plus jamais comme avant »


 
 

Quelques heures avant d’atterrir à Londres, le président américain s’est montré très critique envers la politique migratoire européenne, qui a, selon lui, un impact potentiellement irréversible sur un Vieux continent en train de perdre son identité.
 
Dans une interview accordée au tabloïd britannique « The Sun », Donald Trump s’est exprimé sur les sujets du moment, sans prendre de gants.


Le président américain a réaffirmé sa position anti-immigration en déclarant « qu’autoriser l’immigration à prendre place en Europe est une honte ».
« Permettre à des millions et des millions de personnes de venir en Europe est très, très triste. Je pense que vous perdez votre culture. A moins d’agir très vite, l’Europe ne reviendra jamais à ce qu’elle était avant », a-t-il ajouté.
 
(…) Donald Trump à propos de Sadiq Khan, le maire de Londres, issu d’une famille pakistanaise et premier musulman à avoir été élu à la tête d’une capitale européenne. 
« Vous avez un maire qui a fait un travail horrible à Londres. Il a vraiment fait un boulot terrible. Regardez ce qu’il se passe à Londres, regardez le terrorisme qui s’est implanté, les crimes qui sont perpétués. »

(…)
L’Obs

Trump contre la méthode May pour le Brexit – JT TVL 13 juillet 2018



1) International / Trump contre la méthode May pour le Brexit
Nouvelle tuile de taille pour Theresa May.
Après les défections en cascade dans son gouvernement, c’est au tour de Donald Trump de critiquer sa gestion du Brexit.
Et comme à son habitude, le président américain a sorti son arsenal de menaces…
Des arguments qui pèseront sans doute plus lourd que les Tories…

2) Société / La Coupe du Monde profite-t-elle à Macron ?
Dimanche, l’équipe de France de football tentera de remporter une deuxième coupe du monde…  en cas de victoire des Bleus, le pouvoir politique pourrait bien essayer d’en tirer parti.

3) Société / Le gouvernement passe la seconde pour la PMA
Après une année de réformes à marche forcée, le gouvernement ne compte pas s’arrêter pendant l’été. La Procréation Médicalement Assistée est à présent une des priorités de La République En Marche.

4) Économie / Les clandestins au secours du BTP

5) L’actualité en bref
 
 
Le dessin du jour d’Ignace

Premiers des demandeurs d’asile en France : la mafia albanaise !



On nous dit beaucoup de choses sur l’immigration, mais on nous donne peu d’informations concrètes.

 En vérité on cherche surtout à nous culpabiliser, nous, les obscurs et les sans grade.
Un exemple : ce sont toujours les Albanais qui constituent le gros des troupes des demandeurs d’asile sur le territoire français.
Ainsi, en juillet 2017, le fraîchement nommé ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’alarmait devant l’Assemblée nationale de ce que notre pays concentre 75 % de la demande albanaise en Europe.
« Évidemment, pour notre pays, en particulier pour la frontière est, depuis Metz jusqu’au sud, c’est un problème fondamental. » disait le ministre.
Problème si problématique que le ministre des Affaires étrangères albanais, M. Ditmir Bushati, présentait alors à la France « un plan d’action qui vise à obtenir d’ici à trois mois des résultats concrets en matière de lutte contre l’immigration ».
Le journal La Croix, toujours avide de bien faire et de surtout bien penser, avançait l’explication d’un expert :
« L’immigration albanaise peut s’expliquer par le fait que le pays est encore dans un processus de transition démocratique avec des problèmes de corruption et de non-respect des droits, qui peuvent provoquer de l’insécurité », disait un certain M. Clochard, mais « elle a aussi été en partie favorisée par la libéralisation du système de visa Schengen ».
Dans ce long papier, curieusement, pas un mot sur les conflits qui déchirèrent les Balkans à la fin du XXe siècle, sur les populations venues du Kosovo et celles qui émigrèrent en masse en Europe de l’Ouest.
Hélas, comme le disait M. Clochard, l’Albanie a surtout exporté sa pègre, cela avec notre complaisance, puisque candidate à l’entrée dans l’UE depuis 2009 et sa demande reconnue par le Conseil depuis 2014, ses ressortissants bénéficient chez nous d’un accès prioritaire à l’asile.

Aujourd’hui, le seul remède pour sauver la France : l’état de siège

 
 


Dans un rapport rendu public le 10 juillet, deux sénateurs s’en prennent aux pouvoirs publics face à « l’enracinement du salafisme en France » et s’inquiètent de la multiplication de « zones ghettoïsées » sur le territoire.
 
 
Pourtant, ceux-ci, Bernard Cazeau (LREM) et Sylvie Goy-Chavent (Union centriste) ne sont pas des adversaires politiques d’Emmanuel Macron.
Mais ils n’en préconisent pas moins l’expulsion des fichés S radicalisés de nationalité étrangère, le suivi à long terme des mineurs revenants, la création de pôles de lutte contre l’islam radical dans chaque département ou encore l’application de la déchéance de nationalité aux détenus binationaux condamnés pour terrorisme.
Mais, surtout, ils pointent du doigt le danger salafiste qui réunirait de 40.000 à 60.000 adeptes dans l’Hexagone.
On croirait entendre Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et même Laurent Wauquiez !
Si le rapport accumule les griefs contre les « zones ghettoïsées », il se garde bien de mentionner celles-ci.
Soyons clair : ce que disent aujourd’hui ces deux sénateurs, c’est ce que savent tous les flics de France et même une majorité d’habitants des quartiers sensibles.
De plus, lorsqu’ils stigmatisent « le manque de courage qui conduit trop souvent à fermer les yeux sur la place du salafisme en France, tandis que certains individus surveillés ne sont pas toujours empêchés de passer à l’acte », ils ne font qu’indiquer ce que les criminologues soulignent depuis des années.
Or, il existe un remède efficace pour détruire cette menace, un remède seul capable d’endiguer la décomposition de notre pays, un remède que personne n’a encore osé mettre en œuvre : la proclamation de l’état de siège.

jeudi 12 juillet 2018

Rennes: Dorian, 24 ans, mortellement roué de coups dans un guet-apens en sortant de boîte par quatre jeunes


 
 



 
Roué de coups à l’extérieur de la boîte de nuit L’Espace, à Rennes, samedi 7 juillet, un jeune homme est décédé des suites de ses blessures, le lendemain dimanche.

Il s’appelait Dorian Guémené.
Avait 24 ans.
Suspectés d’avoir participé aux violences, quatre hommes âgés de 22 à 28 ans, mis en examen hier pour « meurtre avec guet-apens » et « violences aggravées », ont été écroués ce mercredi.
(…)
« Dorian pensait toujours aux autres avant lui.
Il était très généreux.
Nous ne souhaitons pas qu’il reste dans l’anonymat », expose la sœur de Dorian Guémené, quatrième d’une fratrie de sept enfants.
Lui est né à Saint-Malo.
Il a passé une partie de son enfance dans la Manche.
(…)
« J’étais si fier de lui… Il a fait tellement de bonnes choses, exprime son père.
Il était plein de vie, enthousiaste tout le temps. »
« Notre enfant était toujours joyeux, de bonne humeur. Il était volontaire, généreux, dit aussi sa mère. Aimant les gens, il avait trouvé sa place en étant serveur au bar le Kenland. »

Prémices de guerre islamo-gauchiste



fofana


Publié le

« La guerre est déclarée ». Expression entendue lors des manifestations qui ont suivi le contrôle de police à Nantes. 

Si ce Boubakar Fofana a été tué, sans intention d’en arriver là, par un CRS, c’est bien parce qu’il refusait d’arrêter son véhicule en faisant une marche arrière et avait, volontairement ou pas, failli écraser un policier.
Malgré leur sympathie évidente pour ce personnage au casier judiciaire déjà bien garni, les médias n’ont pas pu cacher qu’il était, à ce moment là, activement recherché par la police et la justice, pour divers actes de délinquance: vols, insultes, association de malfaiteurs, trafics de drogue, etc…
Un merveilleux copain qui n’aurait pas fait de mal à une mouche, selon l’entourage.
Quoi qu’il en soit, pour les journaleux, l’assassin c’est le CRS, mis tout de suite en garde à vue, avant que la lumière soit faite sur cette affaire.
La victime innocente c’est automatiquement le voyou, d’autant plus innocent qu’il est africain, donc respectable par nature.
Ce qui reste un encouragement pour la racaille à continuer à narguer les forces de l’ordre.

Le président de la Commission Européenne ivre mort lors du sommet de l’Otan (vidéo)


             

 
BREIZATAO – ETREBROADEL (12/07/2018)

Le président de la Commission Européenne a été vu dans un état d’ébriété avancé lors du sommet de l’Otan lors duquel était présent le président américain, Donald Trump.
 
Jean-Claude Juncker, visiblement saoûl, a du solliciter l’assistance pour pouvoir marcher.
 
 



breizatao

Alain Marsaud : Le terrorisme face à la police de la pensée



 
                       

11/07/2018 – FRANCE (NOVOpress)
 
A chaque attentat, les journalistes utilisent de plus en plus d’éléments de langage dignes de la novlangue, pour habiller la réalité violente qu’ils refusent de voir et de montrer.

Dans leurs sillages, les hommes politiques adoptent les mêmes codes, quitte à faillir à leur mission de protection des populations.
La société développe la culture de l’excuse et des circonstances atténuantes pour les coupables, laissant souvent sur le bord de la route de la bienpensance, les vraies victimes des attentats.
Quelques jours après le nouveau drame survenu à Marseille, Alain Marsaud, sans langue de bois, revient sur le véritable déni de réalité des acteurs politico-médiatiques.



 


Violences dans les banlieues : l'insécurité, devenue banale, aux oubliettes




 
À Nantes, la défense quasi-unanime de la victime, pourtant délinquant multirécidiviste, s'est achevée par plusieurs nuits d'émeutes. Une réponse ultra-violente qui n'étonne plus personne. Photo © SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Émeutes. Traitée avec fatalité, l’insécurité ordinaire ne préoccupe plus personne, dénonce le journaliste et écrivain Laurent Obertone.
 

Hypergentil. « Très intelligent. » « Hyperrespectueux. » « Non violent. » « Pas dans les conflits. » « Respectable. » « Une crème. » « Plus dans la médiation qu’autre chose. »
 
Aboubakar Fofana, 22 ans, dit “le loup”, connu pour vol avec effraction, menaces de mort, vol en bande organisée, association de malfaiteurs, recel, roule sans ceinture, sous mandat d’arrêt, dans un véhicule signalé.
Il tombe sur un petit contrôle inopiné qui, quoique synonyme de l’oppression policière censée pallier honteusement l’abandon des politiques d’aides dans ce quartier qui vit depuis six mois au rythme des fusillades, se passe très très très bien.
On n’avait sans doute jamais vu un contrôle aussi bien se passer, ni observé un tel degré de courtoisie et d’obtempération depuis l’affaire Théo.
Peut-être bien qu’un flic l’a tutoyé, allez savoir.
Aboubakar tente de se faire passer pour un « autre jeune du quartier », la situation se tend, le délinquant veut redémarrer, le CRS dégaine, il y a lutte, la voiture enclenche une marche arrière, le coup part.
Défense unanime de la victime contre les policiers
 
« Aboubakar, 22 ans, tué par la police », titre le Parisien (le 4 juillet sur son site).
Malgré la promptitude des hommages et des « pensées qui vont à la famille et aux quartiers », malgré la « solidarité » des Clémentine Autain qui dénoncent les « tensions police-population » tout en cherchant activement les « voies de l’apaisement », malgré ces journalistes qui se précipitent pour donner la parole « aux habitants du quartier qui remettent en cause la version de la police », malgré ces ministres qui promettent « toute la lumière », malgré ces communiqués du Nouveau Parti anticapitaliste qui appellent à « désarmer la police » et cesser de contrôler les « racisés », malgré de nouvelles promesses pour ces « territoires oubliés de la République », « trop longtemps relégués », malgré, on peut en être sûr, des procédures exceptionnelles, la contre-enquête de l’enquête sur l’expertise des deux premières séries d’enquêtes, malgré les appels au calme de la famille, des associations et de l’imam local, malgré tout cela, ce qui devait arriver arriva.

Le Média de Mélenchon vers la lutte finale ? – JT TVL 12 juillet 2018

 
1) Média / Le Média de Mélenchon vers la lutte finale ?
Six mois après son lancement, Le Média, la webtv adossée aux Insoumis de Jean-Luc Mélenchon, a déjà du plomb dans l’aile.
Les finances et l’ambiance sont au plus mal… au point que leur indépendance pourrait faire long feu.
 
2) Politique / Élus locaux pas contents

3) Economie / Puissance économique : la France dépassée par l’Inde
La France perd une place au classement des puissances économiques mondiales en fonction du PIB… Delhi dépasse Paris et s’annonce comme un général incontournable du monde de demain.

4) International / Coupe du monde : la guerre des “hools” n’a pas eu lieu
On nous promettait la guerre dans les rues russes pour la coupe du monde de football, les hooligans slaves devaient mettre la compétition à feu et à sang… finalement rien !
Moscou est parvenue à maintenir la sécurité en dépit d’un contingent de hooligans  considérés comme les plus violents du monde.

5) L’actualité en bref

Macron, l’islam et les religions: les républiques de la « partition »


Las de la République française « une et indivisible », Emmanuel Macron semble vouloir régner pour mieux diviser. Et créer de petites républiques religieuses de France…


Emmanuel Macron a entrepris de faire du cauchemar éveillé de François Hollande une réalité.
Dans Un président ne devrait pas dire ça, l’ancien président de la République reconnaissait qu’il y avait « un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. », et de s’effrayer ensuite : « Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition ».

La « partition », sa solution
La « partition » dont parlait François Hollande était évidemment celle du territoire national.
Un pour les musulmans, un autre pour les non-musulmans.
L’ex-président en parlait comme d’un risque.
Pour sa part, son successeur a simplement imaginé d’en faire la solution.
En effet, le président de la République française, Emmanuel Macron, ne propose rien moins que de rompre avec l’unité territoriale et politique de la nation… dans l’espoir d’acheter la paix sociale aux islamistes.
Une stratégie de dépècement du territoire national est à l’œuvre.
Mais pour éviter qu’elle ne provoque un tir de barrage unifié, chaque étape du dépècement a été étalée et disjointe des autres séquences.

« L’attaque de Trump contre l’Allemagne. Sortir de l’OTAN ? Une nécessité !! » L’édito de Charles SANNAT



« L’attaque de Trump contre l’Allemagne. Sortir de l’OTAN ? Une nécessité !! » L’édito de Charles SANNAT


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Celles et ceux qui ont toujours eu une « certaine idée de la France », et de notre indépendance, ont toujours vu d’un très mauvais œil le retour dans l’OTAN que Nicolas Sarkozy, dit « l’américain », a initié alors qu’il était président.

Son successeur, François Hollande, a suivi le même chemin, celui de l’alignement corps et âme de la France et de son appareil militaire sur les intérêts américains.
Je n’ai eu de cesse de dénoncer notre appartenance à l’OTAN, pas d’un point de vue idéologique, mais parce que notre intégration à une alliance militaire bras armé des intérêts américains, ce n’est évidemment pas la meilleure solution pour assurer notre indépendance et les attributs de notre souveraineté.
Quand on dénonce l’Otanisation de notre pays, on est évidemment qualifié de faire de « l’antiaméricanisme » primaire.
Désormais, c’est encore plus grave.
On est « américanophobe », ce qui constituerait presque un délit pénal.
Quoique cela soit moins vrai depuis que Donald et Daisy sont à la Maison Blanche.
On a le droit d’insulter le Président américain, de le vomir, et l’on est encensé…
Il faut dire que notre Donald ne fait pas dans la dentelle.
 
Pilonnage en règle de l’Allemagne

Alors que le Président des États-Unis vient d’arriver à Bruxelles pour un sommet de l’OTAN, voici ce qu’il a déclaré afin de poser tout de suite les choses :
« L’Allemagne est complètement contrôlée par la Russie, elle est prisonnière de la Russie », ou encore « L’Allemagne paie des milliards de dollars à la Russie pour ses approvisionnements en énergie et nous devons payer pour la protéger contre la Russie. Comment expliquer cela ? Ce n’est pas juste »…
Je ne peux qu’encore une fois attirer votre attention sur ce que je disais il y a quelques jours déjà dans l’édito intitulé « Punir l’Allemagne, négocier avec la France, détruire l’Europe ! ».
Chaque jour qui passe nous montre un peu plus la réalité de cette stratégie américaine.