samedi 25 novembre 2017

LYON ENVAHI PAR L’ISLAM


L’islam à Lyon est une réalité de chaque jour, pour ne pas dire de chaque instant tant cette religion tend de plus en plus à marquer le territoire.

Religion de conquête qui s’attribue de plus en plus de place et qui fonde des clivages communautaires contraires à l’idée que l’on se fait habituellement, dans nos rangs, de la concorde républicaine.
Lyon et sa grande mosquée…
Lyon et ses marchés différenciés, ses quartiers particuliers, la plupart interdits aux forces de police et dans tous les cas éloignés des pratiques sociales qui restent les nôtres.
Lyon, ville d’une première approche de transition cultuelle et culturelle, Lyon, ville laboratoire pour un islam qui cache ses intentions ; de cet islam de combat qui reçoit parfois le soutien de nos prêtres œcuméniques !
Lyon, ville citoyenne qui n’est plus véritablement ce qu’elle est et qui semble très bien s’en accommoder…
Lyon, qui ne porte plus le juste regard citoyen sur son environnement et qui oublie un peu trop facilement cette « rue Paul Bert » et de ce quartier de la « Fosse aux Ours » qui pose encore des problèmes sécuritaires.
De ce quartier qui a permis l’expérimentation du regroupement des commissariats afin d’occuper le terrain légal longuement abandonné aux mafias et aux prêcheurs de la haine de la France et de la chrétienté !
Vous qui n’êtes pas lyonnais, ne pensez pas que nous exagérons.
Lyon est une ville très exposée.
Et dans une certaine mesure, certainement plus qu’ailleurs, les risques d’attentats ou de problèmes de guérilla sont plus nombreux qu’à Marseille ou Paris.

Effectivement, et personne n’en est vraiment surpris, dans nos banlieues, la « racaille » est souvent armée de Kalachnikov alors que nos policiers en sont restés au 9 mm…
Police qui n’est pas suivie par sa hiérarchie lorsqu’elle fait son travail et qui reste toujours aussi exposée.
Au-delà, et pour preuve s’il en est, on remarquera que Lyon est une ville d’expérimentation pour la police.
N’est-ce pas à Lyon, dans ce qui fut la capitale des Gaules, que le gouvernement d’Emmanuel Macron lance une vaste concertation destinée à revoir les missions et l’organisation des forces de sécurité, afin de gagner en efficacité et en proximité ?
À votre avis, risquerait-on de l’argent public en des expérimentations qui ne soient pas justifiées par un terreau particulier ?
C’est donc bien la preuve que notre ville a atteint un haut degré d’insécurité pour que l’opération « police de sécurité du quotidien » soit mise en œuvre dans notre bonne ville de Lyon !
Et puis, que penser aujourd’hui des risques d’attentats à Lyon ?
La menace terroriste n’a jamais été aussi élevée.
Depuis le mois de janvier, 13 attentats ont été déjoués.
Combien sont en préparation ?
Imaginons que nous approchons de la Fête des Lumières 2017 qui aura lieu du jeudi 7 au dimanche 10 décembre.
La ville, comme chaque année, va bientôt dévoiler le programme des festivités.
Dans un contexte de guerre larvée avec l’islam de combat, au fait que le plan Vigipirate n’est plus une réalité, à quoi devons-nous nous attendre ?
Il est temps de prendre la mesure des choses.
Aujourd’hui, à Lyon, mais certainement dans de nombreuses villes, le problème est qu’on a laissé monter cette idéologie de l’islamisme radical en France qui, aujourd’hui, est inconvenable.
Le laxisme de l’État mais aussi des élus qui fondent la République, a été trop grand.
Les Frères Musulmans, avec les salafistes et toutes les revendications religieuses, sont partout présents à Lyon : au sein des entreprises, au sein des écoles publiques, avec le voile mais aussi dans la police et l’armée…
Combien de témoignages de compagnons qui affirment que le voile est porté discrètement dans certains services de la Fonction Publique et des attitudes fuyantes de chefs de services qui détournent les regards lorsque des fonctionnaires, d’origines extra-européennes, portent des vêtements très larges, se couvrent en sortant des bâtiments de la République ?
De ces mêmes chefs de services qui stigmatisent les chrétiens ou les patriotes, lesquels ne peuvent, et ne doivent exprimer publiquement leurs sentiments !
Fussent-ils républicains !
Ne nous voilons pas la face, la majeure partie de l’islam en France adhère au projet de l’État islamique.
C’est d’ailleurs ce principe qui guide les principes du terrorisme, comme c’est aussi ces postures qui créent volontairement les clivages communautaires.
De ces clivages qui nous mènent à la guerre civile, à la balkanisation de la société républicaine.
Et c’est d’ailleurs cette conscience populaire qui me fait écrire et penser que nombre de lyonnais en ont marre.
Certes, ils ne le disent pas tous selon les mêmes manières.
Mais ce que « Monsieur et Madame Tout-le-monde » mesure, c’est que le terrorisme est en lien avec tous les musulmans.

Il n’y a pas un bon et un mauvais islam. Il y a l’islam.

Et c’est aussi parce que j’ai été insulté à Lyon, qualifié de « sale mécréant », de « kouffar », d’« infidèle » (alors qu’issu d’une famille qui compte deux GM de l’Ordre du Temple) que je perçois une haine grandissante de ce que nous sommes et de l’image que nous renvoyons, bien malgré nous, à cette nouvelle communauté musulmane conquérante.

Clairement (et je le pense !) à Lyon, nous sommes très exposés.
À tel point que j’estime dangereux pour la République, et notre approche sensible de la Liberté que des groupes aspirant mimer la respectabilité citoyenne puissent s’exhiber comme ces jeunes du centre social de La Grappinière, à Vaulx-en-Velin, qui ces derniers temps multiplient les rencontres avec des détenus à Guantanamo, des imams pour soi-disant aiguiser leur connaissances…
Comme si des jeunes musulmans estimaient pouvoir réformer cette religion ou faire évoluer leur conscience de Dieu et des hommes.
Disons plutôt qu’ils exhibent des pratiques « intellectuelles » pour trouver des cheminements qui autorisent une interprétation différenciée du Coran qui ne choque pas les chrétiens et les juifs.
De ces chrétiens qui, endormis, oublieront que seuls les hadiths fondent la religion islamique… Considérant que la communauté juive n’est dupe de rien, trop habitués qu’ils sont de leurs pratiques coutumières assassines…
Aujourd’hui, à Lyon comme partout en France, nous devons dire les choses.
Appeler un chat un chat afin d’éviter que l’on nous reproche justement tout amalgame : il y a trop de musulmans en France et l’islam ne devrait pas s’exprimer comme d’une norme culturelle en République Française.

Sur ce point, je suis très clair.
Je dis ici que l’islam est une pensée englobante qui ne se différencie en rien et qu’il est un système de pensée politique global.
Je sais très bien qu’à Lyon, pour avoir fréquenté assez souvent des groupes et partis souverainistes ou gaullistes que nombre de lyonnais des beaux quartiers, le plus souvent, voudraient encore croire que l’islam politique n’a rien à voir avec le musulman qui vit sa religion paisiblement.
Cela est faux.

L’islam est une “religion” de conquête.




Réagissons dès lors afin qu’il reste chez lui.
Osons demeurer ce que nous sommes !
Des buveurs de beaujolais et amateurs de rosette !


Henry Jabeau-Chamblanc

source
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.