samedi 25 novembre 2017

Grenoble : l’incendie de la Casemate revendiqué par la mouvance libertaire



Photo le DL

Photo le DL
 
L’incendie volontaire de la Casemate, survenu mardi 21 novembre à Grenoble, a été revendiqué cet après-midi par la mouvance libertaire sur une plateforme contributive proche des milieux anarchistes et anticapitalistes.

C’est sur ce même site que les incendies d’Enedis (en mai dernier) ainsi que des gendarmeries de Grenoble (le 21 septembre) et de Meylan (le 26 octobre) avaient été revendiqués.
« Dans la nuit du 21 novembre nous nous sommes introduits dans la Casemate de Grenoble (…) et nous l’avons saccagée (quiconque a déjà lancé des ordinateurs à travers une pièce sait de quoi on parle) puis nous l’avons allègrement enflammée », écrivent les auteurs de ce texte qui veulent dénoncer la « révolution numérique » et estiment que « la société finit par se résumer à un totalitarisme technologique ».
Interrogé par le Dauphiné Libéré, le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, a expliqué il y a quelques minutes que « ces anarchistes donnent des détails qui accréditent cette revendication ».
L’incendie communiqué à la Casemate a plus particulièrement visé le «Fab Lab », un atelier de vulgarisation scientifique dont les locaux appartiennent à la Ville de Grenoble et qui est géré par la Métropole grenobloise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.