samedi 30 septembre 2017

Gérald Darmanin, une girouette en politique (parmi tant d'autres)

  
Résultat de recherche d'images pour "gérald darmanin sarkozy"

samedi 30 septembre 2017

 Gérald Moussa Darmanin, notre actuel ministre du budget dans ses œuvres:

- Novembre 2014, il se prononce pour l'abrogation du mariage pour tous et, dans un autre domaine, défend la signature d'un concordat avec l'Islam de France.
Il co-signe avec Edouard Philippe et Bruno Le Maire une tribune dans laquelle il est écrit: " Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins, et à la GPA qui, au nom de l'égalité, ne manquera pas d'être réclamée par la suite ".

- Le 30 mai 2015 au Congrès fondateur des Républicains, Darmanin ne tarit pas d'éloges sur Nicolas Sarkozy (je le sais, j'y étais).

- En janvier 2016, à propos de celui à qui il doit son ascension, Nicolas Sarkozy: " J’ai été élu député quand il a perdu et maire quand il n’était pas président de ma famille politique.
Je rends service mais je ne lui dois pas grand-chose. (...) je n’ai pas senti d’envie de Sarkozy pendant la campagne ".
 A la suite de quoi le petit Darmanin quitte la direction des Républicains.

- En aout 2016, le même, toujours à propos de Sarkozy: " Aujourd'hui, il me semble que de tous les candidats à la primaire, c'est Nicolas Sarkozy qui incarne le mieux cet équilibre.
C'est pourquoi j'ai décidé de soutenir sa candidature (...)
Je sens un retour à la confiance en Nicolas Sarkozy dans le peuple de droite ".
Le 29 août, il est nommé coordinateur de campagne de Nicolas Sarkozy.

- le 29 novembre, après la victoire de Fillon aux primaires, il est nommé secrétaire général adjoint des Républicains.




- Le 25 janvier 2017, en pleine campagne présidentielle, dans le journal L'Opinion, il dénonce: " le bobopulisme de M. Macron.
Loin d’être le remède d’un pays malade, il sera au contraire son poison définitif.
Son élection, ce qu’au diable ne plaise, précipiterait la France dans l’instabilité institutionnelle et conduira à l’éclatement de notre vie politique".

- En février 2017, à propos de Macron: " Honte à Emmanuel Macron qui insulte la France à l'étranger. (...) Crachats inacceptables d'Emmanuel Macron sur la tombe des français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient ".

- Le 3 mars 2017, suite à l'affaire Fillon, il démissionne de son poste de secrétaire général adjoint.

- Le 14 mai, jour de investiture de Macron, il est reçu en catimini - Darmanin demandera à ne pas rentrer à l'Elysée par la porte principale - par le nouveau président.
Macron lui apprend que le nouveau premier ministre sera Edouard Philippe alors que ce dernier ne le sait pas encore et lui propose le poste de ministre du budget du " futur premier ministre ".



- 3 jours plus tard, il est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics dans le 1er gouvernement d'Edouard Philippe.

- Ce samedi 30 septembre 2017, Darmanin alors qu'il est encore adhérent des Républicains déclare au Parisien: " Si Laurent Wauquiez était élu président des Républicains, je crois que cela me séparerait définitivement de ma famille politique, qui basculerait alors dans la droite extrême.
Ceux qui ont trahi sont ceux qui n’ont pas voulu choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron à la présidentielle.
Quand on flirte de manière aussi flagrante avec la droite extrême, on s’éloigne très franchement des fondamentaux des Républicains. "

corto74

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.