vendredi 22 septembre 2017

Aluminium dans des vaccins : «Nous ne pouvons plus perdre de temps»



Romain Gherardi, chef du service de pathologies neuromusculaires à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil.

LP/Philippe de Poulpiquet 
Propos recueillis par Florence Méréo|22 septembre 2017
 
Selon une étude financée par l’Agence du médicament, la présence d’aluminium dans des vaccins pourrait, dans certains cas, entraîner un risque pour la santé. Le Pr Romain Gherardi demande 550 000 EUR pour continuer les recherches. Interview.
 
Il aura fallu près de dix-huit mois au Pr Romain Gherardi, chef du service de pathologies neuromusculaires à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) pour obtenir 150 000 € en 2014 de l'ANSM (Agence du médicament) afin de mener ses recherches sur la neurotoxicité de l'aluminium des vaccins.
Aujourd'hui , il en appelle aux pouvoirs publics pour les poursuivre.

LIRE AUSSI
 Aluminium dans les vaccins : le rapport qui dérange

Que s'est-il passé depuis que l'ANSM a rendu son avis en mars ?

 Romain Gherardi.
Rien du tout.
Il n'y a eu aucun signal des autorités laissant penser que le sujet les intéressait alors même que le rapport dit qu'il faut approfondir les études.
En finançant l'essai, l'ANSM s'est donné bonne conscience et puis basta.
Pour continuer l'immense chantier devant nous, nous avons besoin de 550 000 EUR.
En plein débat sur l'extension de l'obligation vaccinale, cette décision doit être de nature politique. Nous ne pouvons plus perdre de temps de recherche.

De l'aluminium, il y en a partout, jusqu'à l'eau ou le dentifrice. Pourtant, nous nous portons bien...

Nous en mangeons même tous les jours !
Sauf que 99,7 % de cet aluminium ressort par voies basses et 80 % des 0,3 restants, soluble, est éliminé par les reins.
C'est la grande différence avec le vaccin où, du fait de l'injection dans le muscle, il passe entièrement la barrière cutanée.
Sous une forme d'agrégats insolubles, il est propulsé à l'intérieur de notre organisme où il s'installe.


Avec quelles conséquences ?

Nos études montrent qu'à trop rester dans les cellules, il peut provoquer un burn-out immunitaire, c'est-à-dire fatiguer notre système immunitaire, voire le dérégler.
Nous faisons le lien entre la myofasciite à macrophages (une lésion musculaire, mais tous les chercheurs ne sont pas d'accord sur ses causes NDLR), et la multiplication du syndrome de fatigue chronique associée à des troubles cognitifs.

Le DT-polio en contient, des millions d'enfants sont vaccinés et il y a très peu de problèmes !

L'immense majorité ne présente en effet aucune atteinte clinique du système nerveux.
Mais l'augmentation du nombre d'injections risque d'augmenter mécaniquement le nombre de problèmes.
Notre étude pointe également qu'il y aurait une prédisposition génétique, d'où la nécessité de poursuivre nos recherches pour confirmer, comprendre et y remédier.

Vous avez travaillé sur des souris. Les résultats sont-ils extrapolables à l'homme ?

C'est grâce au modèle animal qu'a été établie la majeure partie des connaissances en biologie.
En Espagne, un travail a été fait sur le mouton, encore plus proche de l'homme, et a montré une inflammation du système nerveux central chez certains animaux vaccinés.

Ne craignez-vous pas de susciter un rejet encore plus massif de la vaccination ?

Au contraire !
Ce que les gens détestent c'est d'être contraints sans être convaincus.
Si on leur disait « ok, certains posent problème mais on va faire des recherches et trouver des solutions » ils seraient beaucoup moins méfiants.
Il existe des alternatives à l'adjuvant aluminique comme le phosphate de calcium.
Je suis tout sauf un anti-vaccins, il faut être fou pour l'être.

QUESTION DU JOUR. Faites-vous confiance aux vaccins ?

 -

 
Le mot : aluminium

L'aluminium n'est pas seulement la feuille qui enveloppe nos aliments.
Présent dans certains déodorants, céréales, légumes, le treizième élément chimique sert aussi, depuis la découverte d'un immunologiste anglais en 1926, d'adjuvant dans les vaccins.
Et plus exactement les sels d'aluminium, hydroxyde et phosphate d'aluminium, qui sont aujourd'hui les plus utilisés dans le monde et présents dans près de la moitié des vaccins commercialisés en France ( voir ci-contre).
Décriés par les uns, ils sont encensés sur le site de l'Académie nationale de médecine en raison « de leur efficacité associée à une très bonne tolérance ».
Mais à quoi sert un adjuvant ?
« A augmenter l'amplitude et la durabilité de la réponse vaccinale », note l'Ordre des pharmaciens.
En clair, à ne pas être obligé de repasser par la case vaccin trop souvent.
 
Propos recueillis par Florence Méréo  leparisien.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.