mardi 15 août 2017

Defend Europe sur le pont face à la vague migratoire

 
 

Le 15/08/2017
Floris de Bonneville

France Info, suivi de nos chaînes télé, a fait très fort dans la désinformation sur cette opération Defend Europe
 
Le nombre officiel d’Africains ayant réussi à traverser la Méditerranée depuis le 1er janvier 2017 est de 113.614.
Un chiffre officiel bien entendu provisoire, puisqu’il s’allonge tous les jours de plusieurs dizaines, voire de quelques centaines de migrants qui, avec la douce complicité des passeurs et des ONG, débarquent sur nos côtes.
Un chiffre qui ne tient pas compte de tous ces bateaux ou gros dinghys qui débarquent sans crier gare, comme ce fut le cas la semaine dernière à Cadix.
N’est-ce pas là la meilleure raison pour encourager l’opération Defend Europe, en cours actuellement au large de la Libye, dont le but principal n’est pas tant de récupérer des migrants pour aller les déposer là d’où ils ont embarqué, mais de pointer du doigt les ONG afin que cesse leur scandaleuse importation de chair fraîche.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit !
Aider les passeurs, au nom des droits de l’homme et de l’assistance à personne en danger, à exporter vers l’Europe des dizaines de milliers de futurs chômeurs et d’assistés.
Et à encourager tous les Africains en mal de notre soi-disant eldorado à venir tenter l’aventure de la traversée en leur promettant de les sauver dès qu’ils ont franchi quelques milles en mer…
France Info, suivi de nos chaînes télé, a fait très fort dans la désinformation sur cette opération Defend Europe.
D’abord en donnant à cette dépêche la force de leur pouvoir : « Le nombre de migrants à traverser la mer qui sépare l’Afrique de l’Europe se stabilise. Si certains pensent que ce nombre augmente, c’est faux. »
Et de rajouter que « depuis deux ans, l’immigration vers l’Europe a diminué, elle s’est même stabilisée et non pas accélérée ».
Il est vrai que les hordes de migrants ayant traversé les Balkans à pied en 2015 sont désormais retenues aux frontière turques et que le flot des Syriens, Afghans ou Irakiens fuyant la guerre s’est tari.
« Quand on vient en aide à des naufragés, on ne leur demande pas s’ils sont des réfugiés politiques ou économiques », rétorque Corinne Torre, chef de mission France pour MSF, contactée la semaine dernière par France Info.
« Nous sommes des médecins, nous soignons. Nous sauvons des milliers de personnes parce que les États, européens notamment, ne font pas leur boulot. »
Le long récit que France Info a donné sur l’odyssée du C-Star, le bateau de l’opération Defend Europe, est un exemple parfait de désinformation, via la moquerie et l’accusation, qui va jusqu’à mentionner que certains membres de l’équipage seraient des nazis et qu’ils sont prêts à couler des embarcations de migrants si leur bateau en rencontre en l’absence d’autres navires.
Mais tout ceci vient de s’effondrer : mardi dernier, MSF annonçait son retrait de la Méditerranée après l’interdiction de naviguer dans les eaux libyennes, et surtout après avoir reconnu qu’à la suite des récentes révélations sur la collaboration des ONG avec les mafias de passeurs, ses dons diminuaient de manière vertigineuse.

Mais sept autres ONG vont poursuivre le ratissage de la mer pour y chercher ceux qui sont des « réfugiés » économiques qui viennent nous réclamer du pain, un logement, des allocs…
Pouvons-nous encore, nous, le peuple, supporter que nos dirigeants se contentent de poursuivre cette politique généreuse qui transforme à grands pas notre pays en espace multiculturel ?

Je reviens de visiter les champs de bataille de la Première Guerre mondiale.
Un million et demi de jeunes Français se sont sacrifiés pour que la France reste la France à l’abri de ses frontières chèrement reconquises.
Et cent ans plus tard, il faudrait laisser faire face à une invasion qui ne dit pas son nom ?
Je suis révolté.

Alors oui, je souhaite que la campagne du C-Star, sur lequel a embarqué cette courageuse poignée de jeunes identitaires de plusieurs pays européens, se poursuive et réussisse à diminuer cette immigration illégale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.