mercredi 23 août 2017

Chuuut, encore confidentiel


chut


Attention, ne le dites pas trop fort, c'est pour l'heure encore presque confidentiel.

Il semblerait selon la presse espagnole que deux des terroristes qui viennent d'agir en Catalogne aient fait un court séjour en décembre dernier à Zurich.
Les esprits audacieux prêtent à notre duo non pas des visées touristiques mais plutôt didactiques, les deux hommes ayant vraisemblablement été initiés à la fabrication et à l'usage d'explosifs.
Certains analystes intrépides évoquent même la célèbre mosquée An Nur de Winterthur, souvent citée lorsqu'il est question de voyageurs à destination de l'Etat Islamique.
Tout porte à croire que le conditionnel d'aujourd'hui sera l'affirmatif de demain et on peut d'ores et déjà se risquer à quelques réflexions.
Si d'aventure les faits s'avèrent, nous aurons une nouvelle fois la confirmation que la Suisse vit toujours sur le gentlemen's agreement passé avec les terroristes du Moyen-Orient visant à les laisser en paix chez nous tant et aussi longtemps qu'ils tuent ailleurs.
Il est vrai que le monde politique est grandement aidé dans sa lâcheté par l'incurie chronique qui ravage le Ministère public de la Confédération.
 Cette instance fort coûteuse n'est guère bonne qu'à arrêter quelque prince corrompu de la Fifa, ceci sur la base de requêtes venues d'ailleurs.
Pour ce qui est de la lutte contre le terrorisme, les résultats se font un peu attendre.
Ceci dit, il ne serait pas étonnant, comme par le passé, que cette noble instance confirme tout prochainement qu'une enquête est en cours et que les prédicateurs d'An Nur sont surveillés.
Ce faisant, le Procureur général de la Confédération confirmera simplement l'incapacité de ses services qui n'ont manifestement rien vu passer.
L'aveuglement de l'instance fédérale arrange pas mal de monde.
Les juges du Tribunal pénal fédéral à Bellinzone, au vu de leur agenda pour le moins léger, peuvent profiter pleinement du climat agréable qui prévaut au sud des Alpes.
Au niveau politique, dans la mesure où le Procureur général et son équipe n'y voient que dalle, il n'y a manifestement aucune menace et, partant, aucun besoin de faire plus pour compliquer quelque peu la vie des jihadistes que nous accueillons avec tant de prévenance.
En d'autres temps, on appelait pareille attitude collaboration.

Lorsque nos ennemis finiront par se retourner contre les poltrons que nous sommes, il sera temps pour nous de relire la fable d'Esope Le Laboureur et le Serpent gelé : "Un laboureur trouva dans la saison d’hiver un serpent raidi par le froid.
Il en eut pitié, le ramassa et le mit dans son sein.
Réchauffé, le serpent reprit son naturel, frappa et tua son bienfaiteur, qui, se sentant mourir, s’écria : « Je l’ai bien mérité, ayant eu pitié d’un méchant."

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.