jeudi 27 juillet 2017

Montpellier : elle vient d’être expulsée de son appartement à... 82 ans

Le 27/07/2017


Montpellier : elle vient d’être expulsée de son appartement à... 82 ans

Mercredi après-midi, l’octogénaire s’est retrouvée à la rue avec une valise à la main.
LAURENT VERMOREL
 
Elle habitait la résidence Les Érables 1 depuis trente-cinq ans dans le quartier Lemasson.
 
"Vous vous rendez compte qu'elle va se retrouver sur le trottoir à l'âge de 82 ans ? C'est ça, la France ? C'est comme ça qu'on s'occupe de nos seniors ? C'est une honte. On a connu ce genre de situation après guerre mais je ne pensais pas qu'on pouvait vivre à nouveau ça de nos jours !”
L'amie de longue date d'Yvette Catelain est abasourdie et en colère.
Il faut dire que l'octogénaire s'est retrouvée à la porte de chez elle, mercredi 26 juillet après-midi, une valise à la main et un sac de congélation contenant quelques victuailles.
Et pour seule proposition d'accueil, concernant les prochaines nuits, une place au foyer social !

 “C'est comme si le ciel me tombait sur la tête”

Une situation cauchemardesque pour cette Calvadosienne arrivée à Montpellier il y a trente-cinq ans et habitant, depuis, dans cet appartement de la résidence Les Érables 1, dans le quartier Lemasson. “Femme au foyer et mère de cinq enfants, j'ai d'abord vécu ici avec mon ex-mari, puis seule.
Malgré ma petite retraite (environ 1 000 €), j'ai toujours payé le loyer (700 €) grâce, notamment, à un héritage de mon frère de 250 000 F (48 000 €, NDLR).
Et ce jusqu'à il y a trois ans.”

Depuis 2014, en effet, les bourses se sont taries, contraignant Yvette Catelain à se rapprocher des services sociaux pour faire une demande de nouveau logement.
“On m'a bien proposé deux habitats mais je les ai tous les deux refusés. C'est peut-être l'erreur que j'ai commise. Mais pour accéder au premier appartement, il fallait passer par un escalier en colimaçon extérieur et, avec ma difficulté à me mouvoir, c'était très compliqué. Quant au second, je n'ai pas pu le visiter car le locataire était toujours dedans et ne savait pas lorsqu'il allait le libérer. Je dois l'avouer, ça m'a fait peur et comme, là encore, il fallait monter un étage, vu mon vieil âge, j'ai à nouveau refusé. Aujourd'hui, vous ne pouvez pas savoir comme je regrette. Je suis souffrante et quelque peu dépressive et cette histoire... C'est comme si le ciel me tombait sur la tête.”
Mercredi soir, Yvette Catelain a été accueillie par l'une de ses filles.
Une situation provisoire en attendant qu'un logement lui soit rapidement attribué.

“C'est tout ce que je demande, retrouver un chez moi.”
source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.