jeudi 20 juillet 2017

Le « King’s College » bat des records de soumission aux minorités ethniques


 


Le 20/07/2017
Jany Leroy
 
Les sculptures et portraits de Henry Maudsley, Frederick Mot et autres figures illustres vont disparaître pour laisser la place à un « mur de la diversité ».

Le record de soumission à la sacro-sainte diversité vient d’être battu par la direction du King’s College de Londres.
Médaille d’or au doyen de cet institut qui, dans un moment de délire masochiste, a décidé de faire enlever les bustes des fondateurs de l’établissement qui ornaient le hall d’entrée au prétexte qu’ils étaient blancs de peau.
Sous la pression d’associations d’étudiants dont on devine les motivations raciales, le pauvre doyen Patrick Leman a reconnu, dans un grand élan de courage, que ces satanés bustes étaient trop intimidants pour les minorités ethniques.
La médaille d’or n’est pas usurpée.
Nous tenons un champion.
Sur le terrain de l’autoflagellation, l’homme est intarissable.
D’après ce givré du communautarisme, les représentations des deux professeurs ainsi que d’autres chercheurs sont presque exclusivement des hommes d’âge mûr et de couleur blanche.
Mais que fait la police ? C’est incroyable ! Pourquoi aucun bébé ? Pourquoi aucun homme noir ? Le mystère est entier.
Pour passer professionnel de la soumission, ce dirigeant doit démissionner de son poste car si des bustes sont jugés trop intimidants pour les minorités ethniques, que dire de la présence en chair et en os d’un homme blanc à la tête de cet institut ?
Pourquoi arrêter le raisonnement en si bon chemin ?

Allez, ouste… Suivant sa propre logique insensée, Patrick Leman doit s’auto-affecter à des travaux en mesure de ne plus intimider personne.
Nettoyage du hall d’entrée, cireur de chaussures, caissier de la cafétéria et, pourquoi pas, punching-ball humain dans la salle de sport du collège.
Lui taper dessus fera le plus grand bien aux associations d’étudiants intimidés…
Quoi qu’il en soit de l’avenir de ce doyen sénile avant l’heure, les sculptures et portraits de Henry Maudsley, Frederick Mot et autres figures illustres vont disparaître pour laisser la place à un « mur de la diversité ».
Le fameux.
L’inévitable fresque infantile à la gloire d’un mélange supposé salvateur.
Le remède à tout.
De petits n’enfants de toutes les couleurs qui se donnent la main.
Atelier papier crépon.
L’excellence du King’s College au service d’une idéologie de maternelle.
Certains élèves brillants sortiront de là avec un doctorat en pâte à modeler.
On ne rigole plus.
Plutôt que bosser pour tenter de figurer un jour dans le hall du King’s College, l’étudiant diversifié demande la suppression de tout signe représentatif de l’excellence.
« Cachez ces blancs savants que nous ne saurions voir… »

Le tout avec l’assentiment servile d’un personnage censé transmettre le savoir personnifié par ces scientifiques statufiés.

En tant que recordman de cette course à la médiocrité, Patrick Leman mérite son buste…

Dans le hall d’une gare désaffectée, par exemple.

Un endroit où rien ne passe, rien ne vit.

La postérité pour le néant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.