samedi 8 avril 2017

SYRIE | Qui gaze et qui enfume?

Le 08/04/2017

Résultats de recherche d'images pour « Idlib »


Les gouvernements occidentaux accusent Bachar Al Assad d'avoir fait usage d'armes chimiques à Idleb, dernière grande ville aux mains des terroristes islamiques.
 

 Les médias français répètent l’accusation en boucle sans rien savoir du fond et sans même analyser la réalité de la situation.
 Dès lors plusieurs observations s'imposent.
D’Où viennent ces accusations de bombardement chimique?
 Principalement de deux organismes: les casques blancs et l'observatoire syrien des droits de l'homme.

Les casques blancs: Organisation humanitaire sur le papier, certes, mais dont les principaux financements viennent des gouvernements américains, français et anglais.
 Comble de l'objectivité: le fondateur de cette organisation n'est pas syrien mais anglais; James le Mesurier, philanthrope de la première heure puisqu'il travaillait autrefois pour une société militaire privée américaine nommée Olive Group.
 Par ailleurs, le chef syrien de l’organisation, Raed Saleh, a en même temps reçu un prix humanitaire aux États-Unis et interdit d’accès sur le territoire américain car il est associé à Al-Nosra.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme: Une des principales sources d'information depuis le début du conflit.
Cette source est plus que critiquée par de nombreux experts (Fabrice Balanche notamment).
Cet organisme est financé publiquement par le NED(National Endowment for Democracy), organisme basé à Washington, ouvertement néoconservateur, financé lui-même par le Congrès américain.
 Enfin selon Alain Chouet, ancien responsable de la DGSE et expert du monde arabo-musulman, l'OSDH fonctionne sur fonds saoudiens et qataris.
Tout ceci montre que ces sources sont plus que contestables.

Quelques recherches suffisent pour rendre compte de ses informations, efforts devant lesquels les journalistes se sont manifestement abstenus.
Qu’on imagine un instant l'inverse: une source sur place financée par un fonds gouvernemental russe. Aucun journaliste ne s'approprierait cette source comme fiable (et il aurait peut-être raison) et mentionnerait immédiatement les liens gouvernementaux de cette organisation.
Mais le deux poids-deux mesures est de règle dans ces affaires.

Si l'on se place le plan stratégique enfin, quel est l’intérêt pour Bachar Al Assad, qui accumule les succès militaires et politiques depuis un an, au moment où il est en passe de l'emporter, d'utiliser les armes chimiques, sachant très bien quelle sera la portée de ce geste sur le plan international?

Ceci rappelle furieusement, et en pire les prémices de la dramatique intervention en Irak. Par-delà les accusations hâtives et, de l’autre côté, les soupçons de false flag, la sagesse n’imposerait-elle pas pour règle de ne pas prendre de décisions lourdes de conséquences sur la seule impulsion d’événements à forte charge émotionnelle?

PS A propos: et les bombardements de Mossoul?

 Pourquoi n’en entend-on plus parler?

Au sujet des «casques blancs», dans la Main courante:

1 commentaire:

  1. Ce qui s’est passé en Syrie n’a probablement aucun rapport ni avec la présentation qui en est faite, ni avec les conclusions qui en sont tirées.
    Lisez par vous-même : http://www.voltairenet.org/article195897.html
    C’est donc beaucoup plus « futé » que vous-mêmes le dites.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.