mardi 7 mars 2017

Le Parquet ouvrira-t-il vraiment une enquête préliminaire sur Macron le 15 mars?

Le 07/03/2017




07 mars 2017

Macron sera-t-il à son tour inquiété sur son patrimoine et sur la déclaration qu’il en a faite à la Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique (HATVP), le machin créé par Hollande dont la passivité exaspère beaucoup d’observateurs de la vie politique?

L’opération s’annonce dans une certaine confusion, mais elle risque de marquer le deuxième tournant de la campagne.

Macron et sa déclaration de patrimoine
C’est un secret de polichinelle: le patrimoine d’Emmanuel Macron pose question.
 Poser question ne signifie pas anguille sous roche.
 Il signifie juste qu’on aimerait soulever la roche pour savoir si elle cache une anguille.
En l’espèce, trois impétrants ont signalé à la HATVP, courant février 2017, l’étrange situation d’Emmanuel Macron, qui déclare des revenus mobiliers importants, sans déclarer le patrimoine qui les explique.
 Ce courrier a circulé sur des sites que le Decodex a indiqué comme peu recommandables.
C’est sans doute pourquoi la presse subventionnée a évité de s’en faire l’écho.
Le problème, c’est que les impétrants sont de vrais pitbulls: quand ils ont un bâton (même merdeux) dans la gueule, ils ne le lâchent pas.

 Face à l’inertie de la HATVP, présidée par Jean-Louis Nadal, fidèle soutien de François Hollande, les rédacteurs de courrier incendiaire mais difficile à contester auraient directement écrit au Parquet National Financier.

L’ouverture d’une information judiciaire le 15 mars?
Tout Paris ne bruisse plus que de cette rumeur: le Parquet National Financier aurait l’intention de se saisir d’un dossier bien embarrassant.
 Ne rien faire reviendrait en effet à nourrir les accusations d’impartialité subjective proférée ces derniers jours après les tracas de François Fillon et de Marine Le Pen.
 Il se murmure même que l’information judiciaire serait ouverte la semaine prochaine, lorsque les délais pour candidater à l’élection présidentielle seront proches d’être forclos.
Pour Emmanuel Macron, dont le programme a déçu par excès de hollandisme (Macron étant à l’origine du programme économique de Hollande en 2012, il n’y a pas de secret…), la séquence qui vient pourrait donc être difficile à vivre.

Dans tous les cas, qu’elle s’en empare ou pas, la balle est dans le camp de la justice.

source

1 commentaire:

  1. Pas aussi passive que ça, Fillon en sait quelque chose !
    Cette autorité a été créé par hollande, comment ne serait-elle pas à ses ordres ?
    Qui est visé par ses enquêtes si ce n'est des politiques de droite ?

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.