dimanche 26 février 2017

Les quatre piliers de la détresse… d’une nation

 


Le 26/02/2017
 
 
Pour plagier Confucius, quels sont les piliers de la détresse de notre pays, ceux qui vont le conduire à l’implosion avant disparition ? Ils sont quatre :
 
L’école, les minorités visibles, les célébrités et les médias.
Voilà le terreau sur lequel se cultive la haine du patriotisme et de la nation.
C’est là que se regroupent les activistes de la gauche mondialisée et boboïsée.
Nous en avons tous les jours des exemples aussi bien en France, avant la présidentielle, qu’aux USA depuis l’élection de Donald Trump.

L’école :
Deux lycées parisiens encore bloqués vendredi matin par quelques dizaines de jeunes et plusieurs établissements perturbés dans les Hauts-de-Seine.
Ceci au lendemain d’autres blocages et d’une manifestation tendue entendant protester contre les violences policières.
Aux USA, dommages importants à l’université de Californie à Berkeley lors d’une manifestation étudiante contre la présence, sur le campus, de l’éditorialiste ultra-conservateur Milo Yiannopoulos.
Pour la minorité agissante soutenue par quelques professeurs, ce type de conférences n’a pas lieu d’être.

Les minorités visibles :
Que ce soit à Bobigny ou dans d’autres villes de banlieues, de véritables émeutes, suite à l’arrestation musclée de Théo, se succèdent depuis 15 jours.
Les « jeunes » n’hésitent pas à s’attaquer aux commissariats et aux autres bâtiments publics à coups de cocktails Molotov.
Aux États-Unis, les « chicanos » clandestins manifestent chaque jour pendant que les Afro-Américains des « Black Lives Matter » instrumentalisent les meurtres d’adolescents noirs tués par des policiers en s’en prenant aux forces de l’ordre.

Les célébrités :

Il suffit de penser à la tribune signée par des dizaines d’artistes pour dénoncer les « violences policières » à la suite de l’affaire Théo.
En Amérique, c’est la caste hollywoodienne qui, dans son immense majorité, après avoir soutenu Hillary, s’élève avec virulence contre le mandat du nouveau président.
Les médias :
Les trois premiers piliers ne peuvent exister que parce qu’ils sont relayés par les médias « mainstream ».
 Nous le voyons encore aujourd’hui où, si la presse a inondé le public d’articles et de reportages sur l’affaire Théo, elle est plutôt discrète sur l’enquête pour détournement de subvention (670.000 €) sur la famille du jeune homme.
Quand, aux « States », depuis un an, 99 % des médias poursuivent le candidat républicain devenu président de leur hargne par de nombreux articles et reportages.

Dernier exemple : invité de « L’Émission politique » sur France 2, Mélenchon avoue que son assistant parlementaire européen ne travaille pas simplement pour l’Europe.

Il explique qu’il est difficile de dissocier la tâche dévolue au Parlement de Bruxelles de celle exercée en France.

Voilà qui renforce les dires du FN concernant ses attachés parlementaires.

Pourtant, pas un mot dans les médias, ceux-ci répugnant à faire la liaison entre les deux cas.

Il est urgent de balayer ces lobbies mortifères.

Nos armes : l’analyse critique et le courage de nos opinions.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.