dimanche 12 février 2017

La prison ou la mort : le difficile retour au pays d'une danoise partie combattre Daesh (PHOTOS)

Le 12/02/2017
La prison ou la mort : le difficile retour au pays d'une danoise partie combattre Daesh (PHOTOS)

© Capture d'écran Twitter @demexit

11 févr. 2017, 17:47
 
Joanna Palani affirme avoir tué une centaine de combattants de l'EI
 
Joanna Palani est partie combattre Daesh en Syrie pour défendre l'Europe et les femmes.
 Mais depuis son retour, le gouvernement danois la considère «comme une terroriste» alors que l'Etat islamique a mis sa tête à prix.
Joanna Palani, une jeune danoise de 23 ans, étudiante en philosophie, a choisi d'aller au bout de ses idées.
En 2014, la jeune femme d'origine kurde iranienne est partie en Syrie pour être en première ligne dans la lutte contre Daesh.
 Armée d'un fusil pour tireur d'élite, deux objectifs motivaient principalement son action : libérer les femmes otages sexuelles détenues par l'Etat islamique et défendre l'Europe.
Au cours de ses années passées au front, elle s'est battue aux côtés des Peshmarga en Irak et de l'unité de protection du peuple kurde (YPG) en Syrie.
Affirmant avoir tué une centaine de combattants de Daesh, elle confiait non sans défiance au magazine Vice en 2016 : «Les combattants de l'EI sont faciles à tuer.»


Ses faits d'armes lui valent aujourd'hui d'être recherchée par l'organisation terroriste.

 Elle affirme que Daesh a mis sa tête à prix pour un million de dollars et souhaiterait la capturer pour en faire une esclave sexuelle.
Si elle n'est pas surprise d'être une ennemie intime de l'organisation terroriste, elle avoue en revanche ne pas comprendre la position de son propre gouvernement qui la considère comme une terroriste.


En effet, en 2015, profitant d'une permission, Joanna Palani est rentrée au Danemark pour rendre visite à sa famille.
Mais en revenant dans son pays, elle a écopé d’une interdiction de quitter le territoire, le pays ne permettant pas à ses ressortissant d'aller combattre en Syrie.
Fidèle à ses principes, la jeune femme n'en a pas tenu compte, elle est repartie au front en juin 2016. A son retour, elle a été placée en détention préventive et son passeport lui a été retiré.
Libérée en décembre, elle risque une condamnation : «Ceux pour qui j'ai risqué ma vie, sont aujourd'hui en train de me voler ma liberté», a t-elle confié au Daily Mail. Désabusée, elle a ajouté qu'elle ne s'attendait pas «à tout perdre» pour avoir combattu pour «notre sécurité et notre liberté à tous».


«Comment puis-je être une menace pour mon pays en étant un soldat dans une armée officielle que le Danemark entraîne et soutient directement dans la bataille contre l'EI ?», s'est-elle demandée, perplexe.
«Je suis désolée d'avoir enfreint les lois mais je n'avais pas le choix.
Je ne veux pas que l'EI traite les Européens comme ils l'ont fait avec les Kurdes», a conclu la jeune femme.

Lire aussi : Un bataillon de femmes combattantes veille sur une province du nord de la Syrie (VIDEO)

source

1 commentaire:

  1. Qu'est-ce qui lui a prit de se mettre en photos sur les réseaux dits sociaux ?
    Presque tous ceux qui vont combattent I E ou Daesh ne le chante pas sur les toits, pourquoi, elle, l'a fait ne serait-ce que pour protéger sa famille ?

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.