lundi 13 février 2017

Emeutes de Bobigny, Hamon, "défenseur de la diversité"....n'a pas réagi...

13/02/2017


13 février 2017

 Si François Hollande, grand promoteur de la diversité, ne s'est pas exprimé officiellement après les violences extrêmes perpétrées à Bobigny, la plupart des candidats à la présidentielle, ainsi que leurs soutiens ont réagi plus ou moins mollement.

Après la violente émeute qui a secoué la ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, le samedi 11 février, en marge d'une manifestation autorisée par le ministère de l'intérieur, qui soutenait un jeune qui a violemment résisté à son arrestation pour des motifs toujours inconnus, plusieurs personnalités politiques, présidentielles exigent, se sont exprimées.

«Les Français n'en peuvent plus de voir détruit, brûlé, saccagé ce qu'ils ont tant de mal à payer par leurs impôts», a déclaré Marine Le Pen au micro d'Europe 1.
 Elle a en outre dénoncé une «haine de la France, de l'Etat de droit et des forces de police» qui serait encouragée par «le laxisme» de la justice française.
«Par principe, je soutiens la police, sauf démonstration par la justice», a-t-elle martelé, plaidant en faveur d'un réarmement des forces de l'ordre et d'une augmentation significative des embauches au sein de la police.

Le Front national a estimé que «les leçons de 2005 n'avaient pas été tirées», assurant les forces de l'ordre de son soutien.
Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine (RBM), proche Front national (FN), est allé plus loin : il a rappelé la proposition de loi qu'il avait soumise à l'Assemblée nationale en juin 2016 et dont l'objet visait à supprimer le RSA aux délinquants reconnus coupables d'actes de vandalisme. «Une mesure qui devrait en calmer plus d'un», a-t-il commenté.


«Les violences commises hier à Bobigny en marge d'une manifestation mettent en cause la responsabilité du gouvernement», a affirmé François Fillon dans un communiqué.
Le candidat du parti Les Républicains (LR) à la présidentielle s'est également interrogé sur l'action de Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur : «Pourquoi le ministre de l'Intérieur a-t-il autorisé cette manifestation alors que les risques de violence étaient évidents ?», s'est demandé l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Du côté du Parti socialiste (PS), les réactions sont plus discrètes. Si Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a salué le courage d'une personne, qui après avoir participé aux violences a sauvé une petite fille des flammes allumées par les manifestants, il n'a pas réagi aux émeutes elles-mêmes.

Le candidat du PS, Benoît Hamon, "défenseur de la diversité", n'a pas réagi officiellement. Le conseiller régional d'Ile-de-France, Julien Dray a, pour sa part, évoqué «l'instrumentalisation de ces situations sur le terrain, par des groupes qui sont extrêmement radicaux et qui poussent à la confrontation».
 Le président socialiste du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, a déploré les «dégradations» commises en marge d'une «manifestation pacifique», avant de rappeler qu'il était
 pour lui «indispensable que les actes violents des policiers soient sanctionnés».


 


Jean-Luc Mélenchon, ami des "chances pour la Frances" et candidat de la France insoumise à la présidentielle, a exprimé sur Twitter son regret face au traitement médiatique des émeutes, regrettant que seules les images de l'émeute de Bobigny aient été, selon lui, diffusées par les chaînes de télévision, alors que «de nombreuses personnes se sont exprimées sur la paix».

Pour Nicolas Dupont-Aignan, «l'Etat doit chasser et punir les casseurs jusque dans la moindre cage d'escalier». Le candidat à la présidentielle de Debout la France a affirmé : «Jamais la France ne se soumettra à la racaille», promue par l'universalisme socialiste.

Après la journée du 11 février, marquée par les violences à Bobigny, plusieurs incidents de même nature ont écalté dans la soirée du 12 février à Argenteuil, dans le Val-d'Oise.

Librement réinterprété d'après : https://francais.rt.com/france/33884-reactions-politiques-apres-journee-demeutes

L'échelle de Jacob

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.