samedi 18 février 2017

Affaire Théo : de grosses ambiguïtés

 


Le 18/02/2017


Qui peut douter du fait que ces attaques contre les forces de l’ordre aient été planifiées par des activistes ?
 
Après que François Hollande est allé au chevet de Théo Luhaka, la France a subi dix jours d’émeutes. Toute la bobosphère s’est emportée, allant jusqu’à publier une tribune commune dans Libé, signée par ses plus éminents représentants : Yannick Noah, Omar Sy, Smaïn, Josiane Balasko, Anne Roumanoff, Olivier Py ou Jean Benguigui. Évoquant aussi l’affaire Adama Traoré, les pipoles appellent à la fin de « l’impunité des violences policières ».
Ils ne font pas preuve de la même compassion pour les dizaines de milliers de policiers agressés chaque année ni pour leur public, les honnêtes gens qui subissent les agissements des voyous au quotidien, en empruntant simplement les transports en commun ou en osant se promener la nuit.
 On notera, d’ailleurs, que pas plus ces gens que François Hollande ne se sont rendus aux côtés du policier brûlé vif à Viry-Châtillon qu’au chevet de ce jeune fonctionnaire de l’Assemblée nationale, actuellement entre la vie et la mort, pour avoir essayé de secourir une femme violentée par un gang de racailles.
Leur sollicitude est à sens unique, s’exerçant toujours au profit de ces nouveaux damnés de la terre que seraient les Français issus de l’immigration et vivant dans les « quartiers ».
À Barbès, les émeutiers pro-Théo ont brûlé une bijouterie appartenant à des Asiatiques.
La propriétaire s’est écriée « C’est ça, la France ? »
 Je peux lui répondre : ce n’est pas la vraie France.
 Steevy Gustave, ex-maire adjoint de Brétigny-sur-Orge et collaborateur de Christiane Taubira, a écrit, toujours dans Libé : « Nous demandons une vigilance accrue lors des recrutements car les policiers racistes qui posent problème ne sont pas devenus racistes par la dureté de la mission. Il semblerait que, le plus souvent, ce soit de jeunes militants issus d’un parti politique bien connu qui se sont engagés pour pouvoir commettre leurs exactions en toute impunité. »

 Un crachat adressé à la police et aux électeurs du Front national, visés dans le texte.

C’est dans ce contexte très tendu, en raison des mensonges des militants de gauche et de leurs supplétifs médiatiques décérébrés, que de nouvelles révélations viennent jeter un trouble sur cette trop belle histoire. Qui peut douter du fait que ces attaques contre les forces de l’ordre aient été planifiées par des activistes en guise de représailles contre les manifestations de policiers qui ont émaillé le quinquennat Hollande, ciblant parfois nommément l’ancien garde des Sceaux, madame Taubira ?
Selon le policier mis en examen pour viol, Théo Luhaka aurait protégé un dealer qui allait être interpellé.
Le jeune homme aurait même fait preuve de violence : « Un des individus contrôlés avançait sa tête vers la mienne en signe de défiance, alors, de la paume de la main, j’ai repoussé fermement sa tête au niveau de sa joue. C’est à cet instant que l’individu [Théo, NDLR] qui se trouvait sur sa gauche et qui n’avait pas encore fait l’objet d’une palpation s’en mêlait et que ce dernier m’attrapait au niveau du col et me disait quelque chose du genre “Eh, tu fais quoi, là ?”

Une version qui contredit les agités qui ont salon privé à la télévision et dans les journaux.

La riposte a peut-être été très, voire trop musclée.
 Mais peut-on décemment cautionner les dix jours d’émeutes qui ont fait suite à la médiatisation de l’affaire ?

Chaque jour qui passe, des Français vivent des situations ô combien plus traumatisantes, sans jamais avoir droit à la visite du Président ou à la mobilisation de saltimbanques devenus expatriés du réel…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.