samedi 7 janvier 2017

Qui étaient vraiment les invités de « L’Émission politique » sur France 2 ?



  
Le 07/01/2017
 
Le choix des intervenants des émissions politiques sur France 2 est toujours surprenant.

Ainsi, au moins de janvier 2016, la chaîne invitait une certaine Wiam Berhouma pour faire face à Alain Finkielkraut dans l’émission « Des paroles et des actes » (DPDA).
Cette jeune femme était, en réalité, une proche du Parti des indigènes de la République, organisme prônant une idéologie marxiste culturelle que d’aucuns qualifient de raciste…
De nombreux téléspectateurs s’en étaient légitimement émus.

 Pourtant, il semblerait que la chaîne n’ait pas tiré d’enseignement de cette mauvaise expérience.
Hier, Attika Trabelsi était conviée sur le plateau de « L’Émission politique » pour se confronter à Manuel Valls.
Cette jeune femme voilée a tenu des propos assez caricaturaux, se présentant par un oxymore comme étant « féministe et musulmane pratiquante ».
Après enquête, des internautes ont produit des photos sur lesquelles on peut voir – oh surprise ! – madame Trabelsi tout sourire, en compagnie de madame Hanane Karimi, membre du Parti des indigènes de la République et admiratrice de Tariq Ramadan !
 Les équipes de France 2 ne mènent pas d’enquêtes ?
 Quelle crédibilité donner au témoignage d’une jeune femme, clairement sous l’influence d’idéologies contestables ?
 Le fait qu’elle soit invitée n’est d’ailleurs pas le problème.
Ce qui est dérangeant, c’est que le téléspectateur ne soit pas averti, ou correctement informé, de la personnalité et des croyances de madame Trabelsi.

On imagine une jeune femme d’affaires, moderne et musulmane.
On découvre une militante assez radicale…
À l’image de ses soutiens sur Twitter, qui ont traité de tous les noms Lydia Guirous, laquelle a osé critiquer le port du voile islamique…

Attika Trabelsi n’était pas la seule invitée polémique à être présente sur le plateau.
Cédric Herrou, activiste No Border de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, faisait aussi face au candidat socialiste.
 Il a récemment été condamné à de la prison avec sursis, au titre de l’article L. 622-1 du Code pénal qui dit que « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30.000 euros ».

 Pourquoi une chaîne du service public, financée par notre redevance, se permet-elle de convier des repris de justice, complices objectifs de la submersion migratoire que nous vivons ?
 Les actes reprochés à monsieur Herrou sont d’une immense gravité.

Comme on pouvait s’y attendre, Manuel Valls s’est écrasé en rajoutant une bonne louche d’eau sociétaliste à son vin clémenciste, démontrant par là qu’il n’est qu’un tigre de papier…

Bref, il serait temps que les émissions politiques vérifient correctement les curriculum vitae des Français supposément anonymes censés nous représenter aux heures de grande écoute.
À titre personnel, je ne me suis senti défendu par personne.
Et vous non plus, très probablement.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.