lundi 23 janvier 2017

Quand un Soros en cache deux autres: Jonathan et Alexandre arrivent!

Le 23/01/2017


Alexandre-George-Soros-succession-fils-idéologue-gauche-e1484938321135
 
George Soros organise sa succession : son fils Alexandre un idéologue comme lui.
 
Alexandre Soros, l’un des fils du milliardaire George Soros, est fortement pressenti pour prendre la direction de l’empire financier de son père, âgé aujourd’hui de 86 ans.
D’après le MRC (Media Research Center, observatoire conservateur des médias), Alexandre Soros, la trentaine, gère déjà en grande partie la fortune paternelle, estimée à 25 milliards de dollars.
 Idéologue comme son père, il a versé l’année dernière plus de 4,5 millions de dollars au Parti démocrate pour financer ses campagnes et ses comités d’action.
Avec son frère Jonathan, 42 ans, Alexandre Soros s’annonce comme le choix idéal pour prendre la succession de son père – et la gauche américaine peut être tranquille pour quelques décennies.
« Alexandre Soros, explique Dan Gainer, vice-président du MRC, a toujours soutenu les grandes causes progressistes de l’aile gauche, comme le changement climatique ou la justice sociale ; certes, ils s’est totalement trompé à propos des élections de 2016… mais il a les épaules bien assez larges pour soutenir financièrement de nombreux autres candidats et institutions. ».
Il y a dix ans encore, Alexandre Soros ressemblait plutôt à un fils-à-papa, un enfant riche qui gaspillerait sa vie.
 Mais un beau jour le New York Times dévoila que le jeune homme venait de se voir céder le contrôle d’une grande partie de la fortune de son père, pour l’utiliser comme il l’entendait.
Son premier soutien financier octroyé en 2012 devait bénéficier à la fondation Bend the Arc, (Association Juive pour la Justice, mouvement ouvertement progressiste).
Cette année-là, il subventionna une association promouvant le vote Obama auprès des juifs âgés.
Au total, il contribua en 2012 quelque 400.000 dollars à des causes et des campagnes de gauche.

Entré au conseil d’administration de l’Open Society Foundation, Alexandre Soros apprit comment répartir l’argent pour venir en aide aux causes progressistes chères à son père.
« Global Witness », par exemple, dont le but est de « briser le lien entre exploitation des ressources naturelles, conflits, pauvreté, corruption et violation des droits de l’homme, partout dans le monde. »
 
Idéologue de gauche en herbe, Alexandre Soros manie déjà une fortune colossale
 
En 2000, dans son livre The Crisis of Global Capitalism, George Soros résumait ainsi la vision du monde qu’il veut faire advenir à coups de millions : « Nous devons instaurer un système globalisé pour prendre les décisions politiques. En résumé, nous avons besoin d’une société mondiale pour soutenir notre économie mondialisée. »
Dans son ouvrage The Bubble of American Supremacy en 2004, George Soros compare la suprématie américaine à une énorme bulle qu’il faut dégonfler.
Les choix financiers d’Alexander Soros montrent qu’il a adopté les mêmes points de vue.
Diminuer l’influence et le pouvoir américains dans le monde, assujettir la souveraineté américaine aux Nations unies, soutenir les politiques de redistribution des plus riches vers les plus pauvres, tels sont en résumé les objectifs des financements Soros qui, à terme, détruiraient la liberté et l’indépendance des Etats-Unis.
 
Pour William F. Jasper, rédacteur en chef de The New American, le financement par Soros père de Black Lives Matter et d’autres groupes impliqués dans les émeutes anti-Trump du mois de novembre dernier font de lui un criminel impuni.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.