mardi 10 janvier 2017

Maroc : les autorités partent en guerre contre la burqa

Le 10/01/2017

  
Maroc : les autorités partent en guerre contre la burqa

© Aref Karimi Source: AFP
 
Une femme portant une burqa (photographie d'illustration)

Des médias marocains ont rapporté que des agents du ministère de l'Intérieur avaient sommé les commerçants de burqas de cesser leur activité, et de se débarrasser de leurs stocks. Une décision qui aurait été prise pour des raisons sécuritaires.
                                   
D'après le site marocain 360.ma, les autorités du royaume chérifien ont entrepris de faire disparaître les burqas (voile intégral islamiqued'origine afghane) des commerces du pays : lundi 9 janvier, un journaliste de ce média a en effet rapporté qu'un agent d'autorité (un «caïd») avait fait le tour des fabricants dans le quartier des Habous à Casablanca, afin de les enjoindre à cesser leur production de burqas.
 De même, selon le site, des créateurs de ce vêtement de la ville de Taroudant (Sud-Ouest) ont reçu dimanche 8 janvier un courrier, leur indiquant qu'ils avaient jusqu'à 48 heures pour se débarrasser de leur stocks.


Selon des commerçants concernés par ces mesures, celles-ci auraient aurait été prises pour des raisons sécuritaires – des crimes et délits étant régulièrement perpétrés par des individus dissimulant leur visage au moyen d'une burqa.
360.ma a par la suite rapporté la confirmation d'un responsable de haut rang du ministère de l'Intérieur marocain : «Nous avons pris la mesure d'interdire totalement l'importation, la fabrication et la commercialisation de ce vêtement dans toutes les villes et localités du royaume», a assuré la source anonyme, avant d'ajouter que les produits utilisés pour fabriquer les burqas seraient également interdits de vente.
Le site yabiladi.com, en outre, a indiqué que des documents officiels informant de la prohibition du commerce de burqas avaient circulé sur les réseaux sociaux, provoquant des réactions vives et diverses.
Le gouvernement, de son côté, n'a pas encore fait de déclaration officielle à ce sujet.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.