samedi 21 janvier 2017

François Fillon : voix de la sagesse ou voie de la folie ?

 


Le 21/01/2017


Tout au long de sa vie politique, François Fillon a progressé à couvert. Il continue.

Julien Aubert, député de Vaucluse, vient de donner une tribune à L’Opinion dans laquelle il prédit un second tour Fillon-Macron.
Certains imaginent bien que Jean-Luc Mélenchon puisse être au second tour…
 Alors, dans une élection où tout est ouvert, pourquoi pas !
M. Aubert fonde cette hypothèse sur un raisonnement par récurrence en déclarant : « La politique française est en train de se recomposer à vitesse grand V. Adieu Sarkozy, Juppé, Hollande, et ce n’est pas fini ! Les prochains sur la liste pourraient être les hiérarques du PS, puis Marine Le Pen. »
La liste n’est pas close, effectivement, et il se pourrait bien que cette élection soit l’occasion, pour les Français, de dire adieu à M. Fillon, entré en politique en 1976 alors que M. Aubert n’était pas encore né.
 Selon celui-ci, « la France de 2017 hésite entre deux voies : la voie de la raison ou la voie du coup de folie ».
 La voie de la raison étant, évidemment, celle de M. Fillon.
M. Fillon, toujours selon M. Aubert, « représente une façon traditionnelle et rassurante de conquérir le pouvoir – un programme, une expérience… »
Comme s’exclamait Philinte dans Le Misanthrope – et non dans Tartuffe -, « Ah ! Qu’en termes élégants ces choses-là sont mises ! »
Une « façon traditionnelle de conquérir le pouvoir », effectivement !
 Durant la primaire, on pousse les feux à droite, histoire de faire le plein des voix de son électorat, en particulier catholique, en prenant soin de bien laisser passer Alain Juppé pour un affreux gauchiste et Nicolas Sarkozy – dont, pourtant, on a été le fidèle exécutant un quinquennat durant – pour un démagogue.

Et puis, primaire terminée, on s’empresse de propulser dans l’état-major de campagne un Benoist Apparu, pro-mariage gay, islamo-compatible, et d’offrir à une NKM, libérale-libertaire, une circonscription en or massif dans Paris.

« Un programme » : une purge sociale qui nous amènerait probablement à une austérité sans précédent depuis le gouvernement de Pierre Laval en 1935.
 M. Guaino, ancien mentor de M. Aubert, est, lui, plus indulgent.
« Comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale », déclarait-il, fin novembre.
« Une expérience », enfin.
Manière d’éviter le mot qui fâche : « bilan ».

 Rappelons, en effet, que sous M. Fillon, les impôts et la dette ont explosé.
Toujours sous M. Fillon, Premier ministre – et, donc, selon la Constitution, « responsable de la Défense nationale » -, la France a été désarmée (54.000 postes supprimés dans la Défense, 12.000 gendarmes et policiers) alors même que Nicolas Sarkozy se lançait dans l’aventure libyenne dont nous subissons, aujourd’hui, les funestes conséquences à travers le chaos migratoire qu’elle a déclenché sur le pourtour de la Méditerranée.

La voix de la sagesse nous commande donc d’emprunter un autre chemin.
 Les choses sont claires, le choix est simple.
D’un côté, le choix de l’européisme, du mondialisme et de l’immigrationnisme dont le parangon s’appelle aujourd’hui Emmanuel Macron.
 La folie : nous serons d’accord avec M. Aubert, sur ce point.
De l’autre, celui de la France, de la réappropriation de sa souveraineté.
Une souveraineté au service de notre identité.
Un choix incarné par Marine Le Pen.
Et François Fillon ?

 Sous les atours de la sagesse tirée à quatre épingles, M. Fillon propose aux Français de continuer sur la voie de la folie.

Comme le déclarait Marine Le Pen le 18 janvier, il incarne le mondialisme honteux.

Tout au long de sa vie politique, François Fillon a progressé à couvert.

Il continue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.