samedi 14 janvier 2017

Evasion au tribunal : désarmé, le policier a cru sa dernière heure arrivée

Le 14/01/2017
 
Bobigny, tribunal de grande instance. DR. La tentative d'évasion d'un prévenu a endommagé le tourniquet de l'entrée du tribunal.

Carole Sterlé
13 janvier 2017, 18h40 | MAJ : 13 janvier 2017, 20h40
 
Depuis plus d’un mois, une image le hante. « Je suis dans le tourniquet, en chien de fusil, et je ne vois que les jambes de mes collègues, avec leurs rangers, passer au ralenti… » décrit Jeff*, major de police de presque 52 ans.
 
Il fait partie du dépôt de Bobigny, comme on appelle l’unité de police en charge des détenus déférés au tribunal.
Le mercredi 23 novembre, il était plus de 21 h 30, la 15e chambre s’apprêtait à éteindre les lumières après deux jours de procès pour une affaire d’escroquerie, lorsqu’un des condamnés a sauté du box.
Il sera bientôt jugé (voir ci contre), car il a été rattrapé, non sans difficultés.
« L’atmosphère ne me plaisait pas… Le sixième sens peut-être », sourit Jeff, rencontré au tribunal ce vendredi, pensant que le procès aurait lieu.
Il se souvient que ce soir de novembre, deux des trois détenus rechignaient à se laisser menotter pour repartir.
Le troisième, condamné à cinq ans de prison, paraissait plus calme.
 C’est lui qui allait s’évader, après avoir descellé la vitre.
Jeff ne le voit pas, il tourne le dos au box pour « demander à une avocate de calmer son client ».
« Et j’entends crier : il se barre, il se barre ! », se remémore Jeff. Le policier se met à sa poursuite et le rattrape à l’étage du dessus, à une porte de la sortie.
 Le policier le plaque, « réflexe de rugbyman », à la hauteur du tourniquet, bloqué, en dehors des heures d’ouverture au public.

Dans un corps à corps, évadé et policier se retrouvent bloqués, le fuyard réussissant manifestement à prendre le dessus dans cet espace confiné.
« Je l’ai frappé plusieurs fois, sans résultat, et j’ai essayé de me retourner, quand j’ai entendu un « clic ».
J’ai compris qu’il me piquait mon arme », raconte Jeff qui a senti ses derniers instants venir. Jusqu’à ce qu’il entende Paul*, un collègue, hurler : « lâche ça ou je tire, rends-toi ! ».
 Ce major de 53 a enjambé le box et suivi Jeff.
 « J’ai levé la tête et vu le regard [de Paul] si déterminé, je me suis dit je suis sauvé », sourit Jeff.
D’après les récits des policiers, l’évadé lâche l’arme, mais la partie n’est pas finie.
Un complice, jamais retrouvé, tente de prêter main-forte au fugitif.
 D’autres policiers arrivent, un nouveau corps à corps s’ensuit dans le tribunal, une bombe lacrymogène est vidée, puis l’évadé arrive à sortir, finalement plaqué au sol par un autre policier arrivé en trombe depuis la salle d’assise, avec un autre policier.
 L’évasion se termine là.
 La vitre brisée du tourniquet d’entrée témoigne encore de cette soirée qui aurait pu basculer dans le sang.
Les deux policiers se sont vus prescrire huit jours d’incapacité temporaire totale de travail pour les blessures et les entorses, puis la durée a été réévaluée à 30 jours pour le retentissement psychologique.
 « Ces vitres basses dans les box sont une vraie tentation », soupire Paul, presque « étonné qu’il n’y ait pas davantage d’évasions ».
 « Quand le tribunal a ouvert [NDLR : dans les années 1980], ajoute-t-il, on nous disait qu’il avait été conçu sur le modèle de celui de Los Angeles. »
 
*Leurs prénoms ont été modifiés
 
L’évadé sera-t-il rejugé à Bobigny ?
Le procès pour évasion doit avoir lieu le 3 mars à Bobigny, à moins que la Cour de cassation en décide autrement.
La défense a demandé le dépaysement de l’affaire dans une autre juridiction.
Car c’est dans ce même tribunal que le jugement a eu lieu, et une vice-procureure a été témoin de l’affaire.
 « Pour la bonne administration de la justice ? Il serait préférable de juger l’affaire ailleurs », expose Me Nicolas Salomon, qui défend l’évadé.
C’est lui qui était là en novembre, le soir de l’évasion, mais il n’en dira rien.
Tout juste assure-t-il que le frère du prévenu, soupçonné de complicité et placé en garde à vue, « a été mis hors de cause ».
La demande de dépaysement a été faite auprès du parquet général, qui, explique l’avocat, a refusé de saisir la chambre criminelle de la Cour de cassation.
Me Salomon a fait appel et pense qu’une décision interviendra avant mars.
Il n’a pas fait appel de la condamnation à cinq ans de prison prononcée en novembre par Bobigny, contre son client, qui de fait, doit rester derrière les barreaux jusqu’en 2024.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.