lundi 26 juin 2017

Marielle de Sarnez : L’impudente !

 
Résultats de recherche d'images pour « Marielle de Sarnez »


Le 26/06/2017
 
 
Non seulement elle verse de grosses larmes sur elle-même, mais ses chevilles enflent dangereusement.
 
Pleureuse est, paraît-il, l’un des plus vieux métiers du monde ?
En tout cas, voilà une pratique funéraire vestige des religions animistes qui subsiste encore dans nombre de sociétés.
D’ailleurs, l’attitude de Marielle de Sarnez nous le démontre aujourd’hui.
La conseillère de Paris quitte le gouvernement en même temps que Sylvie Goulard et François Bayrou, alors que le MoDem, dont elle est vice-présidente, fait l’objet d’une enquête sur l’emploi de ses assistants parlementaires européens.
Suite à la conférence de presse de l’ex-garde des Sceaux, l’éphémère ministre des Affaires européennes a voulu fait entendre ses lamentations en se confiant sur Facebook.
Elle s’est dite « meurtrie » après avoir vécu les semaines « les plus tristes » de sa « vie politique » : « Ces dernières semaines auraient dû être les plus belles de ma vie politique. Elles ont été les plus tristes. Pour moi-même, pour tous ceux qui m’aiment et pour tous ceux qui n’avaient jamais imaginé, même aux pires moments de notre histoire politique, qu’un tel déferlement de malveillance puisse même exister. Je me suis sentie meurtrie, abîmée. »
On le voit : non seulement elle verse de grosses larmes sur elle-même, mais ses chevilles enflent dangereusement.
 Pourtant, à part pour quelques professionnels de la politique, pour la majorité des citoyens, elle reste une inconnue.
Durant les tumultes de l’Histoire de France, se comparer à des personnages qui ont souffert est risible.
 Louis XVI, Louis Rossel, Jean Moulin ou Jean Bastien-Thiry, entre autres, voilà des personnages qui ont vécu et sont morts tragiquement aux pires moments du récit national.
Vous, Madame, vous n’êtes qu’un grain de sable dans l’océan des malversations parlementaires.

Macron à Bruxelles : ouvrons nos frontières aux migrants !

 


Le 26/06/2017


Emmanuel Macron vient de se dévoiler.
 
Emmanuel Macron va-t-il continuer à nous abuser encore longtemps ?
Non seulement il vient de prouver que son gouvernement est incapable de maîtriser la jeunesse des banlieues, la laissant épuiser les réserves d’eau pour satisfaire leur besoin de patauger, malgré les supplications des pompiers, mais il vient de nous prédire une invasion migratoire sans précédent.
C’était la semaine dernière à Bruxelles, pour clore son premier Conseil européen, devant une chancelière allemande admirative.

 « Nous devons accueillir des réfugiés, car c’est notre tradition et notre honneur. »

Oui, M. le Président, lamentablement élu par l’abstention.
Vous avez raison.
Et ce fut toujours le cas pour des cas bien précis de réfugiés.
Mais c’était une époque où la France ne connaissait pas un taux de chômage extraordinaire.
C’était une époque où ces réfugiés étaient en majorité de tradition culturelle européenne, voire judéo-chrétienne.
Lors de la conférence de presse conjointe avec Mme Merkel, le jeune président de la République française a donc parlé migration : « La crise que nous vivons actuellement sur le plan migratoire n’est pas une crise passagère, c’est un défi de long terme qui ne trouvera sa réponse que dans la stabilisation à long terme en Afrique, au Proche et Moyen-Orient et dans une politique de développement européenne ambitieuse. »
Sur ce point-là, M. Macron a raison.
C’est même le but final : aider les pays de migration pour qu’ils puissent retenir chez eux tous ceux qui, pour diverses raisons, veulent atteindre un eldorado qui n’existe pas.
Et c’est là où la politique menée depuis trente ou quarante est à blâmer : aucun gouvernement n’a eu le courage d’arrêter les pompes aspirantes que sont les aides de toutes sorte offertes aux centaines de milliers de clandestins qui n’ont jamais été refoulés.

Emplois fictifs présumés au MoDem : "François Bayrou ment", accuse un ancien assistant parlementaire

Le 26/06/2017


Les assistants \"locaux\" évoqués par l\'ancien assistant parlementaire auraient travaillé au siège de l\'UDF, puis du MoDem, à sa création en 2007.

Les assistants "locaux" évoqués par l'ancien assistant parlementaire auraient travaillé au siège de l'UDF, puis du MoDem, à sa création en 2007. (THOMAS SAMSON / AFP)

Elodie GuéguenSylvain Tronchet franceinfoRadio France

publié le
 
Un ancien assistant parlementaire européen, qui a passé cinq ans à Bruxelles au Parlement auprès d'un eurodéputé centriste, affirme avoir été le témoin d'un système d'emplois fictifs au sein du Mouvement démocrate.

 Celui d'un ancien assistant parlementaire européen qui a passé cinq ans à Bruxelles, au Parlement, auprès d'un eurodéputé centriste.
Cet homme affirme avoir été le témoin d'un système d'emplois fictifs au sein du Mouvement démocrate, révélé par franceinfo.
 
Certains députés se sont plaints
 
Il ne veut pas que l'on dévoile son identité, mais il se dit prêt à livrer son histoire à la justice.
Ce qu'il a vu lorsqu'il était assistant parlementaire entre 2004 et 2009 l'a profondément choqué.
Selon lui, des eurodéputés MoDem auraient rémunéré avec des fonds européens des collaborateurs qui, dans les faits, n'auraient jamais travaillé pour l'Europe.
Cet homme nous a confié que certains députés européens du MoDem se plaignaient même de ne pas pouvoir disposer de ces assistants qui étaient pourtant censés être à leur service.
Lui-même a été prié par son eurodéputé de réclamer des preuves de travail à l'un de ses collègues qu'il n'avait jamais croisé.
Les élus avaient clairement conscience d'être dans l'illégalité, mais ils ne pouvaient pas refuser, nous a-t-il expliqué, sous peine de ne pas être investis aux prochaines élections.

dimanche 25 juin 2017

Bricolo et Bricolette se sont mis en tête de diriger un pays.





Le feuilleton continue, et les médias de poursuivre leur joyeux tir aux pipes.

Histoire de se retrouver bientôt avec Cédric Villani comme seul candidat premier ministre.
Encore que, en cherchant bien on arriverait peut-être à prouver qu’il s’est déjà planté dans une équation ce qui pour un titulaire de la médaille Field ferait quand même un peu désordre.
Bon cette fois-ci, c’est la ministre du travail qui est dans le collimateur. Mais peut-être aussi le Jeune Roi.

Petit rappel des faits :
Le futur Jeune Roi, ministre de l’économie mais qui a déjà décidé de se lancer dans la course présidentielle décide brusquement qu’il est indispensable qu’il se rende au salon high-tech de Las Vegas pour y montrer sa frimousse.
Et au passage rencontrer Bolloré.
Il demande à l’agence France business, établissement public contrôlé par son ministère de lui organiser la petite virée.
Le problème c’est que la plaisanterie coûte près de 400 000 € et qu’il est trop tard, pour lancer un appel d’offres, comme l’exige pourtant le Code des Marchés.

"Rixe géante" à Vernon : plus d’une centaine d’habitants impliqués

Le 25/06/2017


Une « bagarre générale » a éclaté dans le quartier des Boutardes à Vernon (Eure), ce samedi 24 juin 2017 au soir (Photo d’archives)
 
Selon les termes de la police, une « bagarre générale » a éclaté dans le quartier des Boutardes à Vernon, ce samedi 24 juin 2017 au soir.
 
Une cinquantaine de riverains appellent police secours, ce samedi 24 juin vers 23 h 30.
 Ils expliquent que « 200 à 300 personnes » se battent à coup de « sabres et de barres de fer » dans le quartier populaire des Boutardes à Vernon (Eure), rapporte la police.
Quand les fonctionnaires arrivent sur place vers 23 h 55, ils constatent « la présence de petits groupes de dix à vingt personnes dispersés, sans armes, qui courent dans tous les sens dans ce secteur notamment rue Georges-André.
Les collègues les ont évalués à une centaine de personnes.
 La situation était relativement calme », par rapport à ce qu’avaient décrit les requérants initialement, poursuit la source policière.
Dans le même temps, les agents se rendent compte que d’autres individus, une cinquantaine, se battent à proximité, rue Claude-Monet.
La raison de cette « bagarre générale » ou « rixe géante » ?
Comme nous le confirme la police, il s’agirait d’un différend entre deux familles appartenant aux communautés africaine et maghrébine « sur fond de gêne provoquée dans un hall d’immeuble les jours précédents ».
 Les agents sont repartis vers 00 h 30, dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 juin, une fois la situation apaisée.
Comme l’assure la police, « il n’y a pas dû avoir de blessé grave. Nous avons appelé les hôpitaux du secteur et n’avons pas recensé de personnes victimes de blessures qui pourraient correspondre aux armes qu’on nous avait indiquées aux appels de départ ».

 Aucune interpellation n’a été effectuée et aucune plainte n’a pour l’instant été déposée.
 
source

Communiqué de presse du 21 juin 2017 : « Face aux défis du moment, l’urgence du combat métapolitique »

Le 25/06/2017

Communiqué de presse du 21 juin 2017 : « Face aux défis du moment, l’urgence du combat métapolitique »

 
L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne lance une nouvelle vidéo : « Vivre en Européen : nature, excellence, beauté ».

Le 21 juin 2015, l’Institut Iliade pour la longue mémoire euro­péenne célé­brait sa pre­mière année d’existence par la dif­fu­sion d’une vidéo ori­gi­nale, « Ni Lam­pe­du­sa, ni Bruxelles : être Euro­péen ». Sa seule ver­sion fran­çaise a été vision­née par 3,3 mil­lions d’internautes sur notre chaîne You­Tube (hors réseaux sociaux) — un record abso­lu pour ce type de média !
Ce 21 juin 2017, l’Institut Iliade entend conti­nuer ce tra­vail fon­da­men­tal en dif­fu­sant une nou­velle vidéo : « Vivre en Euro­péen ».
Face aux menaces mor­telles qui pèsent sur la civi­li­sa­tion, les peuples et les nations d’Europe, et à l’incapacité des mou­ve­ments popu­listes à impo­ser en l’état un nou­veau rap­port de force poli­tique, ce film riche­ment illus­tré pro­pose en quelques minutes un res­sour­ce­ment dans la vision du monde propre aux « Vieux Euro­péens ».
 Il expose ce que les « murs por­teurs » de notre civi­li­sa­tion peuvent appor­ter comme réponse concrète et sti­mu­lante aux défis du moment, autour du trip­tyque pro­po­sé par Domi­nique Ven­ner : « La nature comme socle, l’excellence comme but, la beau­té comme hori­zon ».
Il consti­tue en cela une alter­na­tive au risque de perte de confiance et d’espoir dans l’avenir qui guette nos com­pa­triotes : « Quand l’esprit se sou­vient, le peuple se main­tient ! ».

Pourquoi les GM&S devraient lire les interviews de Bruno Lemaire

Le 25/06/2017
Résultats de recherche d'images pour « GM&S »

Les salariés de GM&S sont toujours dans le pétrin!
 
Selon toute vraisemblance, le site de La Souterraine est voué à la disparition, là où Bruno Le Maire avait promis d’aider.
Mais la vraie réponse de notre brillant ministre de l’Économie est à chercher dans une interview qu’il vient de donner sur sa vision industrielle.

Il ne reste plus qu’une semaine pour sauver GM&S, l’usine d’équipement automobile de la Creuse. Selon toute vraisemblance, l’usine devrait rapidement fermer, après un passé chaotique qui illustre bien la désindustrialisation française et ses maux.
Comme d’habitude, les salariés devraient mener quelques actions d’éclat pour attirer l’attention de l’opinion publique sur leur sort.
 Et le ministre les fera recevoir par son cabinet pour les calmer et… finalement ne rien faire.
Même dans la France renouvelée, ce vieux scénario se reproduit inlassablement.
 
GM&S face à la doctrine Lemaire
 
Si les salariés de GM&S lisaient les interviews de Bruno Le Maire, ils comprendraient plus facilement ce qui va leur arriver.
 L’AFP rapporte ainsi ses propos:
« Il faut investir le plus possible dans l’innovation, être capable de porter notre industrie vers les technologies de pointe » (…)
« Je considère qu’en matière industrielle, même si l’Allemagne a aujourd’hui une avance importante, nous pouvons rattraper les Allemands et créer un tissu industriel très puissant, parce que nous avons un atout, c’est d’être très fort sur la révolution digitale » (…)
« L’objectif n’est pas de garder toutes les activités industrielles possibles et inimaginables. L’objectif, c’est de tenir le cap: l’industrie de pointe, de la haute technologie, qui nous permettra de réussir dans la mondialisation »
C’est donc clair: la stratégie industrielle française va consister à investir dans l’innovation, les technologies de pointe, le numérique, et on va laisser tomber les vieilles activités industrielles.
 
La vision ringarde de Bruno Le Maire

On comprend bien la vision sous-jacente aux propos de Bruno Le Maire, et qui sent bon le cours de Sciences-Po des années 80, à l’époque où on inventait le micro-ordinateur et le téléphone portable. D’un côté, il y a l’innovation, la haute technologie, l’industrie de pointe, et ça c’est bien.
 De l’autre côté, il y a la vieille industrie avec ses ateliers répugnants et sa condition ouvrière rétrograde.

Mais pourquoi Sylvie Goulard a-t-elle quitté le gouvernement?








"L'ex-ministre" des Armées Sylvie Goulard, rémunérée pendant deux ans par un think tank américain, explique au JDD les raisons de son départ du gouvernement.

Extraits.
 
Depuis mardi 10 heures et son communiqué de départ, silence radio. Sylvie Goulard se tait.
 Elle n'a eu aucun contact avec ses anciens amis du MoDem, avec lesquels elle est déjà brouillée depuis longtemps et dont elle vient d'entraîner la chute.
Selon nos sources, l'éphémère ministre des Armées a appelé Emmanuel Macron dès dimanche dernier pour lui faire part de son souhait de quitter le gouvernement.
 Le Président, surpris, lui a demandé de prendre le temps d'une réflexion de vingt-quatre heures. Décision a été prise de diffuser le communiqué le lendemain matin.
 "Ceux qui disent qu'elle a été poussée vers la sortie par l'Elysée dans le but de provoquer la chute de Bayrou se trompent lourdement ; Macron était furieux", certifie un proche de la ministre.

Sylvie Goulard a été rémunérée pendant deux ans par un think tank américain

Au JDD, Sylvie Goulard assure "avoir mûri sereinement [sa] décision".
"On sort d'une campagne présidentielle où les Français veulent que l'on fasse de la politique autrement… La classe politique doit se poser la question du renouvellement de ses pratiques et de ses règles", analyse-t-elle. C'est donc pour mettre son ministère à l'abri des affaires qu'elle aurait décidé, "en conscience", de ne plus occuper sa fonction : "Vous imaginez un acte judiciaire me concernant en pleine opération militaire ou terroriste? J'ai estimé que ce n'était pas possible. C'est tout."

Le roi danse

 

  Croisons-les (@GuillaumeTC)

Le 25/06/2017

 
Que demande le peuple ?
 
Laissant à son Premier ministre la conduite des affaires « de boutique », comme le dit élégamment BFM TV, organe officiel de la nouvelle présidence, notre chef de l’État est allé ce samedi en sa bonne ville de Paris, afin de soutenir la candidature de la capitale pour les Jeux olympiques de 2024. Débauche d’indépendance du quatrième pouvoir, sur la chaîne « d’info en continu » envers un Président « éminemment sympathique », « très décontracté », « à la communication parfaitement maîtrisée » (ça veut dire la même chose que « verrouillée », mais pour le camp des gentils), un Président qui joue au tennis avec les champions et décoche quelques directs à un boxeur professionnel.
Les journalistes peuvent alors aligner jusqu’au vertige ces phrases ineptes dont ils sont friands, et dont la formule est invariable : un compliment subjectif + une information people.
 Exemples : « cet homme sympathique et moderne est également un cavalier émérite », « cette jeune femme surdouée, qui ne jure que par Chanel », « ce ministre spécialisé dans le droit européen joue aussi remarquablement du violoncelle », bref, vous voyez le truc.
Le roi danse, donc.
Entouré d’une cour de traîtres aux petits soins, précédé par une nuée de gazetiers serviles, le roi s’exerce à tous les sports avec une énergie surhumaine, dans un sourire éclatant, et naturellement excelle en tout.
Il est fort, il est jeune, il est beau.
Avez-vous vu cette détente du jarret ?
 Cette montée au filet ?
 L’ambiance de ferveur bon enfant qui l’accompagne ?
 Le Président est tellement « jupitérien » qu’on n’avait pas vu ça depuis Louis XIV.

Portrait d’un député de la nouvelle (?) vague

 


Le 25/06/2017

Socialiste camouflé, après près de vingt ans dans les arcanes du PS, des couloirs de l’Assemblée nationale et de divers cabinets hollandais.
 
François Cormier-Bouligeon, LREM, a été élu député de la 1re circonscription du Cher.
Il succède à Yves Fromion, LR, excellent spécialiste de la Défense nationale.
 Le 18 juin, il a battu aisément Wladimir d’Ormesson, LR, (aujourd’hui, il fait 35° au-dessus de d’Ormesson, comme aurait dit Léon Daudet).
Bouligeon appartient au cirque Macron.
D’où vient-il ?
 Incarne-t-il le renouveau tant vanté par le nouveau pouvoir ?
 Son CV apporte quelques lumières.
 
Bouligeon est né en 1972.
 À 17 ans, sous Mitterrand II, il s’encarte au Parti socialiste.
De 1998 à 2008, il est le « collaborateur », à l’Assemblée nationale, du député socialiste de la Nièvre Gaëtan Gorce, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a pas laissé un souvenir impérissable à la Chambre.

En 2010, il est candidat sur une liste écologiste, socialiste et communiste aux élections régionales en Bourgogne, dont le meneur dans le département de la Nièvre est Christian Paul.
Dans sa déclaration de candidature, il indique qu’il va « fêter, cette année, ses vingt ans de militantisme » au PS.
De 2008 à 2014, il est « directeur de cabinet » – on ne lésine pas sur les titres ronflants – du maire socialiste de Cosne-sur-Loire, commune de 10.000 habitants.

samedi 24 juin 2017

Saint-Denis, des rois de France aux zones de non-droit !

 


Le 24/06/2017
 
 
Messieurs les touristes, il faut savoir qu’en venant en France, si vous vous écartez des beaux quartiers de la capitale, vous prenez un risque.
 
Le 28 juillet 754, le pape Étienne II sacrait Pépin le Bref dans la basilique de Saint-Denis et bénissait son épouse Berthe au Grand Pied.
 Depuis cette époque ce chef-d’œuvre de l’art gothique fut la dernière demeure de quarante-deux rois, trente-deux reines, soixante-trois princes et princesses de France.
 Des mérovingiens avec Dagobert, en passant par les carolingiens jusqu’aux Bourbons, avec les priants de Louis XVI et Marie-Antoinette, la nécropole royale de Saint-Denis fut le témoin privilégié de l’histoire de France.

 Aujourd’hui la ville de St Denis n’est plus que le témoin privilégié d’une zone de non droit !

Le dernier exemple de cet abaissement vient d’être rapporté par Le Figaro.
Le 20 juin, « un officiel russe présenté comme chef de la délégation au Salon aéronautique du Bourget, qui circulait à Saint-Denis, à bord d’un véhicule VTC (Véhicule de tourisme avec chauffeur) a été victime d’un vol avec violence à la portière » a indiqué une source policière.
Le détail des faits, cependant, divergent entre le quotidien et « Russia Today ».
D’après le premier, l’homme a été frappé et la conductrice s’est fait arracher son sac.
 Ne s’en laissant pas conter, celle-ci aurait décidé de prendre en chasse les voleurs.
Cette poursuite la conduisit dans un quartier sensible où les malfaiteurs furent rejoints et appuyés par une bande.
« Elle est alors violemment prise à parti par une cinquantaine d’individus » qui « la frappent et l’agressent sexuellement » selon le récit livré par le journal français.
Pour le média russe il n’y aurait pas eu de course poursuite et la jeune femme n’aurait pas été agressée.

Après la mort d’un de ses ressortissants près de Calais, la Pologne répond à Macron




Le 24/06/2017
 
 
L’État français ne se contente pas de faillir à ses devoirs vis-à-vis de ses propres citoyens, il viole aussi gravement ses obligations européennes.
 
Après la mort, mardi, du chauffeur d’une camionnette immatriculée en Pologne à cause d’un barrage d’immigrants clandestins sur l’A16 près de Calais, le gouvernement polonais a rappelé la France à ses obligations européennes.
Un des piliers de l’Union européenne, c’est la libre circulation des personnes et des marchandises.
En refusant d’imposer la loi de la République dans la région de Calais et à assurer le passage libre et en toute sécurité entre son territoire et la Grande-Bretagne, l’État français ne se contente pas de faillir à ses devoirs vis-à-vis de ses propres citoyens, il viole aussi gravement ses obligations européennes, et il le fait en toute conscience depuis plusieurs années.
Dans ces conditions, l’interview d’Emmanuel Macron publiée mercredi dans huit journaux européens, dont Le Figaro et le journal polonais Gazeta Wyborcza, est tombée au plus mauvais moment.
 C’est en effet plutôt culotté pour le Président d’un pays incapable d’assurer la libre circulation sur son territoire de rappeler les pays d’Europe centrale et orientale, même si c’est sans les nommer, à leurs obligations vis-à-vis de l’Union européenne, les accusant de traiter l’Union européenne comme un supermarché.
Pire encore : quand Macron parle d’une montée des démocraties illibérales et d’une réémergence de régimes autoritaires en Europe, les Polonais et les Hongrois se savent désignés.
 Pourtant, s’il est un endroit où la démocratie et les libertés individuelles ne sont plus garanties en Europe, c’est bien sur l’autoroute A16 comme dans le voisinage calaisien des camps sauvages d’immigrants clandestins.

vendredi 23 juin 2017

Canicule à Paris et en petite couronne : un millier de bouches à incendie ouvertes !

Le 23/06/2017
 
 
Canicule à Paris et en petite couronne : un millier de bouches à incendie ouvertes !
 

La France s’africanise.

Lire aussi:  Hauts-de-Seine: incidents après l’ouverture d’une bouche à incendie à Asnières

Ils sont agacés, lassés et… inquiets.
 Les pompiers de la BSPP (Brigade de sapeurs-pompiers de Paris) ont fait les comptes !
 En ces quatre jours de canicule, un millier de bouches à incendie ont été ouvertes «sauvagement» à Paris et dans les trois départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis).
 Tout ça pour se rafraîchir !
(…)

Le Parisien
 

Un bel élan de la solidarité pour Jeanine, SDF, grâce à la police et aux habitants de Hyères

Le 23/06/2017Jeanine Sophie, SDF, bénéficie d'un bel élan de solidarité à Hyères, dans le Var / © France 3 Côte d'Azur
 
Jeanine Sophie, SDF, bénéficie d'un bel élan de solidarité à Hyères, dans le Var / © France 3 Côte d'Azur
 
Jeanine, 79 ans, SDF dormait dans sa voiture avec son chien, jusqu'à ce qu'un bel élan de solidarité se mette en place grâce à la police municipale et quelques habitants de Hyères, dans le Var.
 
Par HL, VK
Jeanine Sophie, une dame de 79 ans, sans domicile, dormait dans sa voiture avec son chien.
Son terre-neuve à l'arrière et ses huit cartons dans le coffre de sa voiture représentent tout ce qui lui reste aujourd'hui.
Faute de garant, elle ne peut trouver nulle part de location.

La situation a ému la police municipale et certains habitants de Hyères.
 Ils se sont mobilisés pour lui porter secours. Tout n'est pas réglé, mais Jeanine a désomrais pu accéder à un toit dans un mobil-home, et l'entraide se poursuit.
Une belle histoire humaine, un bel exemple de solidarité.


 
 
Une chaîne de solidarité pour Jeanine, 79 ans, dormant avec son chien dans sa voiture à Hyères 

france3-regions.francetvinfo.fr

TVL, journal du vendredi 23 juin 2017: Le gouvernement, nouveau produit de Macron




Ajoutée le 23 juin 2017
 
01:34 - Cap sur l’Assemblée
12:17 - Union Européenne / Le Brexit aura-t-il lieu ?
15:18 - Sport / La dictature olympique
19:16 - Territoires / Les communes, le couteau sous la gorge
21:21 - Économie / Uber : Adieu patron
23:37 - L’actualité en bref
30:38 - La France de Campagnol:

Trois résultats passés presque inaperçus et pourtant porteurs de tant d’espérance !

 


Le 23/06/2017


De ces trois évènements doit naître une espérance dans le cœur des français qui sont profondément attachés à leur pays.

Trois résultats ont marqué ce second tour des élections législatives, et ceci sans que nos médias godillots (En marche !) n’esquissent la moindre analyse sur ce tiercé.
Serait-ce parce qu’ils sont porteurs d’une espérance pour la droite ?
Le premier est la défaite surprise de la « très modeste » belle-fille de notre cher Président sur la ville du Touquet.
 Tiphaine Auzière, suppléante de Thibault Guilluy pour les élections législatives et fille de Brigitte Macron (Trogneux), par ce piteux résultat, risque de faire faire la « trogne » aux nombreux militants d’En marche ! qui venaient en pèlerinage admirer la maison du couple présidentiel.
D’avoir gagné Étaples ne lui a donc servi à rien.

Le parcours « sans faute » de notre hôte jupitérien de l’Élysée, que nous vantent à longueur de journée les médias, prend l’allure d’une Bérézina.
La belle-fille du roi qui tombe au Touquet, c’est l’image d’En marche ! par terre.
Et le taux d’abstention record dans notre pays, c’est la réalité d’un pouvoir construit sur du sable.
Bref, la victoire de Daniel Fasquelle (LR) sur la circonscription du Touquet sonne le réveil des Français.
Le deuxième est la victoire d’Emmanuelle Ménard sur la sixième circonscription de l’Hérault.
C’est bien de la victoire d’un rassemblement des droites qu’il s’agit.

Le bla-bla « sans queue ni tête » et inquiétant de l’égérie de Mélenchon



Le 23/06/2017

 
Pour siéger à l’Assemblée, Jean-Luc Mélenchon a déniché une pépite : Danièle Obono.

Une agitée du bocal militante altermondialiste, féministe, antiraciste, proche des Indigènes de la République, parti racialiste accusé d’antisémitisme, de sexisme, d’homophobie… Jean-Luc ratisse large.
Est-il nécessaire d’ajouter que cette dame estime que le racisme anti-blanc est un concept dangereux ?
Non… Le produit bénéficie de toutes les options.
 Nous sommes dans le haut de gamme de la pensée antifa-bobo-afro-gaucho-pédalo.
Une synthèse à elle toute seule.
 L’usine à gaz de la justification des contresens les plus abscons.
Ainsi, cette fraîchement élue députée de la 17e circonscription de Paris patauge au micro de RMC pour justifier son soutien à la chanson « Nique la France ! » du groupe ZEP.
À coups de « voilà » toutes les trois phrases et d’arguments bidon noyés dans une diarrhée verbale, l’invitée de ce « Grand Oral » rame de toutes ses forces…
Hélas, le bateau n’avance pas.
Le prétexte de la liberté d’expression fait plouf…
Autour de la table, c’est la consternation…
Les mines sont défaites face à cette inversion de l’état d’esprit qui doit animer tout élu d’un pays.

L'AFP a-t-elle tenté d'étouffer l'affaire Ferrand ? Des journalistes maison l'affirment

Le 23/06/2017
 
 
L'AFP a-t-elle tenté d'étouffer l'affaire Ferrand ? Des journalistes maison l'affirment
 
Richard Ferrand répond aux journalistes en mai 2017, photo ©CHARLY TRIBALLEAU / AFP
 
Le syndicat SNJ-CGT accuse l'agence de presse d'avoir censuré des informations gênantes pour le pouvoir.

 Selon eux, l'AFP aurait pu sortir l'affaire des Mutuelles de Bretagne avant le Canard enchaîné, mais la direction de l'agence s'y serait opposée.
«L'Affaire Richard Ferrand, sortie par le Canard enchaîné dans son édition du 24 mai, aurait pu être révélée par l'AFP», dénoncent les journalistes de l'AFP du syndicat SNJ-CGT dans un communiqué publié ce 22 mai 2017.
Afin d'étayer cette lourde accusation, aux mieux de favoritisme, au pire de collusion avec le pouvoir, les journalistes font valoir que, selon eux, l'AFP était en possession des informations.
 «Mais la rédaction en chef France [de l'AFP] n'a pas jugé le sujet digne d'intérêt», affirment-ils, poursuivant : «Qu'un possible scoop sur une affaire politico-financière impliquant le numéro deux du nouveau parti au pouvoir ne soit pas jugé intéressant, voilà qui est troublant. Surtout après les affaires Fillon et Le Roux qui ont émaillé la campagne présidentielle.»



Mais ce n'est pas tout.
 Les journalistes affirment que l'AFP a eu une chance de se rattraper avec le témoignage, très embarrassant, de l'avocat chargé de la vente de l'immeuble à Sandrine Doucen, épouse de Richard Ferrand.

jeudi 22 juin 2017

Le chef d’état-major de l’armée autrichienne: « Maitriser militairement la crise migratoire est possible, mais la volonté politique manque. »

Le 22/06/2017
 
 
Othmar Commenda1


Dans une interview tenue le 20 juin, on a demandé au chef d'état-major de l'armée autrichienne, Othmar Commenda s'il était possible de fermer la mer Méditerranée. C'est une question que toute l'Autriche se pose.
 
Sa réponse a été à la fois claire et pragmatique:
"D'un point de vue militaire, les routes des réfugiés à travers la Méditerranée peuvent être observées de très près. (...) Au sein de l'UE, la plupart des États membres disposent déjà des moyens stratégiques nécessaires pour contrôler les routes des réfugiés à travers la mer et réduire l'immigration clandestine.

Commenda a ajouté:

"D'un point de vue militaire, il est possible d'arrêter la quasi-totalité des navires réfugiés en direction de l'Europe. Comme dans toutes les questions de sécurité, comme cela ressort clairement de l'expérience acquise dans les Balkans (réduction de 96% du nombre de réfugiés), quelques petits trous risquent de rester ouverts. Mais même maintenant,
La Méditerranée est constamment observée depuis les airs: par des stations radar volantes, des AWACS et des avions qui servent principalement à détecter les sous-marins, les drones et les satellites utilisés par les agences de presse.

TVL, journal du jeudi 22 juin 2017: Remaniement : Un Modem réduit à peau de chagrin

 



Ajoutée le 22 juin 2017
 
01:31 - Cap sur l’Assemblée / Remaniement : Un Modem réduit à peau de chagrin
10:59 - Société / Terrorisme : une loi pour rien ?
13:06 - Société / Remise en liberté des Jacob, et après ?
17:36 - Economie / Télécom : les limites de la fin des frais d'itinérance
19:15 - Europe / Italie : la ligue du nord à la croisée des chemins
22:51 - L’actualité en bref
27:21 - La France de Campagnol

Les constructifs ou les déserteurs ?

 

Wikimedia
Le 22/06/2017

Qu’elle est belle, notre nouvelle démocratie.

Ils n’avaient pas osé se rallier aux initiales d’Emmanuel Macron, en espérant conserver leur place sur les bancs de l’Assemblée nationale.
Ils avaient assuré leur parti de leur fidélité absolue.
Et avaient du même coup et, comme dirait le Líder Manuello, en même temps trompé celles et ceux qui leur avait accordé leur voix, préférant confier leur destinée politique à un LR plutôt qu’à un ou une LREM.
Eh bien, non.
Leurs électeurs avaient tout faux.
Et eux, cette vingtaine de parlementaires élus sous la bannière de Les Républicains, à peine leur élection validée, se sont empressés de faire un bras d’honneur à leurs électeurs et à leur patron Christian Jacob.
Avec la plus belle hypocrisie, le député-maire de Boulogne, hélas brillamment réélu, Thierry Solère a annoncé qu’il avait créé un groupe avec dix-huit députés de l’UDI et une vingtaine de LR, qui sera bienveillant à l’égard des propositions que feront les députés de l’écrasante nouvelle majorité.
Et comme cette sournoiserie ne pouvait pas se faire sans le plus grand sérieux, et la plus grande solennité, Thierry Solère nous annonçait sur toutes les chaînes télé, elles aussi bienveillantes, le nom de ce nouveau groupe !
 Ne riez pas, cher lecteur et chère lectrice, et chers tous : ce sera Les Constructifs.
Et pour être plus précis et rigolo, ce sera LRCUI, autrement dit « Les Républicains constructifs, UDI et Indépendants »


Zemmour aurait parlé plutôt de déconstructeurs.

mercredi 21 juin 2017

TVL, journal du mercredi 21 juin 2017: Bayrou, Sarnez, Ferrand, Goulard : les encombrants débarqués !




Ajoutée le 21 juin 2017
 
02:00 - Cap sur l’Assemblée
11:26 - Terrorisme / Belgique : l’Europe à feu et à sang
14:22 - Armée / Les militaires disent adieu au Famas
16:30 - Société / Fête de la Musique : objet culturel non identifié
18:54 - International / L'EI cerné à Mossoul et Raqqa
22:44 - L’actualité en bref
27:21 - La France de Campagnol

Richard au Parlement, comme le Mistral, c’est le Ferrand gagnant !

 


Le 21/06/2017


En quittant le gouvernement, Richard Ferrand bénéficie désormais de l’immunité parlementaire.
 
Oukéti, oukéti ?
 Lapala, lapala !
Et tes cent thunes, dans le baba.
 On se croirait dans le Barbès parisien, au Marché aux voleurs, ambiance Les Ripoux, très pittoresque film de Claude Zidi, millésime césarisé de 1984.
C’est, en gros, le scénario de l’exfiltration de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, chargé de remettre un peu de cohésion dans la future Assemblée, même si légèrement plombé par des affaires qui, naguère, n’auraient pas fait plus de bruit que ça, mais qui, aujourd’hui, agitent le Landernau journalistique.
Oukéti ?
 Laplula !
 Richard Ferrand, donc, fort d’une élection de maréchal dans son Finistère natal, serait chargé de diriger le prochain groupe LREM au Parlement, histoire, sûrement, de tenir en laisse la masse de jeunes impétrants n’ayant pas forcément lumière, eau et gaz à tous les paliers (voir leurs récentes interventions télévisuelles pour mesurer l’ampleur du désastre).
Tiens, au fait, truc bizarre ayant échappé à nos chers confrères : LREM pour La République en marche, ça sonne encore mieux que l’UMPS, acronyme jadis popularisé par Marine Le Pen.
Ça fait LR & EM, comme Jacob et Delafon ou, mieux, (L)es (R)épublicains et (E)mmanuel (M)acron… Passons.

Oukéti, mépala ?
Eh oui, en quittant le gouvernement, Richard Ferrand bénéficie désormais de l’immunité parlementaire.

Un islamiste poignarde un paysan en plein travail : c’était dimanche, à côté de chez moi

 
 


Le 21/06/2017


Cela se passait près du joli village de Laroque-Timbaut, dimanche, vers 21 h.

Il y a islamiste des Champs et islamiste des champs.
Hier, la « tentative d’attentat », pour parler comme M. Collomb, n’a fait qu’une victime : le terroriste lui-même.
Mais le lieu, les Champs-Élysées, a occulté une autre attaque sanglante, qui a fait un blessé grave, dans un coin perdu de la France profonde, ici, à côté de chez moi.
Certes, on savait bien que notre beau département du Lot-et-Garonne (47) était, lui aussi, particulièrement touché par la gangrène islamiste.
 Il y a deux semaines, un coup de filet des services antiterroristes permettait d’arrêter plusieurs individus, dont un enseignant.
Ce qui, après la découverte du « thésard » du parvis de Notre-Dame, révélait qu’il n’y avait pas, dans cette armée islamiste de moins en moins dormante, que des racailles, mais aussi des individus susceptibles d’être intégrés et même d’occuper des postes exigeant certaines compétences intellectuelles : enseignant, chercheur, journaliste.
Mais qui eût cru, dans nos chaudes campagnes où les blés blondissent, qu’un dimanche soir de juin où la moisson bat son plein un islamiste radicalisé de nos campagnes, avec un complice, tous deux motorisés, se seraient dirigés vers une moissonneuse-batteuse en pleine action, l’auraient immobilisée et, son conducteur descendu, l’auraient poignardé violemment en hurlant : Allah Akbar ?
Cela se passait près du joli village de Laroque-Timbaut, dimanche, vers 21 h.
Selon le journal Sud-Ouest :
« Le deuxième agriculteur présent sur le champ est venu au soutien de son collègue, avant que l’agresseur ne prenne la fuite.
La victime a été opérée, sitôt arrivée aux urgences.
Malgré la gravité de ses blessures, son pronostic vital ne serait pas engagé.
Un suspect aurait été arrêté par la police peu de temps après les faits.
 L’agresseur présumé, âgé d’une quarantaine d’années, serait connu par les services de renseignement comme une personne susceptible de s’être radicalisée.

mardi 20 juin 2017

Pas-de-Calais : un barrage de migrants sur l’autoroute provoque un accident mortel

 
20/06/17 – Guemps.

 Neuf migrants ont été interpellés…

 
Ce matin, un barrage de troncs d’arbres installé par des migrants sur l’autoroute A16 a causé la mort d’un automobiliste.
Il était 3h45 lorsque deux camions ont freiné à la vue d’obstacles qui entravaient la route au niveau de Guemps (Pas-de-Calais).
 Une camionnette qui roulait derrière eux n’a pas pu éviter l’accident.
Le véhicule immatriculé en Pologne a alors pris feu, causant la mort de son conducteur.
Pour le moment, l’identité de la victime n’est pas connue.
C’est la première fois qu’un barrage posé par des migrants provoque un accident mortel.
Au total, ce sont cinq barrages qui ont été installés depuis trois semaines sur l’A16, dans le Calaisis. Une pratique irresponsable et dangereuse qui était devenue quotidienne avant le démantèlement de la “jungle de Calais“.
En entravant la circulation sur l’autoroute au beau milieu de la nuit, les migrants cherchent à embarquer clandestinement dans les poids-lourds à l’arrêt.
Leur but, rejoindre la Grande-Bretagne à tout prix…
 
Neuf migrants de nationalité érythréenne ont d’ailleurs été interpellés ce matin dans l’un des camions bloqués par le barrage.

 Ils ont été placés en garde à vue.

source

TVL, journal du mardi 20 juin 2017: Terrorisme / Les Champs Elysées : terrain d’attentat pour les islamistes

 



Ajoutée le 20 juin 2017
 
01:30 - Cap sur l'Assemblée
12:57 - Terrorisme / Les Champs Elysées : terrain d’attentat
16:25 - Sécurité / Incendie à Londres : un manque de sécurité mortel
19:09 - Union Européenne / Grèce : la guérison par la mort
22:59 - Société / Les héros de la fondation Lejeune
25:30 - L'actualité en bref
31:23 - La France de Campagnol

La Russie cesse de coopérer avec les USA dans le cadre du mémorandum sur le ciel syrien

Le 20/06/2017


Charles Sannat
20 juin 2017 
 
Le torchon brûle de façon importante entre la Russie et les USA alors que l’on pouvait espérer, avec l’arrivée de Trump, plutôt un apaisement des relations russo-américaines.
 
Mais non seulement ce n’est pas le cas mais en plus on parle d’aggravation des sanctions antirusses, et suite au fait qu’un avion syrien a été abattu par la coalition, la Russie vient de suspendre toute coopération avec les USA dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien.
Or quand vous avez, dans un tout petit espace, beaucoup de forces militaires concentrées et de grosses doses de testostérone, cela finit généralement mal.
 Ne plus se parler n’est donc jamais bon signe.
Comme on le dit très souvent au sujet du Proche-Orient, et qui je trouve est le meilleur résumé des problèmes de cette région : “Beaucoup trop d’histoire, trop peu de géographie.”
 
Charles SANNAT
 
En réponse à l’avion syrien abattu par la coalition anti-Daech, la Russie a suspendu toute coopération avec les États-Unis dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien.
La Russie a pris la décision de cesser de coopérer avec la partie américaine dans le cadre du mémorandum sur la sécurité et la prévention des incidents dans le ciel syrien, a annoncé le ministère russe de la Défense.

NKM, ou la comédie politique surjouée

 


Le 20/06/2017

 
Nathalie Kosciusco-Morizet s’est donc à nouveau évanouie.

 Cette fois-ci à cause d’un scrutin électoral défavorable, puisqu’elle a été battue dans ce qui constituait un bastion de la droite dite républicaine : la 2e circonscription de Paris.
Une défaite qui « pourrait donc entraver sa future candidature à la mairie de Paris » (source : LesEchos.fr).
Rappelons qu’elle siégeait à l’Assemblée depuis 2002 – le choc a dû être rude.
Cependant, plus qu’un vote d’adhésion à La République en marche, à travers son candidat – Gilles Le Gendre –, on peut légitimement se demander si la propension de NKM à se mettre systématiquement en scène ainsi que son égotisme n’ont pas agacé l’électorat parisien.
Je ne parle même pas de son agression qui, photos et témoignages à l’appui, révèle que le geste de Vincent Debraize – maire d’une commune de l’Eure –, pour autant qu’il était effectivement la marque d’un délitement du savoir-vivre en France – comme l’a expliqué ici-même Philippe Bilger –, a été quelque peu exagéré.
L’avocat de l’intéressé, mis en examen depuis, a d’ailleurs déclaré au micro de France Info : « La discussion s’est échauffée à tel point qu’à un moment, la candidate a brandi les tracts de manière proche du visage de mon client, et a proféré les propos suivants : “Dégage connard”, à deux reprises. »
Ce qui est très vraisemblable.
Souvenons-nous que la dame avait autrefois déclaré sur Canal+ : « Les climato-sceptiques sont des connards. »
Cette défaite de NKM s’ajoute donc à ses espoirs déçus d’occuper un ministère dans le gouvernement d’Édouard Philippe, après avoir accepté la main tendue du saprophyte présidentiel – qui s’est nourri des restes de la gauche et de la droite dite républicaine.

Le vrai extrémiste, c’est Macron !

 


Le 20/06/2017


Un jour ou l’autre – mais cela arrive toujours -, la vérité rattrape l’artifice.
 
Les journalistes ont vite fait de qualifier le FN et LFI d’« extrémistes ».
 Certains, même, affirment (ce que personne ne leur demande) qu’il ne faut pas (en dépit de l’énorme anomie élective qui traduit la fin de la démocratie) modifier le système électoral en faveur de la proportionnelle, car « ce serait donner trop de poids au FN ».
Et personne ne semble s’étonner ni de ces graves erreurs ni de ces sévères atteintes à la démocratie…
Il y a lieu de rectifier ces fautes lourdes (on dirait fake news).
 Car la manipulation qui vient de réussir – avant tout grâce aux trahisons historiques de Fillon et de l’ex-UMP – porte aux affaires un système qui cristallise « LE » système en une concrétion encore plus dure.
Certes, le programme de Macron a été soigneusement masqué.
 Pour les meetings, on restait dans un télévangélisme flou, parfois grotesque, évitant systématiquement de parler de ce qui pourrait fâcher.
 À lire les tracts standards de la campagne législative, on croit deviner que EM est en faveur de tout ce qui est bien, mais pas pour ce qui est mal…
Pour l’éducation (en particulier apprendre à lire et écrire : bravo !).
Pour la culture (excellent).
 Pour la sécurité (merci).
 Pour la solidarité (très bien).
Pour la qualité de vie (aah…).
Pour l’économie (tiens ?).
Du travail de communicant primaire.

lundi 19 juin 2017

L'Europe comme on ne vous l'a jamais expliquée

Le 19/06/2017
 
 



Ajoutée le 26 mai 2017
 
Exposé vulgarisé.

Comprendre simplement les institutions de l'Union européenne, quelle place la France y tient et quelles en sont les conséquences.

Vu sur le web

Passionnant

Islamisme. « Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul »

Le 19/06/2017
 

islamiste


19/06/2017 – 08h20 Mossoul (Breizh-Info.com) – 

« Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul ».

Cette phrase est du général Abdelghani Al-Assadi, commandant du CTS, le contre-terrorisme irakien. Elle vise les islamistes « français» (la plupart, issus de l’immigration, sont français en vertu du droit du sol) engagés avec Daesh.
Dans un entretien exclusif donné au journal Paris Match, le général confirme un accord tacite entre la France et l’Irak : aucun militant français de l’Etat Islamique ne doit revenir vivant en France.
Cela confirme l’enquête menée par le Wall Street Journal au mois de mai 2017, qui révélait que la France éliminait les islamistes partis combattre avec Daesh – ce qui semblait interpeller la presse subventionnée…
« Depuis des mois, les forces spéciales françaises font appel à des militaires irakiens pour traquer et éliminer des ressortissants français membres de la hiérarchie de Daech, selon des sources irakiennes et des responsables français, dont certains sont encore en activité.
Les officiers irakiens qui commandent les opérations à Mossoul affirment que les forces spéciales françaises ont fourni aux unités irakiennes spécialisées dans la lutte antiterroriste les noms et les portraits de près d’une trentaine d’hommes identifiés comme des cibles prioritaires.
Un nombre, pour l’heure inconnu, de ressortissants français ont été tués par l’artillerie et les forces terrestres irakiennes, assure-t-on de même source, grâce à des coordonnées et d’autres informations transmises par les Français.» explique Courrier International.
Mille sept cents Français auraient rejoint les rangs de l’État islamique en Irak et en Syrie, selon le Soufan Group, une organisation basée à New York et spécialisée dans l’extrémisme.

Allemagne : les Crimes d'Honneur Musulmans se Multiplient

Le tribunal a écouté le récit du meurtre commis par Amer K., qui croyant que sa femme, mère de ses trois enfants, voulait divorcer, l'a poignardée dans la poitrine et au cou plus de vingt fois avec un grand couteau de cuisine.
  • « Puis il a saisi le couteau et l'a plongé dans sa poitrine, [pénétrant] le péricarde et le muscle cardiaque. Un deuxième coup a ouvert la cavité abdominale gauche. Nurettin B. s'est alors emparé d'une hache. Avec le côté contondant, il a frappé à la tête, lui fracassant le crâne. Puis il a attrapé une corde et formé un nœud coulant qu'il a serré autour du cou de la victime amarrant l'autre extrémité au point d'attelage situé à l'arrière de [sa voiture] ... Il a roulé ensuite à 80 km/h jusqu'à ce que la corde se casse. » - La procureure nationale Ann-Kristin Fröhlich, reconstruisant les actes du mari.
  • A Ahaus, un demandeur d'asile nigérian de 27 ans a poignardé à mort une femme de 22 ans, qui avait offensé son honneur en rejetant ses avancées romantiques.
Le procès d'un Kurde qui a ligoté une de ses trois épouses et l'a traînée au sol derrière sa voiture dans les rues d'une ville de Basse-Saxe a attiré l'attention sur l'épidémie de violence qui sévit actuellement en Allemagne au nom de l'honneur musulman.
La violence d'honneur – qui va de la maltraitance psychologique au meurtre en passant par la violence physique et sexuelle - est généralement pratiquée au sein d'une famille ou d'un clan par les hommes contre les femmes quand ces dernières sont accusées d'être un vecteur de honte pour la famille ou le clan.
Les infractions d'une femme à l'honneur sont variées : elles vont du refus d'un mariage arrangé, à une relation avec un non-musulman ou à une personne non approuvée par la famille, en passant par le refus de demeurer prisonnière d'un mariage abusif ou le désir de s'ouvrir à un mode de vie jugé trop occidental.
 En réalité, les lignes entre les crimes d'honneur et les crimes passionnels demeurent floues et tout comportement féminin perçu comme un défi à l'autorité masculine peut entrainer des représailles, parfois extrêmement brutales.
Le 22 mai, un tribunal de Hanovre a eu à juger Nurettin B, un Kurde de 39 ans, originaire de Turquie, qui a tenté d'assassiner sa deuxième épouse, Kader K., 28 ans, après qu'elle lui ait demandé de fournir une pension alimentaire pour leur fils de deux ans.
Ann-Kristin Fröhlich, procureure nationale, a reconstitué les agissements de Nurettin B, ainsi :
« Le 20 novembre 2016, vers 18 heures, Nurettin B. a pris sa voiture à Hamelin pour rencontrer Kader K. Le coffre contenait un couteau, une hache et une corde. Son fils âgé de deux ans qui avait passé le week-end avec lui était sur le siège arrière de la voiture. Dans la rue, le couple séparé a commencé de se disputer et Nurettin B. a frappé son ex-femme. Puis il a saisi le couteau et le lui a plongé dans la poitrine. La lame de 12,4 centimètres a traversé le péricarde et le cœur Une deuxième coup a percé la partie gauche de l'abdomen. Nurettin B. a ensuite sorti la hache. Avec le côté contondant, il frappé la tête et le haut du corps, lui fracassant le crâne.
« Puis il a saisi la corde et formé un nœud coulant qu'il a passé au cou de la victime. L'autre extrémité de la corde a été fixée au crochet d'amarrage situé à l'arrière de sa VW Passat noire. Nurettin B. a démarré parcourant les rues à 80 km / h. Mais après 208 mètres, la corde s'est rompue. Kader K. a été projetée contre le trottoir. Nurettin B. a conduit ensuite jusqu'au poste de police ou il s'est rendu. L'enfant était toujours assis sur le siège arrière. »

TVL, journal du lundi 19 juin 2017: Edition spéciale élections législatives

Ajoutée le 19 juin 2017
 

 

15:50 L’actualité en bref
21:29 La France de Campagnol

Le gouvernement va démissionner «dans la journée» pour un «remaniement technique»

Le gouvernement va démissionner «dans la journée» pour un «remaniement technique»©

Charles Platiau Source: Reuters
Le Premier ministre Edouard Philippe
 
- Avec AFP
Le Premier ministre Edouard Philippe devrait remettre «dans la journée» la démission de son gouvernement avant un «remaniement technique», a annoncé le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner au lendemain du second tour des législatives.
                                   
«Le Premier ministre sera amené dans les heures qui viennent à amener sa démission, comme d'usage [...] dans la journée je pense», a déclaré Christophe Castaner le 19 juin sur RTL.
«Dans les jours qui viennent, un nouveau gouvernement sera constitué sous l'autorité, je pense, d'Edouard Philippe», a ajouté le porte-parole du gouvernement, qui a évoqué «un remaniement» qui, selon lui, ne doit pas être «d'ampleur», mais plutôt «un remaniement technique, et une confirmation, celle d'Edouard Philippe».
La République en Marche avec son allié du MoDem a obtenu le soir du 18 juin une confortable majorité absolue à l'Assemblée (351 sièges), dans un second tour marqué par une abstention record (près de 57%).



Majorité écrasante pour LREM : le flop des «élections les plus démocratiques de l'Histoire»            
 
«Il y a un an, Emmanuel Macron n'avait aucune chance d'être président de la République; il y a trois mois nous n'avions aucune chance d'avoir une majorité absolue et il y a quinze jours on nous disait "ça va être un raz de marée, ça va être trop".