mercredi 7 décembre 2016

Présidentielle 2017: foire d'empoigne à gauche.

Le 07/12/2016


Foire d'empoigne: Perte de toute retenue, de tout repère moral. Vol, pillage et violation systématiques. Lutte sans merci. Débandade ( sce: Wiktionnaire, le dictionnaire libre )
 
On peut penser ce que l'on veut de la primaire de la droite et de ses candidats mais au moins avait-on un casting de qualité et d'expérience.
1 ancien président, 2 anciens premiers ministres, 1 ancienne ministre...
Bref des gens qui globalement sont ou ont été des hommes d'Etat, l'expérience de l'appareil et de l'action internationale, en plus.
Et au final, nous avons Fillon dont nul, à droite comme à gauche, ne conteste les capacités à endosser l'habit présidentiel.

Voyons maintenant ce qu'à ce jour la gauche nous propose, primaire ou hors primaire...

Gérard Filoche, 70 ans, grossier personnage sans aucune expérience, pas même celle d'un simple secrétariat d'Etat à la mer ou à la diversité, et dont les seuls faits de gloire sont d'avoir été inspecteur du travail ( et quand on a eu à faire à ces gens-là...enfin, bref ) et d'avoir pleuré à la télévision parce qu'il n'était pas content de la politique mené par des camarades à lui.

Benoît Hamon, ministricule de l'EN pendant à peine un an avant de se faire virer.
 Il ambitionne la nationalisation des banques et la légalisation du cannabis, de la GPA aussi.

Arnaud Montebourg et sa marinière, le défenseur acharné du made in France mais qui n'est même pas foutu de dire " fait en France", le gars des petits pains au chocolat livrés de bon matin aux grévistes de Florange.
Ministre du redressement de rien du tout de 2012 à 2014 puis de l'économie en 2015.

Marie-Noëlle Lienneman, tellement connue qu'on ne sait même pas ce qu'elle a foutu de sa vie à part bouffer aux râteliers républicains.
 En politique et au parti socialiste depuis 1971, ex-ministre de Bérégovoy, a bouffé à toutes les gamelles de la République.

Emmanuel Macron, l'inspirateur de la politique économique de l'actuel président, président qui a du abandonner le navire faute de résultats.
 De Macron, ex-banquier, on retiendra la loi du même nom et ses autocars.
Un peu léger, non pour devenir chef de l'Etat, non ?
 Un bon point tout de même: il parle l'anglais et... enfin bref...

Jean-Luc Mélenchon, tribun hors-pair, ayant appelé à voter Hollande " sans conditions " pour en dire pis que pendre après.
 L'extrême-gauche dans toute sa splendeur, adorateur de Chavez ou de Castro.
Reconnaissons lui au moins une qualité: il me fait rire quand il cause.
Une vague expérience ministérielle remontant à plus de 10 ans.


François de Rugy. Qui ?
 François de Rugy, je sais personne ne le connaît, c'est l'écolo de service.
Son projet pour la France ?
 " S'attaquer au changement climatique ".

Jean-Luc Bennamhias: la star des girouettes, un coup au PS, un coup au Modem, un coup à fricoter avec EELV, il crée un parti de rien qui finira en... rien.
Jamais ministre mais vivant au frais de la République depuis des lustres.
 Son truc ?
 La COP21 et la lagalisation du cannabis.

Pierre Larrouturou, un truc comme ça. Lui, il a tout compris, il veut passer des 35h aux 32 heures.

Yannick Jadot, ex de Greenpeace, le tombeur de Cécile Duflot, ce qui lui vaut une certaine renommée et quelques remerciements, une carrière professionnelle oscillant entre engagements humanitaires et gamelles républicaines ou européennes.
Poulain de Cohn-Bendit, c'est tout dire.
Partisan de l'interdiction de la production de foie gras, le con !

Maxime Legrand, un obscur conseiller municipal de Poissy, défendant l'idée d'un " patrimoine universel " versé aux étudiants, se dit " auditeur attentif de Johnny Halliday ".

Fabien Verdier, 35 ans conseiller municipal de Châteaudun, ancien conseiller ministériel de Michèle Delaunay et de Nelkacem.

Régis Passérieux, rien que son nom devrait le disqualifier, catho de gauche soutenu par les Poissons Roses, le pendant socialiste du Poisson de droite.

Sylvia Pinel, des radicaux de gauche, fille spirituelle de Baylet, pique-assiette de la République par excellence.

Philippe Poutou du NPA qui déclare, comme Jupé, avoir la pêche.

Nathalie Artaud, la successeuse et clone d'Arlette Laguiller, la candidate des travailleuses-travailleurs qui se font plumer par les méchants capitalistes.

Manuel Valls qu'on ne présente plus, français de fraîche date, ancien sinistre de l'Intérieur, ancien Premier ministre, l'homme des 5% à la primaire des gauchistes de 2011 et des coups de menton à répétition, l'homme qui, pointant les bancs de l'opposition, déclara: " le retour du terrorisme, c'est vous ! "; bref, une vraie teigne qui a réussi l'exploit, avec Président, de se mettre toute une partie de la gauche sur le dos.
Du Caudillo en puissance, son dernier décret en tant que Premier, publié en toute discrétion, place la cour de cassation de Paris sous le contrôle direct du gouvernement.

Et comme si tout ce joli monde ne suffisait pas, voilà t'y pas que quelques fidèles de Hollande aurait fait le forcing auprès de Peillon pour que celui-ci se présente.
Ce qui devrait être fait incessamment sous peu.
Vincent Peillon, le laïcard de première, l'inspirateur de Belkacem, le bouffe-curé, l'homme qui n'hésita pas à dire qu'il fallait " arracher les enfants aux déterminismes familiaux ".
Pouah ! Pouah, peut-être, mais possiblement l'arme fatale pour briser l'élan de Valls.

Quant aux cocos, ils se font désirer, le temps que Pierre Laurent ou André Chassaigne se décident puisque les militants, ce qu'il en reste, ont décidé ce coup-ci de ne pas se ranger derrière Mélenchon.

18 candidats déclarés à ce jour !
Alors certes, rien ne dit qu'ils auront tous les 500 signatures qui pour le première fois seront publiées ni les parrainages nécessaires pour ceux qui joueront à la Belle Alliance Populaire, mais tout de même, 17 candidats , ça le fait.
 
C'est dire si ce qui nous sert de Président a parfaitement réussi son entreprise de destruction massive de la gauche française.

Entre ego boursouflés, candidatures de témoignage et candidatures ridicules, y en a-t-il seulement un parmi cette clique qui soit capable d'endosser le costume et la stature de futur chef de l'Etat ?
 
Je vous laisse juge.

corto74

1 commentaire:

  1. Mélenchon ... le gars qui fustige ceux qui ont des tunes alors qu’il est millionnaire par ses biens immobiliers ! Il n’est pas nécessaire d’être pauvre pour défendre les pauvres, mais là ça frise l’indécence.
    18 ? Mazette, rien que ça, ce sont presque tous les encartés au PS qui sont candidats.
    Lors du vote des primaires de gauche, ou de gôche, faisons comme eux en allant voter pour le plus nul qui mettra des bâtons dans les roues de celui qui peut être désigné, marre de la gauche qui piétine la France à chaque fois qu’ils prennent la parole.

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.