samedi 10 décembre 2016

Pays-Bas : le député Geert Wilders jugé coupable de discrimination! Mais aucune sanction n'a été prononcée contre lui.

Le 10/12/2016


Geert Wilders face à la justice néerlandaise
 
© Remko de Waal Source: AFP
 
Geert Wilders face à la justice néerlandaise  
 
Le chef du Parti pour la liberté (PVV) était jugé pour discrimination et incitation à la haine pour des propos prononcés il y a plus de deux ans. 
                                   
Un tribunal néerlandais a condamné le 9 décembre l'homme politique Geert Wilders pour discrimination.
Il a néanmoins été relaxé d'incitation à la haine contre les Marocains.
 Aucune sanction n'a été prononcée contre lui.

Geert Wilders est une nouvelle fois dans la tourmente.
 
Geert Wilders s'en prend aux Marocains et se retrouve poursuivi 

Geert Wilders, qui n'était pas présent à l'audience, va faire appel de sa condamnation pour discrimination, a fait savoir son avocat aussitôt le jugement connu.
Le leader du PVV a par ailleurs répondu à sa condamnation dans une vidéo.
Geert Wilders y a affirmé qu'il s'agissait d'un «procès politique», mené par un parquet «marionnette» du gouvernement, en vue de le réduire au silence avant les élections législatives néerlandaises du 15 mars 2017.
Le 23 novembre, Geert Wilders avait déjà plaidé devant les juges que ses propos n'étaient pas un appel au génocide, mais une référence à la plate-forme officielle du PVV.
Geert Wilders avait par ailleurs affirmé avoir toujours été hostile à la violence.

La veille de l'ouverture de son procès, Geert Wilders avait également réagi dans une lettre : «Je n’ai rien dit de mal, des millions de Néerlandais – 43 % de la population – veulent moins de Marocains». Il écrivait encore : «Pas parce qu’ils détestent les Marocains ou veulent qu’ils quittent tous le pays, mais parce qu’ils en ont assez de la terreur que font régner tellement de Marocains».

Lors d'un rassemblement en mars 2014 à la Haye, Geert Wilders avait posé une question à ses militants : «Vous voulez plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas ?»
 Face à la foule qui scandait : «Moins ! Moins ! Moins !», il avait répondu : «Nous allons nous en charger».

Parmi les mesures mises en avant par le PVV figurent l'interdiction de l'immigration, l'expulsion des criminels marocains binationaux et la mise en place d'une politique de «rapatriement librement consenti».

Selon certains sondages, l'élection législative de mars 2017 pourrait voir le PVV obtenir davantage de députés que le parti du Premier ministre Mark Rutte.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.