lundi 5 décembre 2016

Les podo-suceurs porte-poisse

 


Le 05/12/2016


 
Décidément, à gauche, on ne peut plus compter sur personne ! Sauf sur Pierre Bergé quand il s’agit de tweeter une de ses trémulations épileptoïdes

François Hollande ne se représente pas, et voici des millions de sans-dents orphelins.
 Mais pas qu’eux.
Rive gauche aussi, un fleuve de larmes coule depuis La Closerie des Lilas jusqu’à la rue de Solférino, tandis que montent des hôtels particuliers du VIe arrondissement des hululements de douleur.
Ce sont ceux des récents contempteurs du Hollande bashing,
« ce dénigrement permanent [qui] met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée […] »
​‌
Un « acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie ».
Bigre, rien que ça !
Mais moins de deux semaines plus tard, le grand homme tirait le tapis sous les pieds de ces podo-suceurs porte-poisse…
Ça rappelle une Valérie Pécresse tendant ses petits bras vers un Juppé déjà mort.
 Un seul être leur manque et tout est dépeuplé.
Pourtant, ils étaient venus, ils étaient tous là, chœur antique de beautiful people entonnant le « Te Deum » à la gloire du bilan de leur idole.
 Logique : intermittents du boulot mais permanents des subventions, peu d’entre eux poussent leurs Caddie chez Lidl ou mangent aux Restos du cœur la deuxième quinzaine du mois.
Pour Jean-Michel Ribes et ses quatre millions d’euros de subventions (dont deux de la mairie de Paris, soit presque autant que les 52 autres théâtres privés de la capitale), sa présence se comprend : des mamelles comme celles d’« Annie Dingo », ça se tète goulûment.
Mais Denis Podalydès, un Versaillais socialiste… c’est un oxymore !
Au chapitre « indépendance de la magistrature », on notera Laurent Davenas, avocat général à la Cour de cassation (celui qu’on avait dû aller chercher en hélicoptère dans l’Himalaya pour enfoncer Xavière Tiberi).
Dire qu’il y a encore des gens pour dire : « Je fais confiance à le justice de mon pays… »

Mais Catherine Deneuve, d’ordinaire mieux inspirée dans ses prises de position, que vient-elle faire dans ce radeau de La Méduse ?
 Et en parlant de momies, saviez-vous qu’on avait réhydraté celle de Pierre Douglas pour l’occasion ? Ils auront vraiment fait tous les fonds de tiroir…
En revanche, on remarque avec étonnement l’absence d’Albert Jacquard, Michel Piccoli, Yves Montand et Guy Bedos…
 Décidément, à gauche, on ne peut plus compter sur personne !

Sauf sur Pierre Bergé quand il s’agit de tweeter une de ses trémulations épileptoïdes :
« Voter Fillon, c’est voter pour la France réac, la Manif pour tous, qui m’a menacé de mort. La France pétainiste. Quand va-t-on à Vichy ? »
​‌
Pauvre vieille chose !
 Enfin, s’il y tient tellement, on le mettra sur la même charrette que Juliette Binoche, Irène Jacob, Sylvie Testud, Laure Adler et Mazarine Pingeot pour se faire tondre devant le siège des Républicains…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.