mercredi 9 novembre 2016

Victoire de Trump : l'Élysée avait préparé une seule lettre de félicitations... à Clinton

Le 09/11/2016
 
Le Palais de l'Élysée
 
Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP |
par Pauline De Saint-Rémy , Loïc Farge
 
CONFIDENTIELS RTL - Les conseillers de François Hollande et les diplomates français avaient plutôt confiance dans la victoire de la candidate démocrate dans la courses à la Maison Blanche.
 
La tradition est simple : le président français félicite le nouveau président américain élu, quel qu'il soit, non pas par un simple communiqué de presse mais par une lettre qui est rendue publique.
Le coup de téléphone dans la matinée est un petit peu un mythe.
 D'abord matériellement, c'est compliqué, à cause du décalage horaire.
Mais aussi tout simplement parce que, de l'avis même des conseillers de l'Élysée, le président élu outre-Atlantique a autre chose à faire dans les heures qui suivent son élection.

C'est la cellule diplomatique de l'Élysée qui se charge naturellement de la lettre de félicitations. Mardi 8 novembre en fin d'après-midi, une lettre avait déjà été préparée : celle qui s'adressait à Hillary Clinton.
 Les conseillers du président Hollande étaient plutôt confiants.

 Aucune lettre n'avait encore été rédigée à l'intention de Donald Trump.


 Bien sûr pour le milliardaire, les mots choisis ne seront pas tout à fait les mêmes. La lettre sera sans doute plus succincte, plus sobre.

En 2008, quand Barack Obama a été élu pour la première fois, Nicolas Sarkozy lui écrivait : "Votre victoire couronne une campagne exceptionnelle". Le président français parlait de "souffle" et d'"élévation" : "En vous choisissant, c'est le choix du changement, de l'ouverture et de l'optimisme qu'a fait le peuple américain". On voit mal François Hollande écrire la même chose à Donald Trump.

L'arrivée d'un nouveau président américain se prépare sur la scène internationale mais aussi sur le terrain.
Enfin, dans la mesure du possible.
 Manifestement, les diplomates de l'Élysée avaient plutôt confiance dans la victoire d'Hillary Clinton.
La démocrate était déjà bien connue de la diplomatie française.
Avec elle, les contacts sont déjà pris.

D'ailleurs le conseiller diplomatique en chef de François Hollande était à Washington en fin de semaine dernière.
Il a notamment rencontré Susan Rice, la conseillère à la sécurité nationale des États-Unis qui a un rôle important dans la diplomatie américaine.

Il n'a pas rencontré le camp Trump.

Avec l' élection du républicain, les choses seront beaucoup plus compliquées que prévu.

Son équipe est très peu structurée.
"On ne connait aucun des interlocuteurs", nous explique en toute transparence un conseiller du président français.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.