mardi 1 novembre 2016

Rennes. La nuit d'Halloween vire aux affrontements urbains

Le 01/11/2016
 
 
De nombreux feux de poubelles ont été déclenchés lundi soir à Rennes mais aussi à Saint-Jacques-de-la-Lande.

De nombreux feux de poubelles ont été déclenchés lundi soir à Rennes mais aussi à Saint-Jacques-de-la-Lande. | Photo : Ouest-France.

Publié le 31/10/2016
Modifié le 01/11/2016 à 08:41

Feux de poubelles et de voitures, véhicules de pompiers, de police et bus caillassés… La nuit d’Halloween a été particulièrement agitée lundi à Rennes et à Saint-Jacques-de-la-Lande.
 
« On est là pour porter secours aux gens et sauver des vies ! Pas pour se faire caillasser », raconte, dégoûté, ce sapeur-pompier de Rennes.

Pompiers caillassés
Lundi soir, alors que ses collègues ont sauvé des vies lors d'un incendie d’appartement à Villejean, lui s'est fait caillasser alors qu’il tentait d’éteindre un feu de poubelle dans le même quartier.
Sans motif et sans raison, des bandes de jeunes avaient décidé de fêter Halloween à leur façon.





Des bus pris pour cible

En allumant des feux sauvages, détruisant du matériel urbain et également en lançant des projectiles sur les bus du Star et en bloquant leurs circuits.
Une frénésie de violence gratuite.
Alertés, les policiers, dont les effectifs de la brigade anti-criminalité, sont intervenus pour protéger les pompiers et surtout empêcher les bandes de continuer à semer la panique dans le quartier.
Vers 20 h, une cinquantaine de jeunes faisaient face à la police.

Les policiers en intervention à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes.

Les policiers en intervention à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. | Photo : Ouest-France.

Tension dans plusieurs quartiers

L'ambiance était très tendue d’autant que d’autres incidents se produisaient dans d’autres quartiers de Rennes.
À la Bellangerais, à Maurepas, à la Poterie mais aussi à Saint-Jacques-de-la-Lande où, là encore, des pompiers ont été pris à partie et des feux de poubelles allumés.

À 23 h, de nouveaux incidents étaient signalés.
 La nuit n'était pas finie et les forces de l'ordre restaient sur le qui-vive.

ouest-france.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.