lundi 21 novembre 2016

Pour Hollande, ils font tous leur cinéma…

 


Le 21/11/2016


Nos pipoles montrent les crocs !
 
Assez de cet « incroyable procès en illégitimité », de « cet acharnement indigne » signe d’une « dérive dangereuse pour la démocratie » !
 Assez de cette ingratitude des Français à l’égard d’un homme qui « a parfaitement incarné la stature d’homme d’État » et qui a tant accompli depuis quatre ans.
 Et la soixantaine de "personnalités" de la société civile (sic), selon Le Monde, d’énumérer une vingtaine de mesures – enfin, de dépenses publiques – qui ont réenchanté la vie des Français et, assurément, changé la leur…
D’après ces 60 artistes, sportifs, créateurs mais aussi – paraît-il – « penseurs, chercheurs, entrepreneurs, citoyens indépendants », les quatre années hollandaises s’avèrent une succession de changements plus merveilleux les uns que les autres.
Plus de marges pour les entreprises, plus de pouvoir d’achat pour les ménages, moins d’impôts, diminution amorcée du chômage : on sent, là, à chaque énoncé, le douloureux vécu et le soulagement exprimés.
Création de postes dans l’Éducation nationale, garantie jeune, emplois d’avenir, soutien à l’apprentissage, refondation de l’école, mise en œuvre concrète de la transition énergétique, remboursement complet de l’IVG et de la contraception, extension de la parité dans les conseils départementaux : tous domaines qui, jusqu’alors, leur causaient d’insupportables insomnies.
 Et, on y vient… « la sanctuarisation du budget de la Culture ».
C’est écrit, comme cela, mine de rien, entre « le mariage pour tous » et « le renforcement de l’égalité professionnelle homme-femmes » – un sujet crucial chez les acteurs et actrices.
Et qui trouve-t-on, parmi ces illustres mobilisés, à vouloir rendre intouchable le budget qui les fait vivre ?
Les Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Sylvie Testud, Patrick Chesnais mais aussi Patrick Pelloux, Laure Adler ou encore Mazarine Pingeot (Mitterrand-Pingeot depuis peu).
Bref, derrière Monsieur 4 % se déploie la cavalerie des artistes et des nantis, à mille lieues des préoccupations des Français.
 Des artistes dont le métier est scandaleusement subventionné.


Scandaleusement subventionné ?
En 2012, le distributeur et producteur Vincent Maraval ne lançait-il pas ce pavé dans la mare concernant les acteurs français ?
 « Riches de l’argent public et du système de l’exception culturelle française. »
 Cotillard, Sy, Seydoux, Boon, Kiberlain, Gainsbourg parmi les acteurs les plus arrosés de subventions.
 Et les films ?
Les films d’auteur, en particulier, subventionnés jusqu’à 50 % – la limite légale.
L’Assemblée nationale, à majorité socialiste, en 2014, ne renforçait-elle pas encore l’une des nombreuses niches fiscales du cinéma, portant à 30 %, au lieu de 20, le taux du crédit d’impôt des investisseurs pour les films de moins de 7 millions d’euros ?
Une mesure mise en œuvre depuis cette année.
En outre, les acteurs ne perçoivent-ils pas, en France, des cachets allant de 500.000 à 2 millions d’euros – 1 million pour Dany Boon, pour quelques minutes dans Astérix – alors qu’ils acceptent beaucoup moins quand ils tournent aux États-Unis !
 « Dix fois moins de recettes, cinq fois plus de salaire », s’indignait Maraval.
Et on ne parlera pas des Halliday, Aznavour, Zazie et compagnie, considérés comme de « jeunes créateurs » bénéficiant ainsi de très confortables subventions !
Bref, vous comprenez qu’avec 400 millions d’aides par an de l’État, des chaînes de télé, des régions, à l’idée d’en perdre ne serait-ce qu’une miette, nos pipoles montrent les crocs !
Et le Président, dans tout ça ?
N’y serait-il pas un peu pour quelque chose, dans cet appel au Stop Hollande bashing ?
 L’amant de Julie Gayet dément formellement.
Tiens donc !
Le 19 novembre, en tournée dans le Sud-Ouest, il prenait pourtant bien soin de défendre « la Culture »…
 
Le but affiché de ces 60 et quelques supporters ?
 Absolument pas mercantile.
Ils en ont marre des « procès quotidiens », des « injures » et « des mensonges ignobles ».

Zut, à la fin, « François Hollande a droit au respect comme tout citoyen et comme président de la République ».
Si polis et si bien élevés, on n’aurait jamais cru.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.