dimanche 13 novembre 2016

(Exclusif) Arzon : Un migrant aurait agressé sexuellement une femme de 67 ans (MAJ)

Le 13/11/2016
 
 
MIGRANTS_ARZON
 
photo d'illustration
 
MAJ 13/11/2016 : 20h00 :

 Sur les réseaux sociaux, un appel à manifester demain, lundi 14 novembre, a été lancé par des internautes.

« Une femme agressée sexuellement en Bretagne par des « migrants » (dont la population ne souhaite pas la présence), c’est une agression de trop ! L’Etat ne gère absolument pas de façon sérieuse cette crise migratoire, par conséquent, nous vous donnons rendez-vous demain, lundi 14 novembre à 20h30 devant la mairie d’Arzon pour, qu’enfin, le Peuple se fasse entendre! »

peut on lire sur la page « Pas de migrants en Bretagne ».
 

13/11/2016 – 16H00 Arzon (Breizh-info.com) –

 A peine arrivé à Arzon, un migrant d’origine soudanaise, se déclarant âgé de 16 ans, aurait agressé sexuellement une femme, le jeudi 10 novembre 2016. Des faits passés sous silence par les autorités, mais dont Breizh-info a pu obtenir la confirmation. Il était accompagné de deux autres individus, soudanais eux-aussi.

 
Exhibition, violence et attouchements
 
La femme était en train de décharger son véhicule, lorsque le « réfugié » se serait jeté sur elle, lui aurait touché les seins, en essayant de l’embrasser.
Il aurait par ailleurs exhibé son sexe avant que la victime réussisse à prendre la fuite.

Très choquée, la femme est allée déposer plainte à la gendarmerie de Sarzeau.
Dans le même temps, le directeur du centre d’accueil et d’orientation pour mineurs (CAOMI) s’est présenté spontanément à la gendarmerie avec l’agresseur présumé, qui aurait reconnu les faits d’agression sexuelle.
Il aurait expliqué « avoir mal agi ».
L’individu a été placé en garde à vue.
On ignore à l’heure actuelle quelles suites la justice donnera à cette affaire.
Le suspect fait partie d’un groupe de douze « mineurs » migrants clandestins arrivés en provenance de la « jungle » de Calais le 28 octobre.
 Ils sont logés à Port-Navalo, dans la presqu’île de Rhuys, (Morbihan).
 
Silence total de la presse subventionnée

Si les faits s’avèrent exacts, il n’aura pas fallu longtemps avant que les premières exactions aient lieu en Bretagne, où le gouvernement a décidé d’imposer de nombreux migrants en provenance de la « jungle » de Calais.
Au sein de la population, les craintes sont désormais bien réelles, tout le monde ayant encore en tête les agressions massives en Allemagne, lors du nouvel an, à Cologne et dans d’autres villes.
Pourtant informée quotidiennement des faits divers en Bretagne – et peu avare en louanges sur l’accueil de ces immigrés – la presse régionale subventionnée n’a pour l’instant pas communiqué  à ce sujet.
 
Photo : DR

[cc]  Breizh-info.com , 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.