mardi 8 novembre 2016

Autriche: Le réfugié irakien viole un enfant de 10 ans et évoque une « urgence sexuelle »

Le 08/11/2016

 
piscine


Un réfugié irakien qui a violé un garçon de 10 ans dans une piscine, en prétextant une «urgence sexuelle», a eu sa condamnation annulée après qu'un tribunal en Autriche ait conclu que l'agresseur de 20 ans a pu ignorer que le garçon ne voulait pas être abusé.
 
L'agresseur, identifié comme étant Amir A., ​​a été admis à la piscine Theresienbad à Vienne en décembre de l'année dernière dans le cadre du processus d'intégration dans la société autrichienne.
On a également mis à sa disposition un traducteur de 15 ans pour l'aider à s'intégrer.
Une fois à la piscine, Amir A, qui avait travaillé comme chauffeur de taxi en Irak, a entraîné un écolier de 10 ans dans les vestiaires, a fermé la porte et l'a violemment agressé sexuellement.
Le garçon, connu seulement par son prénom Goran, a déclaré à un maître-nageur qu'il avait été attaqué, et la police a été appelée.
Il a subi de graves blessures internes et a été transporté à l'hôpital pour enfants.
Il souffre encore du syndrome de stress post-traumatique.
Après l'incident, Amir A. serait retourné à la piscine comme si de rien n'était, en continuant à s'amuser et en utilisant le plongeoir.

L'agresseur, qui est venu en Autriche via les Balkans en septembre 2015, a avoué le viol, en déclarant qu'il avait agi en raison d'une «urgence sexuelle» car il n'avait pas eu de relations sexuelles pendant quatre mois.
Lorsqu'on lui a demandé si de telles actions étaient légales dans son pays d'origine, il a admis qu'il savait que « de tels actes étaient interdits dans tous les pays du monde,"  rapporte le quotidien Kronen Zeitung.
 
En juin, un tribunal a jugé Amir coupable d'agression sexuelle grave et de viol sur mineur, et l'a condamné à six ans de prison.
 Un tribunal a accordé à la famille du garçon € 4'730 (5'150 US $) en compensation après que les procureurs l'aient décrit comme souffrant d'une «profond désespoir» , a rapporté le journal.
 
Mais jeudi, la Cour suprême a annulé le verdict et ordonné un nouveau procès, signale Heute.
 
Le tribunal a jugé que, bien que le verdict à l'égard de l'abus sexuel grave d'un mineur soit "clair comme de l'eau", le texte du jugement sur la déclaration de culpabilité de viol ne peut pas être suffisamment prouvé.
(...)
 
 
Traduction Schwarze Rose pour  Les Observateurs.ch

1 commentaire:

  1. Ce doit être un musulman vu qu'il vient d'Irak, application de la charia ! (après l'avoir mis entre les mains de violeurs pour qu'il soit dans la peau de sa victime)

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.