mercredi 23 novembre 2016

Arzon (Morbihan) : Une nouvelle mineure agressée sexuellement par le même migrant, vague d’arrestations contre la population

Le 23/11/2016
 
 
 
Manifestation contre les agressions sexuelles commises par un clandestin accueilli Arzon
 
 BREIZATAO  – NEVEZINTIOU (23/11/2016)
Posted by La Rédaction on 23rd novembre 2016
 
Alors que, comme nous le rapportions hier, le maire de la commune d’Arzon (Morbihan) a demandé aux autorités de réprimer la population ayant manifesté sa colère après l’agression sexuelle d’une femme de 67 ans par un clandestin soudanais (lire ici), on apprend qu’une mineure a été victime du même migrants musulman.
 
Ouest-France (source) :
Une mineure aurait déposé plainte à la gendarmerie après avoir été agressée sexuellement. L’auteur présumé des faits serait le même homme qui a déjà agressé une sexagénaire, jeudi 10 novembre, à Arzon. Selon une source proche de l’enquête, une mineure aurait été agressée sexuellement par le même homme. Les faits auraient eu lieu quelques heures avant l’autre agression et dans le même quartier.
Dans le même temps les autorités ont fait évacuer l’auteur pour le protéger :

Autre information, l’auteur présumé des deux agressions, un jeune soudanais, ne serait plus au centre d’accueil et d’orientation pour mineurs isolés (CAOMI) de Port-Navalo.
Exagération de notre part ?
 Non, le maire Roland Tabart l’avait déjà indiqué hier, l’agresseur a été « exfiltré » (source) :
En fin de conseil, lundi soir, le maire d’Arzon, Roland Tabart, a fait le point sur la situation après l’agression présumée commise par un jeune migrant – « aujourd’hui exfiltré », a-t-il précisé – et la manifestation qui avait suivi, le lundi suivant.
Tandis que le clandestin soudanais était évacué par le gouvernement, les opposants qui avaient manifesté leur colère subissent une vague d’arrestation.
Au moins une personne de Ploërmel (Morbihan) a été placée en garde-à-vue par la gendarmerie tandis que d’autres personnes ont été convoquées ce même jour sur ordre du ministère de la justice français.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.