mardi 1 novembre 2016

Argenteuil : enquête après le rodéo sauvage qui a dégénéré

Le 01/11/2016

 

DR. Une centaine de motos et de quads ont participé au rodéo de dimanche soir.

Argenteuil|Frédéric Naizot|
31 octobre 2016, 20h24|0

Des policiers violemment pris à partie par des dizaines de jeunes de la cité Champagne alors qu’ils veulent faire cesser un rodéo géant.

Deux jeunes blessés par de possibles tirs de flash-ball, dont un grièvement.
 Les violences qui se sont déroulées dimanche soir à Argenteuil, au pied de la cité Champagne, font l’objet d’une enquête confiée ce lundi à la sûreté départementale du Val-d’Oise.
« Nous allons faire toute la lumière sur ce qui s’est réellement passé », assure Pascale Dubois, la directrice de la police du Val-d’Oise, qui ne conteste pas les tirs de balles de défense.
 Trois personnes du quartier sont en garde à vue pour les violences sur les fonctionnaires, dont un des deux blessés.
 Le second étant hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière pour une fracture ouverte de la mandibule.

17 h 30, ce dimanche, le rodéo sauvage arrive des Hauts-de-Seine pour le tournage d’un clip.
 Autour de 100 motos et quads, qui ont sillonné le secteur d’Ermont et la butte du Bel-Air à Sannois, arrivent cité Champagne.
Les incidents débutent lorsque les policiers, qui suivaient les motards, interviennent pour leur demander de quitter les lieux.
« Nous avions reçu de nombreux appels de riverains.
 Lorsque les fonctionnaires interviennent, il n’est pas question d’interpeller, mais de faire cesser les nuisances sonores », précise Pascale Dubois.



LP/R.C.

Selon les premiers éléments recueillis, une personne du quartier, extérieure au rodéo, vient alors au contact des policiers.
Insultes, menaces de mort : les fonctionnaires tentent de le contrôler, il refuse et se débat pour éviter son interpellation.
Plusieurs dizaines de jeunes s’en prennent alors aux policiers qui essuient des jets de pierres et ripostent.
Ils font usage de flash-ball, mais aussi de grenades lacrymogènes et de grenades de désencerclement, ce qui disperse l’attroupement.
Alors qu’ils rentrent au commissariat, les fonctionnaires doivent revenir pour sécuriser l’intervention des secours qui prennent en charge un jeune de 23 ans.
Blessé à la mâchoire, il explique avoir été victime d’un tir de flash-ball.
Ce jeune, identifié pour avoir affronté les policiers plus tôt, est transporté sous escorte policière à l’hôpital d’Argenteuil.
Il sera ensuite transféré à la Pitié-Salpêtrière à Paris.
Le jeune homme présente une fracture de la mandibule, ce qui nécessiterait plusieurs jours d’hospitalisation.
Il n’y a pas eu d’incidents lors de cette intervention, hormis l’interpellation d’un jeune qui a insulté les forces de l’ordre et s’est rebellé.
Les fonctionnaires reviendront une troisième fois, à 19 heures, également à la demande des pompiers qui secourent un autre jeune touché au thorax.
Il explique avoir aussi reçu un tir de flash-ball.
Conduit à l’hôpital d’Argenteuil, il a été ensuite placé en garde à vue dès sa sortie, 1 h 30 plus tard.
Plusieurs personnes du quartier estiment que les jeunes ont été victimes de violences gratuites de la part des policiers.
 Parmi ces derniers, quatre ont déposé plainte pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, menaces de mort et rébellion.

 Le parquet n’a pas souhaité communiquer ce lundi.
 
leparisien.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.