samedi 29 octobre 2016

Marseille : convoqués, les policiers en colère débarquent en force

Le 29/10/2016


Faits divers - Justice - Marseille : convoqués, les policiers en colère débarquent en force

Convoqués à trente, les policiers sont arrivés hier à près de 500 à l'Évêché, l'hôtel de police de Marseille, situé dans le deuxième arrondissement de la cité phocéenne. Photo nicolas vallauri



Quelque 500 agents se sont rassemblés à l'Évêché

Vous nous soignez la grippe avec un cancer !" ; "Bientôt, c'est plus des policiers, c'est des pompiers qu'on va être !"

Un vent d'amertume doublé de colère flottait hier soir devant l'hôtel de police de Marseille (2e arrondissement).
Une trentaine de policiers avaient été convoqués par leur hiérarchie, ce qui s'est traduit par un rassemblement, salle Biancardini, de près de 500 policiers, les collègues étant venus soutenir les convoqués.

Les policiers en colère qui ont manifesté ces derniers jours à Marseille, notamment sur le Vieux-Port, et encore hier après-midi, avaient rendez-vous hier soir, à 19 h, à l'hôtel de police.
Certains d'entre eux craignaient une mise à pied ou des sanctions.
Très remontés contre les initiatives qui pourraient être prises à leur encontre, ils déploraient notamment les méthodes employées par leurs supérieurs.
D'autant qu'il se racontait que les vidéos municipales avaient relevé les numéros des véhicules les plus participatifs au mouvement.
 
Au final, les policiers devraient poursuivre leur mouvement, mais sans les sirènes

 
Finalement, les autorités policières se sont limitées à "un rappel à la règle".
Les policiers sont autorisés à manifester comme tout citoyen mais dans des conditions particulières : hors service, sans véhicule de police, sans brassard ni gyrophare.
 
Les policiers ont expliqué qu'ils n'étaient plus ni entendus ni soutenus par les syndicats.
 
D'où ce mouvement qui est parti de la base policière, celle qui se collette tous les jours à la douloureuse vie du terrain.
Les policiers ont aussi fait valoir, hier, l'idée que c'est pour un meilleur service public qu'ils manifestent, pour que soit mieux assurée la sécurité des citoyens.
De son côté, le préfet de police Laurent Nuñez rappelle que des efforts significatifs ont été consentis par le ministère de l'Intérieur et qu'une démarche de concertation a été engagée, qui doit d'ailleurs se poursuivre la semaine prochaine.
Les policiers devraient poursuivre leur mouvement tous les soirs à partir de 23 h mais sans les sirènes, soucieux de la paix auditive de leurs concitoyens.
 
Au terme de la "convocation" d'hier, une délégation des policiers en colère a été invitée mercredi à 16 h à rencontrer le préfet de police.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.