mardi 18 octobre 2016

Juppé et Sarkozy ont la joie de vous annoncer leurs fiançailles avec la gauche

 


Le 18/10/2016


Pour se défendre de tout calcul électoraliste, le favori des sondages se drape dans une dignité patriotique qui ne trompe personne…

Invité d’Europe 1 ce matin, Alain Juppé a dénoncé les tentatives des sarkozystes pour « dissuader les gens d’aller voter à la primaire ».
Il se défend vigoureusement d’avoir « fait appel aux électeurs de gauche, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? »
Mais il ne crache pas non plus sur ces voix potentielles car, selon le dernier sondage Ipsos, 94 % des sympathisants de gauche qui sont certains d’aller voter choisiront Alain Juppé.
Il lui faut donc, très logiquement, mobiliser le maximum d’électeurs de gauche pour cette primaire… de la droite et du centre.
Pour se défendre de tout calcul électoraliste, le favori des sondages se drape dans une dignité patriotique qui ne trompe personne et prétend n’aspirer qu’à « rassembler notre pays dans une situation extrêmement difficile ».
Mais la réalité est plus triviale : « Je ne vais tout de même pas dire à ceux qui veulent voter pour moi : “Allez vous faire voir”. »
 Quelle élégance, quelle distinction !
 Mais, sur le fond, on le comprend : ce serait vraiment trop niais…
D’ailleurs, poursuit-il, « les règles de la primaire c’est que tout le monde peut voter à condition de signer “la charte d’adhésion aux valeurs de la droite et du centre”.
On va peut-être faire des procès à ceux qui vont signer cette déclaration ! »
 On aurait presque envie de le prendre au mot, et de voir si lui-même n’aurait pas signé (de la main… gauche) cette fameuse déclaration pour lui faire un procès !
« [Ce] qui intéresse les Français, ce n’est pas de savoir quelle est la couleur un peu bleue un peu rose de ceux qui vont voter aux primaires », ajoute-t-il.
Il est vrai que lui-même arbore un mauve bien pâle, bien terne, bien fadasse qu’il espère « rassembleur ».

C’est que tout est dans « un peu », voyez-vous.
Et s’il ironise sur les sympathisants frontistes (« va-t-on leur interdire [de voter] ? »), c’est en tordant la bouche et en croisant les doigts, car il a du flair, l’animal : « Je vois que Nicolas Sarkozy fait mieux que moi dans l’électorat du FN. »
Mais Alain Juppé a peut-être tort d’être inquiet sur ce point.

Nicolas Sarkozy, qui se disait de droite, ne vient-il pas de déclarer nettement que, en cas de duel entre François Hollande et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, il « ne [voterait] pas pour Marine Le Pen ».

Certes, il n’a pas (encore) dit qu’il voterait pour le Président sortant, mais si cela ne s’appelle pas draguer les électeurs de gauche…

Si vous ajoutez à cela qu’il ne cesse de répéter que, en cas de victoire, son Premier ministre sera François Baroin…

 Pour mener une politique de droite, peut mieux faire, vous ne croyez pas ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.