lundi 10 octobre 2016

Clandestins de Calais : la résistance s’organise dans le Var

 


Le 10/10/2016


Il est temps de sortir des ambiguïtés et des hypocrisies.

Pierrefeu, commune du Var, située à une trentaine de kilomètres de Toulon, à la porte du massif des Maures.
 Une commune qui a doublé en un demi-siècle, comme beaucoup de ces vieux villages de France, non loin des grandes concentrations urbaines. 6.000 habitants aujourd’hui : plus tout à fait un village, pas encore une ville.
Au pied de l’éperon rocheux sur lequel se serrent les vieilles maisons autour de l’église, les lotissements ont gagné du terrain.
 On y vit sans doute pas mal : le soleil, la mer pas très loin.
Naguère, on pouvait même s’offrir le luxe de voter à gauche : socialiste, voire communiste.
 Le maire actuel s’affiche « sans étiquette » après être passé jadis par l’étape « divers gauche ».
 Une commune, comme des centaines de la même « strate » – pour reprendre l’expression technocratique ad hoc -, confrontée au problème de son expansion démographique, aux questions d’assainissement, au souci des zones inondables.
 Bref, des problèmes que l’on pourrait qualifier d’« apolitiques », comme si les problèmes de la cité n’étaient pas tous, par définition, politiques…

Et puis, tout à coup, les actualités du JT s’invitent au cœur du village.
 L’État veut installer une soixantaine de migrants, en provenance de Calais, dans une annexe désaffectée de l’hôpital psychiatrique.
Et ce, pour une « durée provisoire de 8 mois ».
 Ce provisoire qui dure en France…
 Informé par la préfecture le 29 septembre, le maire fait voter à l’unanimité, jeudi dernier, une motion contre l’arrivée de ces migrants.
La motion énonce des arguments de bon sens :
« 60 personnes étrangères, uniquement des hommes ne parlant pas le français, risquent de déstabiliser la population et surtout de créer des tensions irréversibles »…
« Conditions de travail et de sécurité des personnels » de l’hôpital, bâtiment situé en zone inondable, etc…
Mais l’État qui prévoit tout a sans doute décidé qu’il n’y aurait pas d’inondations durant les huit prochains mois.
Un bon sens que semblent, du reste, partager une majorité des Français.
 Selon un sondage de l’IFOP, réalisé par Atlantico, 78 % des Français approuvent les élus qui s’opposent à la création des centres d’accueil pour migrants.
Notons, tout de même, que le maire de Pierrefeu a refusé la proposition d’un un élu d’étendre la motion à l’ensemble du village.
Allez savoir pourquoi…
Là-dessus, le Front national décide d’organiser une manifestation « Le Var sans migrants » samedi 8 octobre à Pierrefeu.
Opposition du maire :
« Le rassemblement du FN n’est pas souhaité, nous n’en voulons pas. Nous sommes assez grands pour nous occuper de nos affaires et nous ne voulons pas de récupération politique. »
Des arguments que l’on a entendus la semaine dernière du côté de Louveciennes, dans la bouche d’élus LR ou apparentés, tous agglutinés qu’ils étaient sur l’estrade, en interdisant l’accès aux élus FN.
Il faut désormais traduire « apolitique » par « tout sauf Front national »…
Frédéric Boccaletti, conseiller régional et secrétaire départemental du Front national du Var, maintient malgré tout cette manifestation.
En toute légitimité : près de 57 % des électeurs de Pierrefeu n’ont-ils pas voté Front national aux départementales de 2015 ?
Ils étaient donc un millier, samedi après-midi, à s’être rassemblés à Pierrefeu, autour des élus varois du Front national, pour prendre la défense des Pierrefeucains, malgré la volonté du maire qui, le matin, avait organisé sa propre manifestation, celle-ci « apolitique ».

Dans ce combat contre l’installation forcée de clandestins dans nos villes et villages, il en est comme du combat contre l’islamisme :
« Soit vous êtes avec nous, soit vous être contre nous »
pour reprendre les mots de Marion Maréchal-Le Pen en juillet dernier.

Il est temps de sortir des ambiguïtés et des hypocrisies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.