vendredi 21 octobre 2016

Casques blancs de Syrie : si blancs que ça ?




Le 21/10/2016

 
Inconscients de la réalité du terrain, les députés ont ovationné les Casques blancs…
 
Tout porte à croire que tous, du président de la République à la presque totalité de nos députés – dont on se demande s’ils ont encore une cervelle pour identifier le vrai du faux -, se sont fait enfumer par les Casques blancs pour les apitoyer sur le sort de la malheureuse Syrie.
 La Syrie des bien-pensants, celle de l’opposition islamique, la Syrie anti-Assad chère à François Hollande et autres américanophiles.
La ville martyre d’Alep, si l’on en croit les Casques blancs, se réduit aux quartiers Est, ceux que les bombardements russo-syriens pilonnent pour forcer les « rebelles modérés » à se rendre ou à fuir.
 
Mais qui sont ces Casques blancs à qui le jury du prix Nobel a, finalement, refusé d’attribuer le prix Nobel de la paix ?
Qui sont-ils vraiment ?
 Jacques Myard, le député anti-langue de bois, a posé la question aux représentants de cette ONG, invités par le gouvernement français à venir expliquer leur action humanitaire devant la commission des Affaires étrangères.

Inconscients de la réalité du terrain, les députés ont ovationné les Casques blancs qui avaient quitté leur uniforme d’ONG pour un costume cravate très propret.
Les Casques blancs se présentent comme une organisation neutre et impartiale, sans lien avec aucun gouvernement.
 Pourtant, l’USAID leur a offert une belle enveloppe de 23 millions de dollars, don avoué par Mark Toner, porte-parole du département d’État.
Londres, par la voix de Boris Johnson, leur a signé un premier chèque de 23 millions de livres à valoir sur un total de 65, plus un camion de pompiers et tout un équipement de secours.
L’Union européenne leur a fait parvenir 2 millions d’euros.
Et pour la France ?
 Mystère…

Pourtant, quand M. Myard a demandé à Abdulrahman Almawwas, vice-président des Casques, « Mais qui êtes-vous vraiment ? N’êtes-vous pas sous l’influence des islamistes ? » celui-ci a répondu qu’il trouvait ces propos honteux !
Ce qui n’a pas empêché Pierre Lellouche de surenchérir avec cette question : « Qui représentez-vous vraiment ? » « C’est l’armée syrienne libre qui lutte contre le régime, lequel nous a obligé à prendre les armes », lui a-t-il été répondu.
 
Il aurait suffi aux députés, à M. Valls et à M. Ayrault de s’interroger sur la réalité de cette « intox » en regardant sur Internet les différentes vidéos montrant les Casques blancs en action.
Bien sûr, ces hommes en uniforme et casque blanc sauvent des vies, bien sûr, ils risquent leur vie sur le champ de bataille d’Alep notamment, mais à bien y regarder…
Alors, regardons YouTube pour voir ces fameux sauveteurs dont le monde entier s’est entiché par une propagande très ciblée : des Casques blancs brandissent sur une place de la ville kalachnikov d’une main et le drapeau de l’État islamique de l’autre ; deux infirmiers qui se précipitent sur le cadavre d’un civil exécuté devant eux par un djihadiste ; un Casque blanc moustachu disant, avec le sourire : « Nous ramassons les corps des Shabiha (milice du régime Assad) et les jetons aux ordures. »

 Et, effectivement, deux Casques blancs font le V de la victoire sur un pick-up chargé de corps sur lesquels les bottes ont été prélevées.

 Et que dire de ce photographe, Mahmoud Aslan, posant fièrement au milieu de djihadistes qui sont en train d’égorger un garçonnet accusé d’espionnage, lequel photographe a diffusé une photo à la gloire des Casques blancs quelques jours plus tard : celle du petit garçon ensanglanté sagement assis dans une ambulance toute neuve !
 
Alors, que ces messieurs soient venus devant les représentants du peuple français pour maudire les avions russes et syriens en oubliant totalement les bombes chargées de clous, les snipers ou les obus que leurs amis islamistes envoient tous les jours sur les populations d’Alep-Ouest, cela est d’une indécence qui devrait nous faire réfléchir sur le but réel de ces « sauveteurs ».

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.