dimanche 11 septembre 2016

Santé défaillante d’Hillary Clinton : malaise lors de la commémoration du 11 septembre !

Le 11/09/2016
 
 
hillary-clinton-avant-de-rentrer-dans-une-voiture-noire-le-11-septembre-2016-a-new-york 
Le malaise d’Hillary Clinton le 11 septembre
La candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton a été victime, dimanche 11 septembre, d’un malaise provoqué par « un coup de chaud » alors qu’elle assistait aux commémorations du 15e anniversaire des attentats de 2001 à New York.

« Coup de chaud » alors qu’il faisait environ 25-26°C à New York.


Météo New York 11 septembre 2016
Hillary Clinton a été contrainte de quitter les cérémonies au bout de 90 minutes, afin d’aller se reposer dans l’appartement de sa fille Chelsea, a précisé son porte-parole de campagne, Nick Merill, qui s’est immédiatement exprimé dans un communiqué. La candidate démocrate se « sent beaucoup mieux » désormais, a ajouté son équipe de campagne.
En réalité, Clinton est restée à peine une heure : heure de New York, elle est arrivée autour 8h40 et repartie avant 9h37 (en).
L’ancienne secrétaire d’État est depuis ressortie de l’appartement de sa fille tout sourire devant les caméras de télévision et elle a affirmé qu’elle se sentait « très bien ».
Bien évidemment qu’elle dit cela : pour quelle raison donc dirait-elle le contraire ?
Hillary Clinton est une menteuse pathologique.

Les deux visages d'Hillary
Sur une vidéo amateur de l’incident qui circule sur internet et les chaines de télévision, Hillary Clinton perd l’équilibre devant le SUV noir dans lequel elle doit monter, et semble s’effondrer mais est rattrapée par des collaborateurs.

On peut d’abord la voir bouger bizarrement – des mouvements du corps absurdes de 9s à 13s environ – avant qu’elle n’avance vers la voiture et qu’elle ne manque de chuter.
 Elle ne marche même pas vraiment, elle est traînée dans la voiture par ses assistants.
Le récit médiatique s’effondre


Mais bon, ce n’était pas très « respectable ».
Selon Le Monde, c’est parfaitement contrôlé.
 
Cet article ne fait qu’aborder que quelques unes des affirmations les plus douteuses, dans le but de réfuter en bloc l’idée qu’Hillary Clinton aurait des problèmes de santé.
Mais montrer que quelques théories sont fausses ne suffit pas pour balayer le faisceau d’indices persistants.
Cet article contient de plus un mensonge dans l’affaire du pot à cornichon.
Dans une émission sur ABC, Clinton pour montrer sa force a ouvert un pot de cornichon.
Sauf que l’ouverture du pot n’a pas fait le « pop » caractéristique de la première ouverture d’un tel pot.
Le Monde se contente de dire que « le site américain à tendance conspirationniste infowars.com s’est lancé le plus sérieusement du monde dans un numéro de près de huit minutes censé démontrer que la scène du pot à cornichons était truquée ».
Aucun élément n’est apporté pour dire en quoi la démonstration serait fausse.
Les enfumeurs se contentent d’une opération de discrédit par association – une tactique rhétorique d’autant plus malhonnête dans une rubrique qui prétend s’appuyer exclusivement sur les faits.
Ce qui n’est pas étonnant, puisque l’absence de « pop » ne peut être expliquée autrement que par la pré-ouverture du pot.
 Une semaine plus tard, un animateur de CNN a ouvert un pot de cornichon semblable lors de la même émission sur ABC – et cette fois le « pop » caractéristique était clairement audible :



Conclusion

Il est extrêmement satisfaisant de voir la réalité donner une telle claque à la désinformation de ces (((médias))) anti-blancs.
Mais ce n’est pas tout;
La stratégie des démocrates visant à utiliser les accusations sur la santé d’Hillary Clinton pour générer de la sympathie envers elle s’effondre aussi, ses mensonges grossiers sur ce sujet étant de plus en plus évidents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.