jeudi 15 septembre 2016

L’Uber sans chauffeur à Pittsburgh c’est maintenant ! Carnage sur l’emploi...

Le 15/09/2016
 
 
uber car
 
Accrochez-vous ! Le carnage sur l’emploi c’est maintenant et pas dans 20 ans.

Uber et tous ceux qui utilisent des chauffeurs actuellement vont pouvoir virer tout le monde d’ici 2020, le temps que les législations s’adaptent et permettent aux véhicules à moteur de ne plus avoir de… chauffeur !
Pour vous donner une idée, le transport de marchandises en France par la route c’est 350 000 personnes.
Les taxis ?
 51 232 très exactement, et les Ubers… quelques dizaines de milliers aussi.

Alors terminé la guerre entre Ubers et taxis, tous réconciliés comme prévu chez l’ami Paul Emploi !
On vous vendra la sécurité routière, la sécurité de vos gosses dans les bus et les cars, mais la seule raison c’est de gagner encore plus d’argent en supprimant le coût du chauffeur et en pouvant faire rouler ces véhicules 24/24, 365 jours par an, un robot n’ayant pas besoin ni de pause, ni de vacances.
Je me demande qui fera le plein… Vite, déposons le brevet du robot-pompiste !
Charles SANNAT
  
Les clients les plus fidèles du géant des VTC peuvent commander sur leur smartphone l’une des quatre Ford équipées de lasers, caméras et capteurs qui sillonnent la ville de Pennsylvanie.
 


C’est une première qui pourrait faire des petits dans tous les États-Unis.
 Un signe de plus que la révolution des transports est en marche.

 Après deux années de préparation, le leader américain du transport de particuliers, Uber, a lancé mercredi 14 septembre à Pittsburgh (Pennsylvanie) un service de location de véhicule sans conducteur.
 En l’état, seule une petite flotte de quatre véhicules, bardés de lasers, de caméras et de capteurs leur permettant de s’orienter dans un environnement urbain, va prendre à son bord des clients fidèles du service dans cette ville de 2,6 millions d’habitants de la côte est des États-Unis.
Certes, le passager ne sera pas seul.
Dans un premier temps, un technicien sera assis à la place du conducteur, sans toucher le volant, à côté d’un second observant le comportement du véhicule.
Mais l’entreprise espère très vite passer à un seul technicien embarqué. 
Lors d’une démonstration à la presse mardi, un journaliste de l’AFP a pu constater que les véhicules trouvaient leur chemin sans grande difficulté, dans une ville où il n’est pas simple de circuler.
Ce lancement est l’aboutissement de deux années d’entraînement sur les routes de Pennsylvanie pour les voitures autonomes d’Uber.
Une douzaine de Ford hybrides, reconnaissables à la machinerie perchée sur le toit du véhicule, devraient rapidement venir gonfler la flotte des quatre véhicules pionniers. 
 
Dans un avenir proche, Uber veut aussi utiliser une flotte du suédois Volvo, qui incarne mieux qu’aucune autre marque l’image de sécurité sur la route.
Les deux entreprises travaillent d’arrache-pied dans l’ancienne capitale mondiale de l’acier.

Charles SANNAT

1 commentaire:

  1. Ah ah ah merci pour cet article ! C'est vrai que lorsque UBER va passer au véhicule sans chauffeur, ça va poser un énorme problème pour l'emploi ... Car on sait tous que beaucoup de personnes se sont mises à travailler pour cette entreprise parce qu’elles ne trouvaient pas de travail ou pour arrondir leurs fins de mois ... Lorsque j'utilise une voiture avec chauffeur bordeaux au moins ça me permet d'avoir un peu de conversation ... :)

    RépondreSupprimer

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.