samedi 27 août 2016

L’islamisation du sport est en route, et honteusement !





Le 27/08/2016
Floris de Bonneville

Si l’islam n’existait pas, le monde serait perdu, les médias ne sauraient plus de quoi et de qui parler, les gouvernements n’auraient plus aucune raison de déclarer la guerre à un ennemi non identifié.

En conséquence de quoi, l’islam inonde notre quotidien. Avec, pour effet immédiat, de se voir favorisé partout, à toutes occasions et d’une manière éhontée.

Comme viennent de le souligner, notamment Le Salon beige et l’Observatoire de la christianophobie, le deux poids deux mesures, s’il est un plat favori de notre président Hollande, il l’est aussi d’un Obama qui n’hésite pas à ne jamais nommer l’ennemi, d’un Trudeau qui n’en peut plus de tolérer tout et n’importe quoi, donnant sa bénédiction à ses policières de la célèbre police montée pour qu’elle adopte un uniforme niqabé, et tout récemment des plus éminentes autorités sportives internationales, celles du CIO.

Suivant l’admiration d’une Hillary Clinton pour sa sportive niqabée Ibtihaj Muhammad, il semblerait que le Comité international olympique n’ait rien eu à redire à la tenue agressivement mahométane de cette dernière, en violation parfaite de l’article 50 §2 de la Charte olympique du 2 août 2016 qui est très clair : « Aucune forme de publicité ou de propagande, commerciale ou autre, ne peut apparaître sur les personnes, les tenues, les accessoires ou, plus généralement, sur un quelconque article d’habillement ou d’équipement porté ou utilisé par les concurrents, officiels d’équipe. »
Tout contrevenant pouvant être radié.
 Les joueuses de volley-ball égyptiennes en tenue très voilée n’ont pas eu la moindre remarque non plus.

Eurosport a trouvé, même, qu’il s’agissait là d’une manifestation positive de lutte contre les préjugés, propos relevés par Daniel Hamiche sur son site.
Le directeur du site christianophobie.fr a été outré, et nous avec, et des millions de sportifs chrétiens également, par le fait que ce même Comité international olympique a sévèrement réprimandé avec menaces de remettre une lettre de protestation à la délégation brésilienne au motif que, lors de la remise des prix du football masculin, Neymar arborait sur le front un bandeau avec l’inscription « 100 % Jésus ».
Bandeau avec lequel il n’a jamais joué mais qu’il a ceint seulement lors de sa remise de médaille d’or.

Daniel Hamiche a donc évoqué auprès du service de presse du CIO cette question de ce deux poids deux mesures.
 Réponse lui a été aussitôt faite dans les termes les plus courtois et les plus hypocrites possible.
 « Nous avons été en contact avec l’athlète et son CNO [Comité national olympique] et leur avons rappelé les principes de la Charte olympique. Meilleures salutations. »

Très peu satisfait de cette réponse, Daniel Hamiche a souhaité une déclaration plus précise et satisfaction lui a été faite par cet e-mail digne d’un jésuite : « Nous vous prions de vous adresser aux fédérations internationales concernées, à savoir la FIE [Fédération internationale d’escrime] et la FIVB [Fédération internationale de volley-ball].
Les fédérations sont, en effet, responsables d’établir les règles relatives à la pratique de leurs sports respectifs (y compris celles régissant les tenues vestimentaires) et de veiller à leur application. »

Et voilà comment une autorité internationale se « dhimmitise », léchant les babouches des adeptes de Mahomet de peur de faire des vagues.

 L’islamisation gagne partout non seulement des points, mais des territoires entiers de notre planète dont les dirigeants sont terrorisés de se voir accusés d’islamophobie.

En mai prochain, l’islamisation devrait être l’enjeu des élections, car d’elle dépend l’avenir de la France, de l’Europe et du monde.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.