samedi 6 août 2016

13 morts après un incendie dans un bar de Rouen. Les médias parlent d’un accident, mais ils mentent tellement, peut-on les croire

Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 août 2016
 

 CpKF6OrWEAAJP87
 

Un incendie s’est produit dans un bar de Rouen. Certains témoins parlent d’une explosion. L’origine est accidentelle selon les médias. On parle de plaques de polystyrène au plafond qui auraient pris feu. On parle de feu qui a pris d’abord dans le sous-sol.
 
50 pompiers ont été mobilisés pour éteindre l’incendie.
 
Les victimes, 13 morts et 7 blessés, ont entre 18 et 25 ans.
Et c’est un accident tragique, et nos pensées vont aux familles des victimes.
 
Mais nos pensées vont immédiatement ensuite aux journalistes et au gouvernement.
 
Ils mentent tellement, ils sont tellement malhonnêtes, qu’on ne peut même pas savoir s’il s’agit vraiment d’un accident ou d’un attentat.
 Ce n’est pas normal.
 Ce n’est pas acceptable.
 On ne devrait pas avoir le premier réflexe de se demander si les journalistes ne sont pas encore en train de mentir.
On a eu, souvenez-vous, les « jeunes », puis les Vladimir, ensuite les « fous » et les dérangés mentaux, les personnes fragiles et les désespérés.
Pour Nice, on a eu droit à une nouvelle version : les chagrins de mariage brisés.
Pour Londres, on a eu encore droit à l’homme psychiatriquement suivi, puis on a dit que le coupable est Norvégien.
On n’a pas dit qu’il est Somalien vivant en Norvège.
Maintenant, voyant que rien ne fonctionne, à court d’idées tant les attentats sont nombreux, ils veulent supprimer les noms et les visages pour qu’on ne comprenne plus rien.
Cela ne change rien au fait que les coupables ont tous un point commun : ils sont musulmans, et que lorsqu’un couteau sert à tuer, il est depuis quelques années toujours tenu par la main d’un musulman.

Mentir, tromper, induire en erreur, enterrer les faits, cela ne correspond pas au journalisme.
Le journalisme devait faire tout l’inverse : rapporter les faits le plus fidèlement possible.
 
On en est si loin, si loin.
Tout est fait, dans les médias français surtout, mais un peu partout dans le monde, pour que les gens ne sachent pas ce qui se passe vraiment.
Les médias ont été pravdatisés, il ne reste qu’internet pour s’informer, et ce n’est pas facile, car cela demande un effort, passer du temps pour croiser plusieurs sources, lire Twitter, pour vraiment savoir ce qui se passe.
Et savoir n’a jamais été aussi important qu’en ce moment où les islamistes menacent et tuent.
C’est notre rôle, à Dreuz.
Cela représente un gros travail, et nous aimons le faire car nous aimons la vérité.
Cela nous permet de vous apporter une information honnête.
Pour cela, nous sommes régulièrement salués, même par ceux qui n’aiment pas notre ligne éditoriale chrétienne, conservatrice et pro-israélienne.
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

La suite vient de Twitter
 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.