jeudi 28 juillet 2016

Une civilisation à l’abattoir…




Le 28/07/2016



Les historiens écriront que les Européens partaient à la chasse aux Pokémon tandis que la guerre commençait à battre son plein.

Et dans un siècle, lorsqu’ils se pencheront sur notre cas, les historiens écriront que les Européens de ce début de XXIe siècle partaient à la chasse aux Pokémon tandis que la guerre commençait à battre son plein.
Que l’Union européenne légiférait sur la puissance des aspirateurs de la même manière que l’on discutait naguère du sexe des anges dans un Empire byzantin en capilotade.
Que l’on égorgeait des chrétiens sur un continent qui avait renoncé à les défendre depuis longtemps.
Que l’islam, en revanche, était décrit comme étant amour… et rien qu’amour – malheur à celui qui eut alors professé une réserve.
Que les quelques résistants ayant sonné le tocsin avaient été menacés, ostracisés et taxés d’extrémisme avec l’assentiment de l’immense majorité n’ayant d’argument que la reductio ad hitlerum.
Que l’on se déhanchait aux rythmes binaires et abrutissants de Tomorrowland pendant que Daech tuait et tuait encore.
Que nous croyions naïvement avoir mis fin aux guerres de religion et à la barbarie – à la Saint-Barthélemy et à Auschwitz – parce que l’on nous avait répété « plus jamais ça ».
Que l’indécence politique avait été portée à son comble par les Hollande, les Valls, les Cazeneuve, les Merkel, les Michel qui, après chaque attentat, prétendaient qu’il ne fallait pas faire d’amalgame, qu’il ne fallait pas « diviser » et qu’il fallait s’habituer à la mort, alors que ces dirigeants étaient en réalité en train de faillir dans leur mission de combattre l’ennemi – le président russe prétendait alors, certes moins poétiquement, qu’il irait » jusque dans les chiottes pour butter les terroristes ».
Que l’on avait laissé l’ennemi entrer sur le territoire sous les vivats de foules bercées par des décennies de mélopées antiracistes.
Que les mots « culture », « livres », « savoir » étaient presque devenus des gros mots, que l’on avait renoncé à Homère au profit d’Homer Simpson, que l’on avait substitué Kim Kardashian à la princesse de Clèves, que l’on ne lisait plus Chateaubriand mais que l’on regardait Cyril Hanouna.

Plus simplement encore, dans cent ans, les historiens pourront écrire que notre civilisation, décidément, était prête pour l’abattoir.


source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.