mardi 26 juillet 2016

Un prêtre et un fidèle égorgés dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray


Modifié le - Publié le | Le Point.fr

 
Déploiement des forces de l'ordre autour de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, théâtre d'une prise d'otages.   

Déploiement des forces de l'ordre autour de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, théâtre d'une prise d'otages.   © AFP/ CHARLY TRIBALLEAU
 

EN DIRECT. Les deux preneurs d'otage ont été abattus par la BRI en sortant de l'Eglise située près de Rouen. Ils se seraient revendiqués de l'EI.

Une prise d'otages a eu lieu dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud de Rouen.
Le curé, deux sœurs et des fidèles ont été retenus dans l'église par deux individus armés.
 Selon des sources concordantes, les deux hommes se seraient revendiqués de l'organisation État islamique (EI) en entrant dans le lieu saint. Selon Paris-Normandie , les hommes ont pénétré par la porte arrière de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray pendant l'office matinal célébré par un prêtre. Étaient présents dans l'église deux religieuses et deux fidèles.
Les forces de l'ordre sont intervenues rapidement sur place et ont bouclé le quartier.
L'assaut a été donné vers 11 heures par la Brigade de recherches et d'intervention (BRI) de Rouen. Selon nos informations, le prêtre, le père Jacques Hamel agé de 85 ans ordonné prêtre en 1958, ainsi qu'une autre personne ont été égorgés.
Un autre fidèle aurait été blessé.
Un policier auraient été également blessé.
 Les preneurs d'otages ont, eux, été abattus alors qu'ils sortaient de l'Eglise armés de couteaux.

Selon des informations, ils auraient crié "Allah Akbar" en se précipitat sur les hommes de la BRI.
La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisi.
 L'enquête sera diligentée par la sous-direction antiterroriste (SDAT) et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
 Une cellule psychologique a été ouverte à la mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray.
Le président François Hollande, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ainsi que le président de la région, Hervé Morin, se rendent sur la place.
"La France entière et tous les catholiques sont meurtris. Nous ferons bloc", a déclaré le Premier ministre Manuel Valls.
C'est un des nôtres qui a été assassiné Le Vatican a condamné un "meurtre barbare".
Le Pape François s'associe à "la douleur et à l'horreur", annonce le Vatican.
Le vicaire général de Rouen, Philippe Maheut, est arrivé sur les lieux, en l'absence de l'archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, actuellement aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en Pologne, a-t-on appris auprès de la Conférence des évêques de France.
 "C'est un des nôtres qui a été assassiné. C'est un prêtre âgé, fidèle parmi les fidèles. Il assurait la messe ce matin avec quelques fidèles, dont un couple. Nous ne voulons pas prendre d'autres armes que la fraternité et l'amour", a déclaré ce dernier qui a quitté précipitamment Cracovie pour se recueillir sur les lieux du drame.

La Normandie et particulièrement la Seine-Maritime sont des terres très catholiques.
Le chef lieu du département, Rouen, situé à quelques kilomètres de Saint-Etienne-du-Rouvray, est surnommée la ville aux 100 clochers.
La ville était connue pour abriter une communauté multi-culturelle et multi-religieuse.
 Non loin de l'Eglise du drame, s'éleve une mosquée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.