lundi 25 juillet 2016

GRENOBLE: Lionel Filipi (UDI) "choqué" par l’attitude de quatre élus de la majorité pendant l’hymne national

Le 25/07/2016


Si tous les élus étaient debout pour la minute de silence, quatre élus de la majorité sont restés assis pour la Marseillaise.

Si tous les élus étaient debout pour la minute de silence, quatre élus de la majorité sont restés assis pour la Marseillaise.

« Il y a un événement choquant. Quatre élus municipaux ne se sont pas levés pour la Marseillaise ».

Lundi soir, Lionel Filipi, élu d’opposition, n’a pas uniquement commenté le départ de son groupe “Les Républicains-UDI et Société civile” du conseil.
« Quand des concitoyens sont tombés un 14-Juillet et que tout simplement on chante avec notre cœur de républicain notre hymne national – qui est peut-être une des seules choses qui reste comme signe d’unité, de rassemblement dans ce pays – et que des élus grenoblois de la majorité ne se lèvent pas, c’est heurtant, c’est choquant. »

Lundi soir, le maire de Grenoble, Éric Piolle, avait demandé aux élus et au public de respecter une minute de silence en début de séance.
À l’issue de ce temps de recueillement, les élus du groupe “Les Républicains-UDI et Société civile” avaient entonné la Marseillaise.
 Les membres du public et les élus qui s’étaient déjà assis s’étaient alors relevés pour chanter.
Tous sauf quatre élus de la majorité.

« Ça nous fait honte, commentait aussi Sylvie Pellat-Finet (“Les Républicains-UDI et Société civile”) lundi soir.
 En voyant cela, j’ai même eu le désir de quitter le conseil directement ».

Ce mardi après-midi, c’est l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon qui réagissait dans un communiqué : “En ce jour de deuil national cette provocation est indigne.
 L’absence d’un civisme élémentaire et d’adhésion aux valeurs de la Nation est un bien mauvais signe adressé aux Grenoblois dans cette période troublée, dans une ville elle-même en proie à des violences répétées.

Éric Piolle, qui a su faire la police de l’assemblée en appelant les CRS pour pouvoir tenir son conseil municipal, a le devoir de prendre des sanctions à l’égard de ces élus”.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.